Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2016

L'ANTISÉMITISME AUTREMENT

L'ANTISÉMITISME
AUTREMENT
.
.
.
.
.
.
LES POURFENDEURS DE L'«EXTRÊME DROITE ANTISÉMITE»
.
YANN MOIX FRÉDÉRIC CHATILLON ET ALAIN SORAL
https://lh3.googleusercontent.com/4RLP_QimAS6I0tR1ZPT4fU0qqUwFfyzsS-3Ji0pdcHYp2rh4rOYYIm0Ebe8ljN42RQx3MTg1hi8HQsbHtag43eX_sAYP1zQEigxH9zTgriixFZBTHpZnlJqNdrjCUCJTj0yVV_CI3FP6fr0nkLrmQY1SF6WtwyASKN6fh0n_hxXCuyYgAgyHuMiVmzSPG3uUvM5zJZAg_bw1AqpiGC8cxfVPfTkSUUR_YD4sUVks2SvCUgQU_4QFw4KFdF9A8a_h2r3MSccoYQ4TJtbNs83cd-etnLVf1_LIHZwVl4AA4ddTr0x27BQ_nE9QPLs4ffHRkVZNfy6Zf_i1Oa3HRV0cODtTIuC9xnaIygWNYijY0Ld682JHf3vCPhTkCNb5uxH-LEFNQZcJX-swPRJxMsNnqIBMEzCQshHRJjUpGff25NhpbQM8mxdvl1JQaiKJX8VGHyFsW0M2kL405jwVsklANodxA0CEEalQiwiMGQesFgt8I_tTwBw1gq3yAu0jgCXYWA6fuHdmolHEP1BXgLqvQ0Tbzl_LzNLei4nrHfGWLVffDGNeRc686ZHCIcGEA7VcdO0qJp1-rQrcJq2SmfBo2sRcbtGMlWcukTFeq-RyG58zMr4oGbA4K2lGSGeY_eOM4M8e2sKBs9s88c2CA_KjpeMM0N3NNXYcM4ASmD-FIT4=w580-h326-no
https://lh3.googleusercontent.com/iMjwAt9LspGmfSP0Pu0KQF_jvThotQhPSDcyJQmRFgfhVgfa1uK8N7zZp_JtUOEPpjAXxOIfWevfoShBQjr1vgN4945ZBJX-6vWiAIEWexApYSkl2ZKfdhFjDTtDEaZQDNMP0hBkhBVZP05uS89lUo_aPQ_eyka3XsC-bEoHzmK_x6nB19J6R-v-8k3jFS5wYMHl_esSUNZmsuNDodqgHjgC2vo268GXmz473q-E5lKHwOItZdafUBR3_gOH8qx2qF_9vrzzdUJvNovS233dDukwYy-5xyAW7ojqpQUoSvq1oNQxsBfY6PxijT9P49M70Fal0ZiHI6DcGRNLC6KeNqa-t2PEA2ZfewKjS5q_MtLLG6x1namWiC9ZAdcPe5rN-DO7MDg4rhOEcWtIT6BoUovUF-Ibqu8TtfhZXaTFyEx_Q6ebc0QG2gr2NLQcODr0SWlr6OLGECPJ2cS4ol-EXHbzovTUB7YCHmfVkMk7TYL_oY4lY65aSoMWHT4LGqQwbw2Au9kni62CK-8hZyJ3ej0svpnG36LVemvH0p-Dxk0Tp0I38W1zdEQlOe9h4fY62jrg2MgJ1RZ1oTHItE5XoEn0QjkG7f86Liwmb3cf2jGoFB6lI7Fs9t9DjnjjBbp-vWnvsYNsqYK9SzLGp6UVDv1tgNxZ5dfFRo2rdYKSsSs=w400-h263-no b
https://lh3.googleusercontent.com/TwQ9eknmsUfdpu5ZhXPq8avqUJytwIfieZeeDIqGv9DLvTc0s9yuteu_NrYBkK8TwyLYXK-ybaUciUwmdIr6ithp5-s0P9sim59APnJbKiRg1hxM3zvwULDKLt87DJTnMDH3SYqziLT5JEmdvb0gF9u-jtsQFZm5yksll7oeRwwTFJmn4ZxzmbfUVV6yhSXRcdjITTSbm6rFeul8Y5-4M5lZgTueEfkZbYLt5df7NctfriTZq8A20jyoJNxd-y2wLDyqHsWQKEsy7FJ4-TPakAU4T3PE_IhESESKENTg670Bx3GwRFkTKq4QiYSW2C_JSPk5C4vc5lInVTm5Gd8BeoxzHJcq8rbp9Emtp2zvvyUGYt71k1nVoVFONXdfqvb7qjGaRIY6audj5iRrhFYke3-k0RouB-vyyV1WHcTppSfYqN5_wa5s74iTT_6RNJViasYOnANP7s4aNA4uua3h-E2qIKo7S1WxQ5oEq1Slicc9deJIBdf_O9-Rh5FeMR2RqTXlATeQDeK32ObAZU9_mBkLd1gALbUcj_B0CA81krzzuqYCMq0Yzg_NukL9bfOFj958WwqJzFHUkNW8EeCVup6GCccv8fLXFprU5m8BCqr3xv3HL-NJYFPBcLN5X1nXHzDUZ1SkKBK8tR-98_FI_BFE5yHwr5F8kV6CVIQzKxs=w580-h359-no
.
.
.
19 JUIN 2015
.
PAUL-ÉRIC BLANRUE SUR SON AMITIÉ AVEC YANN MOIX
https://lh3.googleusercontent.com/yISen57HKHciUyYRCFEsCqkMtIYSvnIv4PKcemc4LWFmS4-Y8LTeaYJkNJSWLrk1IcsTO-HfOV52P4VEeboSQyxSwxL1DBbPm4YJc7iMMzWQ6TNXpxV9AR3pvZ8IXDuaFWL-GNGMgZ6kGrCj0wSTLy-eWQG2OCs3FmJb8WhbyR71kn6fVUP9KQDTWF-mdYD6PRF2p_4FL2YBni6kVty_1MyK3d3ZjuMYDvRdEezL2_Qk58g6QUB3UQPD8qQLxiB3AJk6t5UArSTjw5a1_55k1BnY0Z3u3JggjVSIQeWz5AnxXICwbbwZSW9BFJ_YmwHp_NSbfS7ZhCOUIouHeYGz37fD7Oaae5PkPtsewlPltAtFXtjq8y7qL2XOFhGxiTTMPIo-ANeu3B74CCQNKcYwcaktLpwk656rXem-OCIHEaRnRfhXAMCDlVK18_rqzn6LoKNq0odQfo-pUUJ8tvdUM_9OyVqNMfeFAi4BddZphyZNvPjYX19nQBG_R77-2aPRLCAFTWt8twnSBNHK_UWVIVmXYIWSU-ctvQ9Nk1-HHHa2QB0Tp2C87HrPEwyCJxqojuzJfFpiVItfSlyfB6QYtaacyUqfg2bM3UoUme6lQG4ZX7aoxcK17YEmIL2jTirf7iFHY052ZcTZvP0gk0hfnaGWz5cYEvzA5vZRa5Rkaic=w580-h435-no
L'écrivain PAUL-ÉRIC BLANRUE revient sur son amitié avec YANN MOIX à l'occasion de son procès pour révisionnisme devant la 17e chambre du TGI de Paris et pour laquelle la LICRA s'est portée partie civile
.
.
.
CHRISTIAN ESTROSI ET JEAN MARIE LE PEN
https://lh3.googleusercontent.com/JhyF_zY3rhGS2qfXC19-woNKM48CFgBB_YeqYg8ejyayvlns0nAXeo2fKxLlCIQeWhtfJqVfo5rRFCG--QikNhEWSywbjui_5F8WGuZG_8jh3mjI_psKjfsLNbG_rQubz-Ht-2lkookWlcySZ2LNsAFGvC-GZqrdwM0Lqydw5F9oWx4b2tw1n1EDpfVOMYaDsOnRni15UKX1iy-tfAPzM2RoBIy0QmuGLrJVQzwYhTcY0dm5I8OcLOs_AIODdyG2lyoBlcF6akFv-W31D87ueQddUGGqhhxLnaOKvPUqPPrb8bMK3hTky7zDvGi5OFKZjNMtoJgS8OhjbCCn4bQIAzSGitacDvs98aU4ERaFqp9B0qVaBOvi9bNKjGjaFyY2ofTJLHSHrT1Lc71WKT_BjUkUBEfWMJjxxggUnZpK6lbH4yzkVBGn6sSNFDiRlHB4lPn4EwOWEKYpwIBYiAC_nueSOAF7OAcr2JH5nS_6NrnUOncReZ5v5M1sjor3I41NpogXdjmx6rpJiaP-d3yvhfus7CjmTCkIS48diTQ12qE2vhiZ1ExFIQJZvFBveAskhnUBt8vig-rP4Tomu61PVc0QOuI8uFT6dAnvEbLQa7kc7SEDtVzfWbst34L0BXERChHap-q0sLKOGY1AkkrNfJziG13cg-A2mZtsN9XKnJs=w580-h315-no
https://lh3.googleusercontent.com/o3rTO76jlE-HW_4J1zM9Dy1QTDHq42B10FPuaoZeVFTsZoY1LI7tU2ghWVBZ7kCg6pzcn8oRcsTLpqYqVAkVlL3BmpK7D6qxT4sRp5uDCApVXygw-uku7oHyCX_RqYlu-Q9gJODixiWFBrfe9iR8ENwVSrFMikCAoA8Rt9teb76A47chBDzWHdwoRBQnXQzEut-CDw5q4XX_7xTq1zLSAcWKPh9lgCXjVDKa_9VA_ZLdQdr7yITF4Yn2bkT6EARiuYZ6hGKRfU8NWapui_iVVE80A2vqpcLN3l-MK3ffu3JSy4UVUhu0ctRdRov0u3sMFaD9giUEd35k_TdFKJJy05mF3Gg_0eP7aRdf6weZnhO1S03PWna4A1lIn8JEhphaW_e30tltV1aslla2QoPez6I4wtulczjkodkxRFDjn3qF91esiPqz9rjEOGd_bTMlwSEDerXMckV2uCBGKdHDQt9jg9QM1DVf7ZEqOZzdIi7LlvlSly3kaf8bEXYAYjgKbVqORr9hF9KQk5C9EjzFd9V0JO17vwatCeTIRW6OKqMzxzHdIn94HbaiQDsvvqS0Oz3pzELwpD48h_nwhQkJFEY8_LTXVcfysTmHZlKZnuHtMTG8ifdJtZkypdcSCy9rdPecSC54ew0xM3OxCxno_7EkW8yEj8gha5Def6DNbvY=w511-h376-no
 
