Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2016

AÉROPORTS ET TERRORISME

AÉROPORTS ET TERRORISME
.
.
.
.
.
L'AEROPORT DE ROISSY EMPLOIERAIT DE NOMBREUX ISLAMISTES
5 OCTOBRE 2016 LE CANARD ENCHAINE
.
.
.
.
DES ARMES RETROUVÉES CHEZ UN AGENT DE SÉCURITÉ DE L’AÉROPORT D’ORLY «SOUPÇONNÉ DE RADICALISATION»
24 AOÛT 2016 RTL
.
Un agent de sécurité employé sur la plateforme aéroportuaire d’ORLY-OUEST et qui donnait depuis plusieurs mois des signes de radicalisation inquiétants vient de faire l’objet d’une perquisition. À son domicile à ATHIS-MONS dans l’ESSONNE, les policiers ont découvert un fusil à pompe et une carabine 22 Long Rifle.
.
Il a été relâché après son audition et sera jugé à la fin de l’année pour détention illégale d’armes. Il devrait également faire l’objet d’une procédure administrative afin d’être privé de son badge lui donnant accès aux zones réservées de l’aéroport.
.
.
.
.
AZIZ ZAGHNANE CADRE SUP LE JOUR, RECRUTEUR POUR DAECH LA NUIT
4 JUIN 2016 MARIANNE
.
UN MAROCAIN DE 40 ANS, EXPERT EN MANAGEMENT ET PÈRE DE FAMILLE MODÈLE, AURAIT DIRIGÉ UNE IMPORTANTE CELLULE D'ENDOCTRINEMENT DJIHADISTE. SON PROFIL MET À BAS NOMBRE DE CLICHÉS ACCOLÉS AUX FANATIQUES DE L’ÉTAT ISLAMIQUE.
.
«Si vous voulez attirer et retenir les meilleurs talents, il est très important de valoriser, à l'extérieur, la spécificité de votre entreprise» Des conseils comme celui-là, AZIZ ZAGHNANE en professait à longueur d'article dans les pages économiques du grand quotidien espagnol EL PAIS. Un expert en management, toujours prêt à répondre aux questions des journalistes.

.

DIRECTEUR MARKETING DE LEE HECHT HARRISON, la filiale ibérique du groupe ADECCO, l'un des leaders mondiaux des ressources humaines, ce Marocain de 40 ans courait les colloques et multipliait les interventions sur le leadership, la gestion des équipes ou le charisme. Charisme que ses collègues lui reconnaissaient volontiers et dont il aurait usé, en secret, pour recruter une tout autre population que celle des cadres en cravate qui défilaient dans ses bureaux.
.
Le 3 mai, AZIZ ZAGHNANE a été arrêté au petit matin à son domicile de PINTO, dans la banlieue de MADRID, où il vivait sans ostentation, par les SERVICES ANTITERRORISTES DE LA GUARDIA CIVIL. Une opération de grande envergure, avec bouclage du quartier par les forces de l'ordre. Ce père de famille modèle, remarié à une Mexicaine convertie à l'ISLAM avec laquelle il élevait leurs deux jeunes enfants, est soupçonné par la justice d'avoir dirigé pendant des années une importante cellule d'endoctrinement djihadiste. Surveillés depuis 2012 par les renseignements espagnols, AZIZ ZAGHNANE et trois comparses, interpellés le même jour, seraient entrés en contact, via les réseaux sociaux et les messageries instantanées, avec des centaines de candidats potentiels pour un aller simple en SYRIE.

.
Outre la propagande islamiste d'usage, la cellule avait mis en place, selon les enquêteurs, «un processus de radicalisation beaucoup plus direct» à destination de petits groupes d'individus disséminés autour de MADRID. A l'issue de leurs auditions préliminaires, les quatre hommes ont été immédiatement placés en détention préventive. Dans son voisinage, comme dans son entreprise, où il émargeait à 90 000 € par an, AZIZ ZAGHNANE n'avait jamais éveillé le moindre soupçon.
.
Sur son profil LINKEDIN où ce polyglotte - arabe, anglais, espagnol, français - vantait ses qualités de négociateur et sa connaissance des nouveaux médias, les commentaires élogieux de ses supérieurs ou de ses clients laissent songeur. «Si vous cherchez une personne plus innovante que vous, qui a plus d'idées que vous [...], si vous rêvez du collègue de travail parfait, qui vous accompagne chaque jour, qui reste à vos côtés dans la lumière comme dans l'ombre, cette personne, c'est AZIZ», écrivait en 2010 NEKANE RODRIGUEZ de GALARZA, sa patronne chez LEE HECHT HARRISON. «Pour travailler avec de nombreux consultants depuis longtemps, je peux vraiment dire qu'AZIZ sort du lot», s'enthousiasmait EDUARDO FIGUEIREDO, le responsable d'une grosse boîte d'audit pour l'industrie pharmaceutique. Un coach reconnu et apprécié dans les comités de direction au service de la nébuleuse terroriste : l'alliance des deux mondes, que tout oppose, fait froid dans le dos.

