Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2016

DÉCLARATION INTERNATIONALE DES DROITS SEXUEL [ENFANTS]

«DÉCLARATION INTERNATIONALE DES DROITS SEXUELS»
.
.
.
La loi au service du sexe
Légaliser de se marier et d'avoir des relations sexuelles avec des enfants
.
.
.
.
.
.
.
LE «PROJET INTERNATIONAL DE LIBÉRATION DES DROITS SEXUELS» EXPLIQUÉ
.
MARION SIGAUT HISTORIENNE
.
,
,
Il semble que le trafic humain, tel que défini par «LA DÉCLARATION DES DROITS SEXUELS» de l'IPPF, ne sera plus illégal ou criminalisé si un enfant «consent» à s'unir à toute personne et ce, peu importe son âge et son orientation sexuelle (pédophile, transgenre...).
.
L'obstruction des parents ne pourra plus faire obstacle à cette union puisque l'enfant aura la «capacité évolutive» de prendre seul ses décisions concernant sa vie. Les parents ne pourront pas non plus s'objecter à l'avortement ou à la prise de moyens contraceptifs puisque ce sera un droit sans restriction ni discrimination afin de respecter la «capacité évolutive de l'enfant» !
.
.
.
MAÎTRE THIERRY LEVY, AVOCAT, PLAIDOYER POUR LA PÉDOPHILIE
.
DE LA CHAIR FRAÎCHE POUR LES OBSÉDÉS SEXUELS
4 AVRIL 2012 L'HOMME NOUVEAU
.
Ce sont les mêmes qui se battent contre l'hypersexualisation des enfants, leur exploitation sexuelle et militent pour une éducation sexuelle de ces mêmes bambins dès la naissance et pour LA RECONNAISSANCE DE DROITS SEXUELS DÈS 10 ANS. Ils se battent à grands coups de conférences, décrets, communiqués et directives efficaces car nourris des concepts magiques de droit, d'égalité et de développement, surtout s'il est durable. «Ils»… Ce sont la nébuleuse ORGANISATION DES NATIONS UNIES (ONU) et toutes ses ramifications, spécialement l'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS), la CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LA POPULATION ET LE DÉVELOPPEMENT (CIPD), l'ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE (UNESCO) et l'ASSOCIATION HUMANITAIRE POUR LA SURVIE ET LA PROTECTION DES ENFANTS DU MONDE (UNICEF).
.
On pourrait faire remonter l’histoire bien loin, aux début de la «libération sexuelle». On pourrait faire remonter l’histoire aux CONFÉRENCES DU CAIRE en 1994 et de PÉKIN en 1995 qui avaient forgé et commencé de distiller dans les mentalités le concept aussi pervers qu’efficace de «santé reproductive». On pourrait lui trouver mille et une explications, causes et signes avant-coureurs. Arrêtons-nous simplement sur la publication de l’OMS le 20 octobre 2010 des «premières recommandations détaillées en vue d’aider les décideurs de la santé publique à élaborer des programmes appropriés d’éducation sexuelle», fruit de la RÉUNION EUROPÉENNE de l’OMS sur les défis à l’amélioration de la santé sexuelle qui s’était tenue à MADRID. Ces mesures devaient permettre de prévenir les enfants contre l’exploitation sexuelle, contre les grossesses précoces et/ou non désirées et contre les traumatismes liés à la vision d’images pornographiques choquantes si (et seulement si, bien entendu) l’enfant n’a pas reçu d’explications auparavant. Il s’agissait de ne pas attendre l’adolescence pour évoquer ces questions avec nos chères têtes blondes, de ne pas réduire l’éducation sexuelle à la seule explication des mécanismes biologiques pour l’inscrire dans le cadre plus large de valeurs. Valeurs ? Heureuse nouvelle… Peut-être s’agit-il de bonheur humain, de développement intégral, de respect, de complémentarité ?
.