FRANÇOIS MITERRAND PS
https://lh3.googleusercontent.com/0lHfr--Qv6p1UUgkUIBdT7wjK2BVCWJ59CIMTXDTcUZu3heIxG7fKwYYmGusAT2fEqQd_XUgOALhV2avBU69edVgwVX-5uTPfln6stQi69ksmFwCeSI-SIwnicGcWigHVrnHoqsJSpuJLalVPH_uUj5U6mNvnUzUhnCkNtnkVgk-U4rbjkcgp0IdMnyNZfRe7fidEP1lw7kOXOb286H2oQSlKl8jj9Fw3qe6K3E2vOHLDb-X-KY2JaGJ0iSNsJ7BoFVkRM029XagHfQ4mV9X_Xtz6NdEIfuB7EnWU9siAda5adeTqQUhp-Wd4K1nOBy_k4ikWvY142c424Q4EN8tfErY23U6II0MaRNSv62JfYjLwuKP18nz4DsZ1C3ij6ZF_Pa8klAqnyoK4iU_0UXmfQUcAlgJzQLs6art5ReDUMIhjmg-dBYij3rqXJudekomovpQPAx4Ry0mlnRT6AEpZludCpZUw9z_32pQ4ZHCQQwZ1CaFqz8nW8JMNB1GOvoRXZpapHZAfg0TqF8C_a4JCClkOqwjMCtlUlNfRnZQFCGlfI3T95RKKGNNDr0hsRMul15mgbsKW-pKdQe2pPHcuNcSKJuGl6eLuw6MBfPPVRJXk0VLDqDQquEgt6LZdGihA7fExI6NfqxLmr-dZ7xin7NlpnBEpHnVTGX6r1M8PFc=w320-h189-no
 