.
CHASSEUR DE TÊTES
.
Les portraits de lui qui fleurissent depuis quelques jours dans la presse espagnole mettent à mal bon nombre de clichés sur la prétendue désespérance sociale et culturelle des thuriféraires de l'ETAT ISLAMIQUE. Fils d'un radiologue, fan de hip-hop et soucieux de sa ligne, AZIZ ZAGHNANE a étudié dans un établissement catholique de TÉTOUAN, l'ancienne capitale du protectorat espagnol au MAROC. Dans les plaquettes de communication éditées par LEE HECHT HARRISON, où il est entré en 2005 après un début de carrière à VODAFONE, il se targue d'avoir fréquenté l'UCLA, la prestigieuse UNIVERSITÉ DE LOS ANGELES, et la non moins célèbre ECOLE DES PONTS BUSINESS SCHOOL, l'antenne des PONTS ET CHAUSSÉES, à MARNE-LA-VALLÉE, qui délivre des MBA. C'est ici qu'il aurait obtenu un PhD, l'équivalent d'un doctorat. Contactée par MARIANNE, la direction a consulté l'annuaire des anciens : aucune trace de l'intéressé parmi les diplômés. Quant au PhD, c'est un titre que l'ECOLE DES PONTS BUSINESS SCHOOL n'a jamais délivré... Un pipeau qui en dit long sur la capacité de ce JANUS à mystifier son monde. A commencer par son propre employeur, pourtant au fait des problématiques d'embauche ! Le mois dernier, sur le blog de LEE HECHT HARRISON, ZAGHNANE mettait lui-même en garde les chercheurs d'emploi contre la tentation de bidouiller leur CV : «N'oubliez jamais à qui vous avez affaire : des recruteurs expérimentés capables de vérifier rapidement vos dires» Sauf à ADECCO, semble-t-il...
.
En FRANCE, l'arrestation de ce chasseur de têtes, qui avait effectué en décembre dernier une «mission» en SYRIE pour le compte d'une ONG britannique, est passée totalement sous le radar médiatique. Pas une ligne
dans les gazettes. Seul le nouveau site LE LANCEUR, édité par la rédaction de LYON CAPITALE, a relayé l'info... et l'inquiétude du SYNDICAT DES NAVIGANTS DU GROUPE AIR FRANCE (SNGAF).
.
Le 18 mai, à l'occasion d'un comité d'entreprise extraordinaire sur le plan de départs volontaires négocié actuellement dans la compagnie, les élus du SNGAF ont alerté la direction sur le pedigree d'AZIZ ZAGHNANE, haut cadre d'ADECCO, dont la filiale française, ALTEDIA, s'est vu confier par AIR FRANCE la gestion de ce plan. «Ce qui nous inquiète, c'est l'étanchéité des bases de données entre les différentes entités européennes d'ADECCO, explique à MARIANNE PATRICK HENRY-HAYE, du SNGAF. Les médias espagnols laissent entendre qu'AZIZ ZAGHNANE aurait pu utiliser les fichiers nominatifs dont il disposait grâce à ses fonctions pour démarcher de potentielles recrues. S'il l'a fait en ESPAGNE, pourquoi pas chez nous, avec le listing des centaines de candidats éligibles au plan de départs d'AIR FRANCE ?» Une question hautement sensible dans le contexte actuel, le crash du vol EGYPTAIR parti de ROISSY ayant relancé les spéculations sur la sécurité des aéroports FRANÇAIS face à la menace terroriste.
.
PERMÉABILITÉ DU SYSTÈME ?
.
Au siège d'ALTEDIA, on assure que «les investigations menées en interne montrent que cette personne, avec le niveau d'autorisation qui était le sien, n'a pas pu avoir accès aux données françaises». Le SNGAF aimerait en avoir le cœur net : il a réclamé un audit extérieur pour vérifier la fiabilité du système informatique d'ALTEDIA. D'après nos informations, la direction d'AIR FRANCE n'a pas émis d'avis contraire. «Vous pensez bien que, si ALTEDIA avait reconnu une défaillance, ils auraient mis illico la clé sous la porte, juge un syndicaliste de la compagnie. Cet audit, ils n'y couperont pas : les faits sont trop graves pour qu'on en reste là»