Faux espoir. Les valeurs de l’OMS sont la lutte contre le SIDA, les grossesses non-désirées et les violences sexuelles. Ainsi placée dans cette étonnante énumération, la grossesse apparait, au choix, comme une maladie ou une violence faite à la personne. Non contents des aberrations susdites, l’OMS invitaient en outre les parents à commencer cette éducation sexuelle… dès la naissance. A encourager leurs enfants à découvrir et toucher leurs organes sexuels dès 5 ans pour découvrir les mécanismes du plaisir et mettre enfin aux oubliettes les principes archaïques qui voudraient réserver le plaisir sexuel aux seuls adultes. Que les enfants découvrent et touchent leur corps est une bonne chose, naturelle et constitutive de leur apprentissage. Que les parents incitent à la masturbation est d’un tout autre ordre.
.
Alors que l’OMS encourageait les parents à s’investir le plus tôt possible dans l’éducation sexuelle de leurs enfants, la FÉDÉRATION INTERNATIONALE DU PLANNING FAMILIAL continue d’en inonder les bureaux de rapports et communiqués contre l’engagement des parents dans la santé sexuelle de leurs enfants. Avec d’autres lobbies du même acabit, la Fédération travaille activement à l’abrogation des «législations qui restreignent l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et procréative, et même celles qui prévoient un consentement obligatoire des parents ou du conjoint» et, de décrets en publications, obtient peu à peu gain de cause.
.
Le 4 octobre 2011, le RAPPORTEUR GÉNÉRAL DE L’ONU ANAND GROVER publiait un rapport qui n’a pas fini d’alimenter les revendications libertaires. Il y revendiquait l’accès à la santé sexuelle et reproductive non plus au nom de l’hygiène, massivement invoquée jusque-là, mais de «l’autonomie corporelle et des droits sexuels et reproductifs des femmes».
.
Le problème de santé publique se muait en droit.
.
Et au nom de quoi les enfants en seraient-ils privés ?
.
Les conséquences ne se sont pas fait attendre puisque l’ONU, encouragée notamment par son SECRÉTAIRE GÉNÉRAL BAN KI-MOON, discute actuellement un texte qui entend reconnaître des DROITS SEXUELS DES ENFANTS DÈS 10 ANS. Les conclusions devraient être rendues d’ici la fin du mois d’avril.
.
Pourquoi 10 ans et pas 7 ans et demi ou 5 ans et 4 mois ? Nul ne le sait.
.
Quelles raisons, quels arguments, quelles études scientifiques permettent d’affirmer que la différence entre adultes et enfants est obsolète ? Nul ne le sait.
.
Mais pendant ce temps, le militantisme pour la dépénalisation de la pédophilie et la suppression de la majorité sexuelle continue son petit bonhomme de chemin. Il choque encore l’opinion publique et reste minoritaire, mais l’avortement aussi, en son temps, choquait… Cette reconnaissance des droits sexuels des enfants serait du pain béni pour les pédophiles et pervers de tous poils, l’occasion, en toute légalité, de s’adonner à une énième transgression. Les relations sexuelles entre un adulte et un enfant auraient lieu sous réserve d’un consentement mutuel, assurent-ils. Outre l’horreur que représentent de telles relations, qui peut sérieusement affirmer que l’enfant n’est pas sous l’emprise de l’adulte qui pourra lui extorquer bien trop facilement un oui qui n’en est pas un ? En septembre 2011, le film TRUST de DAVID SCHWIMMER sortait sur les écrans. Un film parmi d’autres sur les dangers de la pédophilie mais qui avait le mérite de mettre en scène l’emprise psychologique que l’adulte peut avoir sur l’enfant ou l’adolescent. C’était l’histoire, sordide parce qu’atrocement réaliste, d’une jeune fille prise dans les filets d’un pédophile rencontré au hasard d’un forum de discussion sur Internet. La jeune adolescente, manipulée, est violée mais ne le réalise que bien plus tard avant de plonger dans le désespoir et de tenter de se suicider.
.
Un film inspiré d’une histoire vraie et qui pourrait devenir monnaie courante…
.
Parents, cachez vos enfants !
.
.
.