 
.
.
.
ET SI ON REPARLAIT DE LA KIPPA AUTREMENT ?
23 SEPTEMBRE 2012
MANUEL VALLS ET LA KIPPA
«Les juifs de France comme le fait aujourd'hui le Ministre de l'Intérieur, peuvent porter avec fierté leur KIPPA»
MAI 2014
EST-IL DANGEREUX DE PORTER UNE KIPPA DANS LA RUE EN FRANCE ? MAI 2014
.
.
.
ET SI ON REPARLAIT DU RÉGIME DE VICHY AUTREMENT ?
1er JUIN 2016
28 JANVIER 2015
.
.
.
ET SI ON REPARLAIT DES PROFANATIONS AUTREMENT ?
25 AVRIL 2014
ROBERT NAMIAS JOURNALISTE
BFM TV 19 JANVIER 2015
.
.
.
ET SI ON REPARLAIT DU DEVOIR DE MÉMOIRE AUTREMENT ?
ISRAËL BLOQUE L'ACCÈS À SES ARCHIVES
.
10 JUIN 2016 LE SAKER FRANCOPHONE / ALJAZEERA
.
ISRAËL DISSIMULE DES DOCUMENTS CAPITAUX POUR EMPÊCHER QUE LA LUMIÈRE NE SOIT FAITE SUR LES PÉRIODES LES PLUS SOMBRES DE SON HISTOIRE, SELON DES UNIVERSITAIRES
.
JÉRUSALEM – ISRAËL bloque l’accès à des millions de documents officiels, pour empêcher que la lumière ne soit faite sur les périodes les plus sombres de son histoire, affirment des militants de droits civiques et des universitaires, alors que les archives étatiques du pays sont informatisées.

Ils affirment que des officiels du gouvernement dissimulent au public des documents vitaux, indispensables à la recherche historique, souvent en violation de la loi israélienne, afin de protéger l’image d’ISRAËL.

L’armée israélienne prétend depuis longtemps être l’armée la plus morale du monde.

L’accusation d’intensifier la politique du secret est venue ternir la semaine de célébration du 49e anniversaire de la guerre de 1967, grâce à laquelle ISRAËL a pris et occupé la péninsule du SINAÏ, la bande de GAZA, la CISJORDANIE et le plateau du GOLAN.

Beaucoup des dossiers dont l’accès est refusé portent sur cette guerre et sur les premières années du régime militaire israélien imposé aux Palestiniens de JÉRUSALEM, de CISJORDANIE et de GAZA.

MENACHEM KLEIN, professeur de politique à l’université BAR ILAN, près de TEL AVIV, a dit que les chercheurs avaient besoin de ces documents pour se faire une image plus claire des événements survenus il y a 50 ans, des objectifs des décideurs, et des violations des droits de l’homme. «Nous avons progressivement réussi à faire la lumière sur une partie de ce qui est arrivé en 1948 [la guerre qui a créé ISRAËL], mais il y a encore très peu de matière disponible pour nous aider à comprendre la guerre de 1967», a-t-il déclaré à AL-JAZEERA.

«Toute l'histoire de la société israélienne et de son conflit avec les Palestiniens se trouve dans les archives. Il est impossible de comprendre et d’analyser cette histoire sans accès aux documents.» – LIOR YAVNE, co-auteur du rapport AKEVO

Dans le cadre des commémorations de cette semaine, les Archives de l’État hébreu ont publié des témoignages de commandants militaires de 1967. Cependant, les médias locaux ont noté que des pages entières avaient été censurées pour des raisons de sécurité.

Néanmoins, des documents déclassifié ont permis des découvertes révélatrices. On y a trouvé des paroles d’UZI NARKISS, qui dirigeait le commandement central de l’armée à l’époque, suggérant que lui et d’autres commandants espéraient nettoyer ethniquement la plus grande partie du territoire, sous couvert des combats. Il a dit à ses collègues officiers : «Dans les trois jours qui viennent, nous allons chasser tous les Arabes de CISJORDANIE.»