.
Le 24 mars dernier, AZIZ ZAGHNANE avait posté sur son compte FACEBOOK personnel ce commentaire : «Je suis à 80 % d'accord avec le contenu de ce texte» S'ensuivait un lien vers un site conspirationniste où un contributeur imputait la responsabilité des attentats de BRUXELLES... à la CIA. Coincé entre deux vidéos rigolotes de chiens et de chats, le post est passé inaperçu parmi ses 310 amis, dont un bon nombre de dirigeants, consultants et universitaires. Seule la GUARDIA CIVIL savait de quoi il retournait.
.
.
.
ABDEL MALIK PETITJEAN TERRORISTE DE SAINT ETIENNE DU ROUVRAY (76) DU 26 JUILLET 2016
29 JUILLET 2016 LACROIX
.
Né dans les VOSGES et installé à AIX-LES-BAINS (SAVOIE) avec sa mère après avoir vécu à MONTLUÇON (ALLIER), ABDEL MALIK PETITJEAN était titulaire d’un bac pro (section commerce), obtenu en 2015. Décrit par ses proches comme un jeune homme doux et sans histoires, il avait multiplié les stages de vendeur, puis travaillé comme INTÉRIMAIRE À L’AÉROPORT DE CHAMBÉRY-SAVOIE EN QUALITÉ D’AGENT DE PISTE/BAGAGISTE.
.
.
.

17 JUILLET 2016

.

FICHÉS S : 3 HOMMES REFUSÉS À BORD D’UN VOL AU DÉPART DE LA RÉUNION

17 JUILLET 2016 LINFO
.
LE COMMANDANT DE BORD D’UN AVION CORSAIR A EMPÊCHÉ L’EMBARQUEMENT DE 3 HOMMES FICHÉS S AU DÉPART DE LA RÉUNION. UNE INFORMATION ANTENNE RÉUNION.
.
Il y a quelques semaines, trois personnes veulent prendre l’avion au départ de LA RÉUNION. Le commandant de bord du vol CORSAIR refuse leur embarquement. Ces hommes sont fichés S, une information ANTENNE RÉUNION.
.
Les trois hommes sont des Algériens fichés S, deux d’entre eux habitent SAINT-PAUL. Ils sont sous surveillance car les autorités soupçonnent qu’ils puissent peut-être représenter de près ou de loin une menace pour l’État Français.
.
«LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION»
.
À noter que cette «Fiche S» n’empêche en aucun cas à ces trois hommes de voyager. Cependant, le commandant de bord est maître de son appareil et peut aussi prendre la décision de refuser l’embarquement aux passagers s’il y voit une raison.
.
CORSAIR confirme les faits mais n’évoque la présence que d’un seul individu : «Il y a quelques semaines, CORSAIR a été informée par les autorités, avant l’embarquement, de la présence d’un client fiché S sur l’un de ses vols à destination d’ORLY. Afin d’assurer la sécurité optimale de ses passagers, CORSAIR a appliqué le principe de précaution, en refusant l’embarquement».
.
LES FICHÉS S ONT LE DROIT DE VOYAGER
.
Selon la PRÉFECTURE DE LA RÉUNION, la Fiche S ne peut pas être la raison d’un refus d’embarquement.
.
La Fiche S signifie que la personne est sous surveillance car d’après les autorités, elle pourrait représenter une menace pour l’état Français. Cela n’indique pas un soupçon de lien avec le terrorisme. Il y a aussi différents niveaux de surveillance : pour l’instant, il n’est pas indiqué si les trois hommes faisaient l’objet d’une surveillance d’un niveau faible ou élevé.
.
En tout, en FRANCE, l’on compte environ 10 000 personnes fichés S. Il n’y a cependant pas de chiffres officiels pour LA RÉUNION. En effet, ces données sont considérées comme «SECRET DÉFENSE».
.
PLAINTES CONTRE CORSAIR ?
.
Il reste donc à savoir comment le commandant de bord a su que trois hommes fichés S allaient monter dans son avion.
.
D’après nos informations, les trois hommes auraient menacé de porter l’affaire devant la Justice. CORSAIR précise qu’une plainte a bien été déposée et que l’enquête est en cours. La compagnie aérienne assure que par ailleurs, aucun billet n’a ensuite été offert à ces clients.
.
.
.