>
PÉDOCRIMINALITÉ JUDITH REISMAN EXPLIQUE LE RAPPORT DU  PERVERS Dr ALFRED KINSEY 2 DÉCEMBRE 2016
.
.
.
 
.
LE DROIT DE CONNAÎTRE ET DE JOUIR D'UNE SEXUALITÉ INDÉPENDANTE DE LA REPRODUCTION ET D'UNE REPRODUCTION INDÉPENDANTE DE LA SEXUALITÉ
.
 
.
.
.
ARTICLE 5 PAGE 11 LE DROIT À L’AUTONOMIE ET À LA RECONNAISSANCE DEVANT LA LOI
Toute personne a le droit d’être reconnue devant la loi et à la liberté sexuelle. Cela implique pour chacun l’opportunité pour chacun d’exercer le contrôle sur ce qui touche à sa sexualité, de décider librement de ce qui touche à sa sexualité, de choisir ses partenaires sexuels, de rechercher à atteindre son plein potentiel et plaisir sexuels, ce dans un contexte non discriminatoire et en tenant pleinement compte des droits d’autrui et des CAPACITÉS ÉVOLUTIVES DE L’ENFANT.
.
=> CAPACITÉ ÉVOLUTIVE : terme se référant spécifiquement à la capacité de l’enfant à pouvoir prendre seul des décisions concernant sa vie. Il s’agit également du concept selon lequel la capacité de l’enfant à prendre des décisions évolue lors de son passage de la petite enfance à l’enfance, et de l’enfance à l’adolescence.
.
.
.
ARTICLE 6 PAGE 11 LE DROIT À LA LIBERTÉ DE PENSER, D’OPINION ET D’EXPRESSION ; ET LE DROIT À LA LIBERTÉ D’ASSOCIATION

NAJAT VALLAUD BELKACEM LE GENDER CA N'EXISTE PAS !!??


Toute personne a le droit d’exercer sa liberté de pensée, d’opinion et d’expression en matière de sexualité, d’orientation sexuelle, d’IDENTITÉ DE GENRE et de droits sexuels, sans intrusions arbitraires ni limitations fondées sur des croyances culturelles ou l’idéologie politique dominante, ou encore SUR DES NOTIONS DISCRIMINATOIRES D’ORDRE PUBLIC, DE MORALITÉ PUBLIQUE, de santé publique ou de sécurité publique.
.
.
.