La campagne pour ouvrir au public les archives d’ISRAËL est dirigée par l’INSTITUT AKEVOT, un groupe israélien de défense des droits humains, des avocats et des chercheurs qui tentent de documenter l’histoire du conflit israélo-palestinien. Dans leur nouveau rapport, Le point sur l’accès aux archives, ils notent que seulement 1 % des 400 millions de pages de documents a été rendu public.

La plupart des fichiers auraient dû être accessibles au bout de 15 ans. Dans de nombreux cas, selon AKEVOT, le statut classifié des documents a expiré, mais ils n’ont toujours pas été rendus public. Les motifs du refus d’accès sont rarement donnés.

Dans d’autres cas, des documents qui ont déjà été déclassifiés – certains d’entre eux, il y a des décennies – ont été scellés à nouveau et sont maintenant indisponibles.

En dépit du renforcement du secret, des crimes de guerre historiques sont dévoilés.

En mars, le plus grand massacre connu des Palestiniens par l’armée israélienne pendant la guerre de 1948 qui a fondé ISRAËL – et que les Palestiniens appellent al-NAQBA – a été révélé, en dépit des efforts officiels pour cacher cette monstruosité depuis près de 70 ans.

Ce qui a mis fin au secret, c’est la publication de la lettre d’un soldat dans le journal HAARETZ, détaillant l’exécution de centaines de Palestiniens, hommes, femmes et enfants dans le village de DAWAYMEH, près d’HÉBRON. «Toute l’histoire de la société israélienne et de son conflit avec les Palestiniens se trouve dans les archives, a déclaré LIOR YAVNE, co-auteur du rapport, à AL-JAZEERA. Il est impossible de comprendre et d’analyser cette histoire sans y avoir accès.» Et il a ajouté : «Dans la pratique, la plupart des archives d’ISRAËL sont définitivement fermées.»

Selon AKEVOT, ISRAËL a mis en place un nouveau programme pour faire des copies numériques des fichiers papier existants pour augmenter leur protection.

Les archivistes sont actuellement en train de scanner et de télécharger les documents pour créer une base de données complète – un projet susceptible de prendre plus de 25 ans. Le site des Archives est entré en service en avril.

Cependant, le caractère public de la base de données signifie que des centaines de milliers de dossiers de sécurité nationale ont été soumis pour la première fois à un organisme officiel qui joue le rôle de censeur militaire. Jusqu’à présent, ses pouvoirs avaient été principalement limités à la surveillance des médias israéliens, selon Yavne.

Selon le rapport, le censeur refuse d’ouvrir au public un grand nombre de documents, il en caviarde d’autres et il reclasse en documents secrets de nombreux documents qui étaient auparavant accessibles aux chercheurs.

L’accès de dizaines de milliers de fichiers, en attente d’être examinés et dont le nombre ne cesse d’augmenter, a été également interdit aux chercheurs, selon AKEVOT.

Les demandes d’accès aux documents peuvent se voir refusées si elles risquent de nuire à la sécurité nationale, aux relations internationales ou à la vie privée. Selon YAVNE, l’accès aux dossiers dont le délai de protection a expiré est régulièrement refusé sans appui légal. Il semble que des dossiers demeurent inaccessibles quand des officiels craignent qu’ils ne «mettent en lumière des violations des droits de l’homme ou ne révèlent des affaires sordides».

Le rapport note que les dossiers concernant les décisions gouvernementales appartiennent au public, mais sont traités comme «un secret qui doit lui être caché».

La tendance actuelle à la dissimulation contraste avec l’ouverture d’une partie des archives de la guerre de 1948, à la fin des années 1980.

Une poignée d’historiens israéliens, notamment BENNY MORRIS, ILAN PAPPE ET AVI SHLAIM, avaient alors révélé qu’une grande partie de l’histoire officielle de la création de l’État d’ISRAËL était fondée sur des informations erronées.

Ces nouveaux historiens avaient réuni les preuves de massacres à grande échelle de Palestiniens, de viols et d’expulsions forcées. Ils avaient également montré que des assomptions courantes sur la guerre – comme par exemple que c’étaient leurs dirigeants qui avaient ordonné aux Palestiniens de fuir – avaient été inventées plus tard par ISRAËL, pour échapper aux critiques internationales.

Un universitaire israélien, SHAY HAZKANI, estime qu’au moins un tiers des documents relatifs à la guerre de 1948, qui avaient été déclassifiés, ont été à nouveau scellés. Étant donné le grand nombre de documents, beaucoup d’entre eux n’avaient pas encore été examinés par les chercheurs.

NUR MASALHA, un historien palestinien basé au ROYAUME-UNI qui a révélé des preuves, puisées dans les archives israéliennes, d’une politique d’expulsion, ou de transfert, de Palestiniens entre 1948 et 1967, a déclaré à AL JAZEERA que l’interdiction d’accéder aux documents faisait partie d’un plus large système de répression en ISRAËL.

Elle reflète, selon lui, l’inquiétude croissante d’ISRAËL qu’on fasse le lien entre son passé et les atrocités dont le pays se rend coupable aujourd’hui. «ISRAËL fait face à une condamnation internationale croissante pour ses crimes de guerre à GAZA, au moment où les Palestiniens, y compris ceux qui vivent en Israël, se montrent de plus en plus déterminés à attirer l’attention sur la NAKBA.»