NICE : SELON CHRISTIAN ESTROSI, L'AÉROPORT AURAIT LAISSÉ PASSER DEUX PERSONNES «FICHÉES S»

7 AVRIL 2016 20 MINUTES
.
TERRORISME Selon le maire LES RÉPUBLICains les individus auraient bénéficié d’une dispense de contrôle. Faux, rétorque le SOUS-PRÉFET DES ALPES-MARITIMES..

.
Deux personnes «fichées S» auraient réussi, en août dernier, à entrer sur le territoire français sans être inquiétées. Sachant que certains passagers «en provenance d’ARABIE SAOUDITE ou d’autres États de la péninsule arabique bénéficient à leur arrivée à l’aéroport international d’une exemption d’inspection et de filtrage», les deux individus auraient atterri à l’AÉROPORT DE NICE (ALPES-MARITIMES) et en seraient donc sortis sans souci.
.
«Chaque année, plusieurs dizaines [de ces voyageurs au statut particulier] bénéficient de ce privilège», a indiqué CHRISTIAN ESTROSI, LE MAIRE DE NICE (LR), ce jeudi matin sur
RTL.
.
.
.
MANUEL BROUSTAIL FICHÉ S VOYAGE AVEC DES ARMES EN SOUTE : DÉFAILLANCE SÉCURITAIRE ?
9 MARS 2016 FRANCETVINFO
.
Un individu identifié comme
«radicalisé» a réussi à embarquer dimanche à bord d'un avion reliant NANTES au MAROC avec des armes blanches dans ses bagages. En plateau, AMÉLIE DELOI tente d'expliquer s'il y a eu manquement.

.
Dans cette affaire, deux questions peuvent se poser. La première MANUEL BROUSTAIL, cet ancien militaire français arrêté au MAROC, avait-il le droit de quitter le territoire ?
«La réponse est oui. Simplement parce que ce spécialiste des explosifs, certes fiché comme radicalisé, avait une assignation à résidence qui a été levée fin février. Dimanche il a donc pu embarquer pour le MAROC où il possède une résidence, en toute légalité», explique la journaliste.
.
LES ARMES BLANCHES NE SONT PAS DES OBJETS INTERDITS EN SOUTE
.
La deuxième interrogation concerne ses bagages.
«Selon la PRÉFECTURE DE LA LOIRE-ATLANTIQUE, les détecteurs électroniques n'ont pas réagi à son bagage de soute, tout simplement parce qu'il ne contenait pas d'explosifs. Les couteaux, la machette, la bonbonne de gaz de camping même, retrouvés dans sa valise ne sont pas en tant que tels des objets interdits. À NANTES, on affirme donc que toutes les procédures de sécurité ont bien été respectées. Considéré comme dangereux, le renseignement français l'avait donc signalé aux autorités marocaines qui ont décidé de l'interpeller dès son arrivée à Fes dimanche dernier. L'enquête devra déterminer s'il avait ou non l'intention de commettre un attentat», conclut AMÉLIE DELOI.
.
.
.
AIR FRANCE : L’INSCRIPTION «ALLAH AKBAR» DÉCOUVERTE SUR UN AIRBUS AU MAROC
24 JUILLET 2015 TOURMAG 
.
Le personnel au sol de l’aéroport de CASABLANCA a découvert, jeudi 23 juillet 2015, l’inscription «Allah Akbar» sur l’aile d’un AIRBUS A320 d’AIR FRANCE. Une information confirmée par la compagnie, qui refuse toutefois de préciser la nature du graffiti.
.
C’est une inscription assez inquiétante qui a été retrouvée, jeudi 23 juillet 2015, sur un AIRBUS A320 d’AIR FRANCE.
 

.
Lors d’un ravitaillement à l’aéroport de CASABLANCA au MAROC, le personnel au sol a découvert le tag «Allah Akbar» sur l’aile droite de l’appareil, juste à coté de l’ouverture pour le kérosène.
.
Une information dévoilée par le journal marocain GOUD.MA et confirmée par AIR FRANCE.