ARTICLE 6 PAGE 11 LE DROIT À LA LIBERTÉ DE PENSER, D’OPINION ET D’EXPRESSION ; ET LE DROIT À LA LIBERTÉ D’ASSOCIATION
Toute personne a droit à la liberté de penser, de conscience et de religion, en tenant en compte de LA CAPACITÉ ÉVOLUTIVE DE L’ENFANT
.
=> INTERDIT D'INTERDIRE CECI «DES NOTIONS DISCRIMINATOIRES D’ORDRE PUBLIC, DE MORALITÉ PUBLIQUE»
.
.
.
APRÈS LE GENDER PROMOTION DE LA PÉDOPHILIE SATANIQUE
31 AOUT 2015 BVOLTAIRE
.
Le MINISTRE FLEUR PELLERIN A VISITE, enthousiaste, pendant deux heures, la FRICHE BELLE DE MAI au mois de juillet. A-t-elle pu ne pas voir l'exposition en question ?
.
Un collectif d'auteurs internationaux a organisé une exposition de dessins représentant des scènes de pédophilie, de pédopornographie, de zoophilie et j'en oublie.
.
.
.
.
.
ARTICLE 7 PAGE 11 LE DROIT À LA SANTÉ ET DE BÉNÉFICIER DES PROGRÈS DE LA SCIENCE
Toute personne a le droit de jouir du meilleur état de santé physique et mentale qu’elle soit capable d’atteindre, ce qui comprend les déterminants de la santé et l’accès aux soins de santé sexuelle pour la prévention, le diagnostic et le traitement de toute prévention, problème ou pathologies sexuels.
.
.
.
ARTICLE 7 PAGE 11 LE DROIT À LA SANTÉ ET DE BÉNÉFICIER DES PROGRÈS DE LA SCIENCE
Toute personne a le droit d’accéder à la santé reproductive et à d’autres technologies médicales, ou de les refuser, ce sans discrimination. TOUTE RESTRICTION À CE DROIT ÉTANT FONDÉE SUR L’ÂGE NE DOIT PAS TRANSGRESSER LES PRINCIPES DE NON DISCRIMINATION ET DE CAPACITÉ ÉVOLUTIVE DE L’ENFANT
.
=> CAPACITÉ ÉVOLUTIVE : terme se référant spécifiquement à la capacité de l’enfant à pouvoir prendre seul des décisions concernant sa vie. Il s’agit également du concept selon lequel la capacité de l’enfant à prendre des décisions évolue lors de son passage de la petite enfance à l’enfance, et de l’enfance à l’adolescence.
.
.
.
ARTICLE 9 PAGE 11 LE DROIT DE CHOISIR DE SE MARIER OU NON, DE FONDER ET PLANIFIER UNE FAMILLE ET DE DÉCIDER D’AVOIR OU NON DES ENFANTS, QUAND ET COMMENT
Toute personne a le droit de choisir de se marier ou non, de fonder ou non une famille, de décider d’avoir ou non des enfants, de décider librement et en toute responsabilité du nombre de ses enfants et de l’espacement des naissances, et ce dans un environnement où les lois et politiques reconnaissent la diversité des formes de famille, y compris celles non définies par la descendance ou le mariage.
.
.
.
DÉCLARATION OFFICIELLE INTERNATIONAL PLANNED PARENTHOOD FEDERATION IPPF (LE PLANNING FAMILIAL MONDIAL)
USA UN PÈRE ARRÊTÉ POUR AVOIR REFUSÉ QUE L'ÉCOLE ENSEIGNE LES RELATIONS SEXUELLES À SA FILLE 8 MAI 2014
«Les législations qui restreignent l’accès des jeunes aux services de santé sexuelle et procréative, et même celles qui prévoient un consentement obligatoire des parents ou du conjoint» doivent être soit abrogées, ou rester inappliquées.
.
.
.
5 AVRIL 2013 LAURENCE ROSSIGNOL, SECRÉTAIRE D'ÉTAT CHARGÉE DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES ÂGÉES, «LES ENFANTS N'APPARTIENNENT PAS A LEURS PARENTS»
va encore plus loin et affirme que «les jeunes doivent être considérés comme des acteurs indépendants et libres de tout obstacle qui ignorerait leurs propres «capacités à prendre des décisions informées». Leur but principal à cette conférence consiste à marginaliser l’engagement parental et à encourager les Etats qui soutiennent leur position à augmenter la pression favorable à ce type de langage, déjà avalisé par le Secrétaire général.
.
.
.

PRINCIPE 7 PAGE 10 LES OBLIGATIONS DE RESPECTER PROTÉGER ET SATISFAIRE [LES DROITS SEXUELS] S’APPLIQUENT À TOUTES LES LIBERTÉS ET À TOUS LES DROITS SEXUELS
Les droits et libertés sexuels comprennent des revendications juridiques fondamentales ainsi que l’accès aux moyens permettant de les satisfaire. Comme pour les autres droits humains, les états ont l’obligation de respecter, protéger et satisfaire les droits sexuels de tous.
.
ALLEMAGNE THÉORIE DU GENRE UN PÈRE EN PRISON
L’obligation de respect requiert des États qu’ils s’abstiennent de toute ingérence, directe ou indirecte, dans la jouissance de droits particuliers, soit, dans le cas présent, des droits sexuels. L’obligation de protection requiert des Etats qu’ils prennent des mesures interdisant à toute tierce partie de compromettre les garanties inhérentes aux droits humains. L’obligation de satisfaction requiert des Etats qu’ils adoptent des mesures législatives, administratives, budgétaires, judiciaires, promotionnelles, et toute autre mesure appropriée, visant au plein exercice de ces droits
.
.
.
ARTICLE 10 PAGE 11 RESPONSABILITÉ ET RÉPARATION
Toute personne a droit à des mesures et recours éducatifs, législatifs, judiciaires et autres, qui sont efficaces, adéquats, accessibles et appropriés afin de veiller et d’exiger que ceux qui ont le devoir de faire respecter les droits sexuels leur rendent des comptes. Ceci implique la capacité à surveiller la mise en œuvre des droits sexuels et l’accès à une réparation pleine et entière par restitution, compensation, réhabilitation, satisfaction, garantie de non-répétition et tout autre moyen.
.
.
.
 