Certains des dossiers les plus classifiés – qui sont sous les verrous depuis 70 ans – devraient normalement être ouverts au public dans moins de deux ans. Cela tournerait les projecteurs vers les événements les plus controversés de la fondation d’ISRAËL. Or, selon AKEVOT, on ne voit aucun signe que les agences de sécurité les plus secrètes d’ISRAËL, le service de renseignement du SHIN BET et l’agence d’espionnage du MOSSAD, se préparent à ouvrir leurs archives.

Le rapport indique que l’accès aux archives «sera probablement refusé» dans le proche avenir. Selon YAVNE, le SHIN BET a déjà ignoré son engagement à rendre accessibles une partie de ses archives au bout de 50 ans.

Ces documents mettraient en lumière la politique du SHIN BET dans les premières années de l’État, quand un cinquième de la population d’ISRAËL appartenant à la minorité palestinienne a été placée sous un gouvernement militaire.

Des détails sur cette période serait embarrassants, à la fois à cause des violences subies par les Palestiniens sous le régime militaire, et aussi parce que ce modèle de gouvernement militaire a ensuite été exporté dans les territoires occupés, selon KLEIN.

Les documents d’archives pourraient mettre en évidence les pratiques de détention et de torture du SHIN BET, la manière dont il piège et fait chanter les Palestiniens pour les contraindre à devenir informateurs, et la manière dont il harcèle les dirigeants palestiniens. «Le SHIN BET a toujours fonctionné en dehors de la loi», a-t-il dit.

Le bureau du premier ministre israélien, qui supervise les archives et le SHIN BET, a refusé de faire un commentaire.

YAVNE dit que AKEVOT, qui a été créé il y a 18 mois, aide les universitaires et les chercheurs qui ont souvent peur de protester contre les restrictions croissantes. Selon lui, «ils craignent de se voir encore plus restreindre l’accès aux archives, s’ils critiquent la politique d’archivage».

Il a ajouté que AKEVOT était en train de créer une base de données alternative de documents, pour aider les chercheurs à comprendre l’histoire du conflit israélo-palestinien.

Parmi les documents top-secrets récemment mis au jour par le groupe, il y en a un qui fait état d’un ordre du gouvernement, immédiatement après la guerre de 1967, de supprimer la ligne verte marquant la frontière internationalement reconnue d’ISRAËL de toutes les cartes utilisées dans les écoles israéliennes.

Klein a déclaré que le but était «d’enraciner dans l’esprit des Israéliens l’idée que les territoires palestiniens occupés faisaient partie d’Israël» pour qu’il devienne très difficile de les rendre aux Palestiniens.

D’autres documents classifiés de l’époque montrent que le principal conseiller d’ISRAËL sur le droit international, THEODOR MERON, a prévenu les autorités que les CONVENTIONS DE GENÈVE s’appliquaient au comportement d’ISRAËL dans les territoires occupés. Or ISRAËL a toujours nié publiquement qu’il était lié par ces conventions. Il y a eu une série de révélations similaires sur la guerre de 1948.

En janvier, HAARETZ a rapporté que les Archives refusaient toujours l’accès à la transcription d’une réunion du cabinet en 1949, où les ministres avaient discuté de la profanation généralisée des églises de l’année précédente.

La discussion, cependant, a pu être reconstruite à partir d’autres sources.

Il est écrit que le MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES de l’époque, MOSHE SHARETT, avait dit que les soldats israéliens s’étaient comportés «comme des sauvages», en déféquant dans les églises et en volant des icônes. SHARETT a suggéré de verser une grosse indemnité au VATICAN pour «acheter son silence».

Le correspondant militaire israélien, AMIR OREN, a récemment écrit qu’on avait trouvé dans les archives la preuve que la vague actuelle d’exécutions de Palestiniens par des soldats israéliens n’était pas un phénomène nouveau.

Selon OREN, la guerre de 1948 «a présenté le catalogue des assassinats, des viols, des pillages et du mépris de la vie humaine» de l’armée israélienne.
.
.
.