.
«Nous avons bien retrouvé un graffiti sur l’un de nos avions. Nous ne pouvons toutefois pas en confirmer la nature», a déclaré le service de presse d'AIR FRANCE.

.
Une enquête est en cours afin de savoir si cette inscription a été réalisée à l’AÉROPORT PARIS CHARLES DE GAULLE ou à celui de CASABLANCA.

.
L’expression «Allah Akbar», qui signifie «DIEU est le plus grand» a notamment été scandée par les assaillants contre le journal CHARLIE HEBDO.

.
Elle est désormais largement utilisée comme un cri de guerre dans de nombreuses vidéos de combattants armés se réclamant de diverses organisations terroristes.

.
Cet événement pourrait relancer le débat autour de la sécurité des appareils pendant la phase de maintenance au sol.
.
.
.
AÉROPORT DE ROISSY : LES RÉSULTATS DES PERQUISITIONS SONT JUGÉS «INQUIÉTANTS»
23 NOVEMBRE 2015 LINTERNAUTE 
.
En fin de semaine dernière, des perquisitions ont été menées dans l'enceinte de l'AÉROPORT ROISSY-CHARLES-DE-GAULLE, celles-ci visaient les locaux d'AIR FRANCE CARGO, de FEDEX et de SERVAIR. Plusieurs découvertes «inquiétantes» ont été faites.
.
Trois perquisitions se sont déroulées en fin de semaine dernière à l'AÉROPORT DE ROISSY. Les deux premières concernaient les locaux des entreprises FEDEX et AIR FRANCE CARGO. D'après le représentant de la CGT MIGUEL FORTEA
«rien n'a été trouvé chez AIR FRANCE CARGO». La préfecture déléguée aux aéroports a confirmé qu'il n'y a eu «ni découverte d'élément notable, ni interpellation». Cette perquisition a néanmoins permis de constater que 58 SALARIÉS ÉTAIENT FICHÉS «S». LES EMPLOYÉS QUI POSSÉDAIENT UN BADGE DONNANT ACCÈS AUX PISTES, se le sont fait retirer.
.
La dernière perquisition concernait SERVAIR, filiale d'AIR FRANCE en charge du catering et de la logistique pour certaines compagnies aériennes du hub. SERVAIR fournit, par exemple, les plateaux repas à destination des voyageurs. La GENDARMERIE DES TRANSPORTS AÉRIENS a fait ouvrir, un vestiaire et 2 100 casiers appartenant aux employés de l'entreprise. Les résultats de ces perquisitions ont été communiqués par la préfecture déléguée aux aéroports. Celle-ci a annoncé qu'un des casiers contenait
«plusieurs objets révélant des signaux faibles de radicalisation et un prosélytisme avancé». Par ailleurs, des objets volés à l'entreprise (et dont la nature exacte n'a pas été précisée) ont été retrouvés. Ils ont été remis au responsable sureté de SERVAIR qui prévoit de porter plainte contre les voleurs présumés.
.
A la suite de ces annonces, SERVAIR a fait valoir un droit de réponse dans l’ÉCHO TOURISTIQUE :
«SERVAIR rappelle son attachement aux valeurs de laïcité, et son souci d'empêcher tout prosélytisme au sein de ses locaux. A cet égard, SERVAIR vérifie régulièrement qu'aucun exercice de culte religieux ne soit tenu au sein de ses établissements, et dément fermement tout «laisser aller» ou toute volonté «d'acheter la paix sociale».
.
Face à ces révélations inquiétantes, les représentants de la CGT AIR FRANCE ont appelé
«à renationaliser la sécurité des aéroports» et ont tenu à «alerter l’État et les citoyens sur les risques majeurs que courent les aéroports» alors que l’État d'urgence vient d'être prolongé en FRANCE. La CGT a souhaité rappeler que «le contrôle des accès aux aéroports, des postes d'inspection filtrage, des bagages cabines et des passagers avant l'embarquement furent par le passé assurée par la GENDARMERIE DU TRANSPORT AÉRIEN, avant d'être sous-traité à des entreprises privées».
 .
Le PRÉFET DE SEINE-SAINT-DENIS, PHILIPPE GALLI, a d'ores et déjà demandé la multiplication des contrôles dans les entreprises situées à l'intérieur de l'enceinte de l'aéroport de ROISSY.
.
.
.