.
.
.
.
L'IPPF : UNE ODEUR DE SOUFRE

USA VENTE D'ORGANES DE BÉBÉS AVORTÉS 25 JUILLET 2014
VENTE D'ORGANES DE BÉBÉS AVORTÉS : LA NOUVELLE VIDÉO QUI MET À MAL LA DÉFENSE DU PLANNING FAMILIAL AMÉRICAIN

PLANNING FAMILIAL USA NÉGOCIATION PRIX D'ORGANES DE FŒTUS FÉVRIER 2015
Une nouvelle vidéo, toujours tournée en caméra cachée, en février 2015 cette fois. On y voit le Dr GATTER, alors encore PRÉSIDENTE DU CONSEIL DES DIRECTEURS MÉDICAUX DU PLANNING FAMILIAL, négocier le prix d'organes de fœtus. Celle-ci, après avoir expliqué que l'argent n'est pas sa principale préoccupation, en demande un bon prix, parce que, dit-elle en riant, elle souhaite s'acheter une LAMBORGHINI.
14 JUILLET 2015 YVES DAOUDAL
.
LIFE SITE VIENT DE DIFFUSER UNE VIDÉO où l’on voit une DIRECTRICE DU PLANNING FAMILIAL discuter tranquillement de la façon dont on doit découper les fœtus dans le ventre de leurs mères pour pouvoir avoir des morceaux en bon état afin qu’ils soient vendables. Le morceau se vend entre 30 et 100$. C’est le foie qui est le plus demandé, bien que «beaucoup veuillent des cœurs intacts en ce moment». Elle reçoit des demandes pour des poumons, et aussi pour des «extrémités inférieures», et elle ne sait pas trop pourquoi, sans doute «pour les tissus musculaires».
.
Le seul problème est qu’il faut le faire de façon à qu’on ne dise pas «la clinique vend des tissus et se fait de l’argent avec cela».
.
Elle pratique elle-même des avortements à LOS ANGELES jusqu’à la 24e semaine. Elle explique qu’elle tient une petite réunion chaque matin pour déterminer quelles parties du corps sont demandées (les clients remplissent un formulaire) et quelles sont les «patientes» qui ce jour-là auront des bébés sur lesquels on pourra faire les prélèvements. Ainsi les avorteurs pourront adapter leurs gestes de façon à ne pas endommager les organes à vendre ce jour-là. «Pour cette raison, la plupart des fournisseurs – sic – se font guider par échographie, afin de déterminer où ils vont mettre les forceps. Ils se disent : «je ne vais pas écraser cette partie, je vais écraser en dessous, et au-dessus, et je vais voir si je peux avoir ça intact». Certains changent la façon dont le fœtus se présente, de sorte qu’il ne vienne pas par la tête, parce que vous ne pouvez pas obtenir la dilatation suffisante. Si vous le faites à partir de la présentation par le siège, par les jambes, alors vous pouvez finir par avoir le crâne intact».
.
La LOI FÉDÉRALE AMÉRICAINE interdit l’avortement par démembrement depuis George Bush, et la vente d’organes. Mais, dit DEBORAH NUCATOLA, «les lois sont sujettes à interprétation. Si je vous dis d’emblée que je n’ai pas l’intention de faire cela, ce qui arrive après n’a pas d’importance».
.
Il faut regarder cette vidéo, car on y voit DEBORAH NUCATOLA raconter cela comme elle raconterait ses vacances, sans l’ombre d’une hésitation, sans la moindre pudeur, entre une fourchetée de salade et une gorgée de vin… Il me semble que n’importe qui de normal ne peut que se demander comment c’est possible. Comment l’être humain peut en arriver à ce degré d’inconscience dans le mal.
.
Le PLANNING FAMILIAL AMÉRICAIN n'a pas contesté l'authenticité de la vidéo, mais s'est défendu en affirmant qu'il s'agissait de dons de patientes pour faire avancer la recherche, les prix ne correspondant qu'aux frais médicaux et de transport vers les laboratoires. La plupart des journaux français se sont évidemment empressés de lui donner raison.
.
.
.