10/06/2016

RÉPRESSION POLICIÈRE EN FRANCE

RÉPRESSION POLICIÈRE EN
RANCE
.
.
.
.
.
.
CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA GENDARMERIE NATIONALE
.
ARTICLE R. 434-5 – obéissance
.
I. - Le policier ou le gendarme exécute loyalement et fidèlement les instructions et obéit de même aux ordres qu'il reçoit de l'autorité investie du pouvoir hiérarchique, sauf dans le cas où l'ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public.
.
.
.
LETTRE ANONYME DU GIGN : NE PAS SE TROMPER DE CIBLE…
13 JUILLET 2016 BVOLTAIRE
.
HUIT MOIS APRÈS LES ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE, DES GENDARMES DU GIGN ONT RENDU PUBLIQUE UNE LETTRE ANONYME DANS LAQUELLE ILS REPROCHENT À LEUR SUPÉRIEUR, LE COLONEL HUBERT BONNEAU, SON INACTION AU SOIR DE L’ATTAQUE DU BATACLAN.
.
Quiconque a suivi un entraînement militaire et servi les armes de la FRANCE peut comprendre la frustration de ces soldats d’élite.
.
Des années de sélection impitoyable. Des exercices au plus près du réel, avec les moyens les plus avancés. La maîtrise parfaite des explosifs. Une capacité de négociation inégalée. L’épreuve du feu en FRANCE comme à l’extérieur. Mais, surtout, une réalité qui devrait les placer définitivement au-dessus de tous les autres. Celle de la vérité d’un chiffre incontestable. Depuis la création du groupe, il y a plus de militaires tués en intervention que de morts causés par les tirs des militaires. Pour eux, la mort d’un civil est un échec. Tandis que celle d’un militaire est dans le contrat. Ce chiffre à lui seul devrait disqualifier toute autre unité que le GIGN lorsqu’une situation dramatique dépassant l’entendement se produit comme au BATACLAN. Il devrait être comparé avec le nombre de civils tués par les unités qui se prétendent au même niveau.
.
L’excellence a un principe : l’obéissance. Pas de syndicat pour les soldats, pas de hiérarchies parallèles ni de réseaux occultes pour faire passer des messages. Il n’y a nulle part ailleurs que la place publique pour laver son linge sale. Alors que tous les autres se vendent, rabotent et dissimulent leurs nombreux manquements et leurs énormes erreurs pour négocier en aparté primes et moyens supplémentaires, les militaires se taisent.
.
Au soir du BATACLAN, les militaires de la brigade de sapeurs-pompiers de PARIS sont sur les lieux, et ceux de SENTINELLE ont bouclé la zone d’engagement dès les premières minutes. Deux fonctionnaires de police donnent l’assaut, seuls, à l’arme de poing, déclenchant une explosion… Pendant ce temps, les 20 premiers hommes du GIGN sont envoyés caserne des CÉLESTINS, où ils restent l’arme au pied, «en réserve», «juste au cas où» ; et 9 hommes du RAID sont dépêchés sur place. Deux heures plus tard, un effectif hétérogène de fonctionnaires donne l’assaut. Pendant ce temps, les 40 militaires du groupe sont envoyés aux HALLES, où l’on signale une «fusillade» qui n’a jamais eu lieu. Garder en réserve la meilleure unité au monde et mettre la réserve en première ligne, voici une incongruité tactique de plus dans la longue liste de ces jours terribles. Il y a des gens qu’aucune sanction du feu n’atteindra jamais.
.
Un pays qui veut gagner une guerre célèbre ses victoires et distingue ses héros. Mais limoge les mauvais chefs et congédie les piètres soldats. Il serait injuste de faire une victime expiatoire du chef de la seule unité dont la conduite a été irréprochable dans ces affaires. Le colonel commandant le Groupe d’intervention est-il responsable de toute la confusion régnant à la préfecture et PLACE BEAUVAU depuis MERAH, et qui a éclaté au soir du BATACLAN ? Une telle cacophonie ne s’étouffe que par une commission parlementaire.
.
Voici une lettre pas si anonyme qui tombe à point nommé pour se justifier, alors que la responsabilité de l’État (et donc de l’INTÉRIEUR) est pointée par la justice dans l’affaire MERAH, et que la DGSE concernant le «cerveau» des attentats contredit la version jusqu’ici affirmée par l’INTÉRIEUR. Qui est le chef de l’opération contre la FRANCE ? Qui a coordonné l’assaut du BATACLAN ? Combien de morts civils par les tirs des fonctionnaires de police ? Pourquoi les effectifs de police se sont partagé l’affaire comme un gros gâteau – à toi l’étage, à moi le rez-de-chaussée ?
.
La seule réponse a été une fanfaronnade à la gloire de «ceux qui y étaient» à SAINT-DENIS, au BATACLAN, à l’HYPER Cacher. On verra à la prochaine.
.
.
.
UN SYNDICAT POLICIER ACCUSE LE GOUVERNEMENT D’ATTISER LA VIOLENCE ENTRE FLICS ET MANIFESTANTS
5 Mai 2015 COMBIN
.
D’après la CGT POLICE, le sentiment «anti-flics» s’explique par des ordres équivoques donnés par la hiérarchie, afin que les manifestations dégénèrent.
Alors qu’ALLIANCE appelle à manifester «CONTRE LA HAINE ANTI-FLICS» le 18 mai, un autre syndicat semble comprendre le ressentiment de certains vis-à-vis du képi. C’est un portrait bien triste des
policiers dans leur rôle de maintien de l’ordre que dresse ALEXANDRE LANGLOIS, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU SYNDICAT CGT POLICE.
.
Dans une interview édifiante à L’HUMANITÉ, qu’on peut également trouver EN VERSION PDF sur le site du syndicat, il ne mâche pas ses mots et accuse ceux qui donnent «les ordres» de tout faire pour attiser la violence.
.
Alors que la police est RÉGULIÈREMENT ACCUSÉE DE FAIRE USAGE D’UNE BRUTALITÉ EXCESSIVE dans le contexte des manifestations contre la loi El Khomri, le syndicaliste est loin de défendre la stratégie de ses supérieurs. Dès le début de l’interview, il lâche que «tout est mis en place pour que les manifestations dégénèrent».
.
«ET À LA FIN DE LA JOURNÉE, LES MÉDIAS NE PARLENT QUE DES VIOLENCES»
.
Auprès du quotidien de gauche, il pointe du doigt l’immobilisme délibéré vis-à-vis des casseurs, car d’après lui «certains sont identifiés avant qu’ils intègrent les manifestations», or «aucune consigne n’est donnée pour les interpeller en amont». D’après lui, si on laisse les casseurs intégrer les cortèges, c’est pour mieux les laisser gangréner la manifestation et décrédibiliser le mouvement :
.
«Et à la fin de la journée, les médias ne parlent que des violences, et surtout plus des raisons pour lesquelles les citoyens manifestent».
.
Il prend l’exemple des DÉBORDEMENTS QUI ONT EU LIEU LE 9 AVRIL EN MARGE DE LA MANIFESTATION à PARIS. Selon lui, une compagnie de CRS était prête à stopper un groupe de casseurs au niveau de la GARE DU NORD, «mais ordre leur est confirmé de les laisser gagner place de la République, avec les conséquences qu’on connaît», conclut-il amèrement, rappelant que lorsqu’il s’agit d’aller sécuriser l’appartement de MANUEL VALLS, «les ordres ont été clairs».
.
«Le message qui est passé, c’est « casseurs venez, vous pourrez agir en toute impunité, et manifestants ne venez plus avec vos enfants, car c’est dangereux pour vous»
.
UNE POLICE «DÉSHUMANISÉE»
.
ALEXANDRE LANGLOIS exprime également le sentiment d’un moral très atteint dans les rangs de la police, qu’il juge «déshumanisée», du fait «d’une perte de sens [du métier de policier]». Pour le syndicaliste, le gouvernement se sert des forces de l’ordre comme d’une chair à canon qui excite médias et citoyens, pour qu’ils détournent le regard : «Le pouvoir politique instrumentalise la police, qui sert de bouc émissaire. Cela permet au gouvernement de faire diversion».
.
A LIRE –> LES TÉMOIGNAGES S’ACCUMULENT CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES
.
.
.
ON NOUS DEMANDE D’ARRÊTER LES GENS QUI N’ONT RIEN À SE REPROCHER PARCE QU’IL FAUT FAIRE DU CHIFFRE, RAMENER DES CONTRAVENTIONS, DE L’ARGENT. LES SEULS QU’ON ARRÊTE SONT LES CONTRIBUABLES HONNÊTES. CE SONT EUX LES CIBLES PRIVILÉGIÉES
24 OCTOBRE 2016 PIERRE JOVANOVIC

C’est donc clair, les policiers ne peuvent plus faire leur travail en FRANCE, pour éviter de faire des vagues, pour ne pas déclencher des émeutes, pour ne pas gêner la propagande du gouvernement, pour bien des raisons, les policiers ne peuvent plus faire leur véritable travail correctement. Ils sont cantonnés au gardiennage, et à la répression des citoyens qui ne se révoltent pas… La police devient une cash-machine dont le seul véritable but est de rapporter de l’argent dans les caisses de l’état.
.
Dans la dernière revue de presse de PIERRE JOVANOVIC, une partie est consacrée au mouvement de contestation des policiers français qui n’ont initialement d’autres choix que d’obéir aux ordres, et une interview de quelques uns d’entre eux est proposée, interview intéressante relayéee ici :
.
INTERVIEW AVEC 4 POLICIERS A 22h22 EN FACE DE LA PREFECTURE DE POLICE (21 OCTOBRE)
.
PIERRE JOVANOVIC : QU’ATTENDEZ VOUS DE CE RASSEMBLEMENT ?

POLICIÈRE 2 : Des gros changements… En particulier au sujet de la légitime défense.
POLICIER 1 : Des moyens humains également, et matériels. Mais surtout une redéfinition des missions à accomplir. Si seulement on pouvait arrêter les missions comme garder des immeubles, la surveillance ou de poster des lettres ! De grandes économies seraient possibles en déléguant ces tâches de pur gardiennage à d’autres personnes.

.
COMBIEN DE POLICIERS SONT AFFECTÉS À CE QUE VOUS APPELEZ DU GARDIENNAGE, DU TRAVAIL DE VIGILE EN CE MOMENT ?
.
POLICIER 1 : C’est aléatoire et ça dépend de chaque lieu. Par exemple, en ce moment trois de mes collègues ont pour mission de rester chaque nuit devant une porte. Cela fait autant d’effectifs en moins dans la rue.
POLICIÈRE 2 : On a aussi des gardes dans les hôpitaux… Dès fois on a trois collègues qui gardent des portes dans un hôpital. C’est des effectifs en moins dans la rue, pour s’assurer que ces gens ne s’enfuient pas. On ne peut même pas mettre une mission en suspens pour aller sur quelque chose de plus grave. Ce sont des missions obligatoires sans qu’il soit possible de faire autre chose pendant ce temps. Et ce n’est même pas à nous de juger quelles sont les missions les plus importantes à exécuter.
POLICIER 1 : Les gens ne comprennent pas pourquoi il faut attendre 1 heure après avoir composé le 17. Ca se comprend. Deux patrouilles sont en patrouille pour un commissariat d’une ville de 50.000 ou 70.000 habitants alors que 15 interventions sont en attente ! Résultat : l’attente pour que l’agent de police se rende sur le lieu d’intervention peut durer jusqu’à une heure ! De ce fait nous comprenons le mécontentement de la population.

.
VOUS N’INTERVENEZ PLUS TROP SUR LES TAPAGES NOCTURNES...

POLICIÈRE 2 : Si, nous intervenons toujours pour des tapages nocturnes, et même diurnes, avec cependant un délai d’attente, mais pour pouvoir intervenir il faut se libérer à un moment donné.
.
VOUS AVEZ LE SENTIMENT D’ÊTRE ABANDONNÉ PAR VOTRE HIÉRARCHIE ?
.
POLICIER 1 : Complètement !
POLICIÈRE 3 : Totalement !
POLICIÈRE 2 : On est tous unanimes là-dessus. Savez-vous que nous devons même nous protéger contre notre propre hiérarchie ?? De plus en plus de collègues s’équipent de caméras pour effectuer leurs propre-vidéos «témoin» afin de pouvoir se justifier car la Justice utilise les vidéos des rues de la ville pour surveiller/vérifier les interventions des policiers. Il suffit d’un mauvais angle de l’image pour que l’interprétation soit faussée.
POLICIER 1 : La parole de la personne interpellée est bien plus écoutée que celle du policier. C’est la politique d’aujourd’hui : il ne faut pas froisser la «population».

.
À PARTIR DE QUELLE GRADE LES POSTES DE COMMANDEMENT SONT POLITISÉS ?
.
POLICIER 1 : Il s’agit d’un système pyramidal. Chacun doit rendre des comptes à son supérieur : le gardien à l’officier, l’officier au supérieur et le supérieur au directeur départemental, etc. Et en effet, plus on monte dans la pyramide plus les postes sont sous l’influence de la politique.
.
VOTRE CONTRAT DE TRAVAIL EST À VIE OU BIEN LIMITÉ DANS LE TEMPS COMME CELUI DES MILITAIRES ?
.
POLICIER 1 : C’est un CDI. Nous sommes fonctionnaires mais sur un siège éjectable car à la moindre erreur, on nous vire, même si on n’a pas commis d’erreur! Dans ce cas on dégage. C’est fin de carrière.
.
DONC, VOUS ÊTES MANIPULÉS PAR CEUX D’EN FACE QUI SAVENT QUE VOUS NE POUVEZ PAS SORTIR VOTRE ARME POUR VOUS DÉFENDRE…
.
POLICIER 1 : La peur du gendarme n’existe plus. Nous n’avons pas le droit de sortir notre arme et la «population» étant bien au courant de ce fait, elle en joue. Nous, nous risquons la prison ou la blessure par balle. Idem pour les douaniers, les gendarmes et les pompiers.
.
AVEZ-VOUS VRAIMENT REÇU DES ORDRES DE NE PAS POURSUIVRE LES SCOOTERS ?
.
POLICIER 4 : C’est une note de service au niveau national. Il nous est interdit de poursuivre les délinquants en scooter ou en voiture, même avec un véhicule volé ! On ne contrôle que les gens qui acceptent de s’arrêter !!!!
POLICIER 2 : On nous demande d’arrêter les gens qui n’ont rien à se reprocher parce qu’il faut faire du chiffre, ramener des contraventions, de l’argent. Les seuls qu’on arrête sont les contribuables honnêtes. Ce sont eux les cibles privilégiées !!
POLICIER 3 : Les délinquants sans permis et sans assurance eux ne sont pas poursuivis.
POLICIER 4 : Ils sont poursuivis, mais ce sont les mairies qui payent leur contraventions !

.
JE TRADUIS VOS PROPOS EN CLAIR, UNE «CERTAINE» CATÉGORIE DE LA POPULATION EST PROTÉGÉE ?
.
POLICIER 4 : C’est la politique actuelle…
POLICIÈRE 2 : Oui. Le système est dans l’autre sens. Mr VALLS a dit : «il faut filmer les véhicules de police».
POLICIER 1 : Les policiers filment eux mêmes pour être sûrs qu’il n’y ait pas de trucage. Sachez que les victimes viennent nous voir et elles, elle n’ont quasiment aucun droit. Nous les dirigeons vers telle ou telle association.

.
VOUS ÊTES TOUJOURS MOTIVÉS PAR VOTRE TRAVAIL MALGRÉ TOUT ÇA ?
.
POLICIÈRE 3 : Oui… Nous sommes entrés dans la maison police pour défendre la veuve et l’orphelin. Mais si on pouvait offrir une vie meilleure à nos enfants, sans avoir la peur au ventre, on se sentirait mieux.
POLICIER 4 : Nous n’avons pas le droit de nous opposer à notre hiérarchie, raison pour laquelle nous portons des écharpes et des bonnets, afin de protéger notre identité. Vous savez, certains viennent ici pour nous identifier et nous dénoncer sur des sites genre COP WATCH.
POLICIÈRE 2 : Même les enfants de policiers peuvent se faire agresser.
.
.
.
VIOLENCES POLICIÈRES : LE RAPPORT QUI DIT LES FAITS
(Source+Rapport téléchargeable+liens connexes)
 
30 JUIN 2016 REPORTERRE
.
Le maintien de l’ordre a pris en France un tour dangereux pour les libertés publiques et le droit de manifester. Animée par REPORTERRE, une Mission civile d’information a mené une enquête approfondie sur les dérives de l’action policière depuis le début des manifestations contre la LOI TRAVAIL. En voici le rapport. Il témoigne d’une dérive dangereuse pour la démocratie..
La situation devenait insupportable : manifestation après manifestation, nous observions des violences de plus en plus nombreuses de la part des forces de police, bien au-delà de ce que pourrait exiger le maintien de l’ordre.
.
C’est pourquoi, fin avril, avec l’appui initial de plusieurs députés, nous avons lancé une Mission civile d’information sur les actions de maintien de l’ordre menées depuis le début, en mars 2016, des manifestations d’opposition à la LOI SUR LE TRAVAIL.
.
Ce rapport, établi par les correspondants de REPORTERRE à NANTES, RENNES, TOULOUSE et PARIS, nous le présentons ce mercredi 29 juin, alors qu’à l’ASSEMBLÉE NATIONALE, une conférence de presse réunit des députés, des organisations des droits de l’homme et de la société civile, des syndicats de salariés et de policiers, pour tirer l’alarme sur la dérive dangereuse en matière de maintien de l’ordre.
.
Les enquêteurs ont rassemblé les témoignages attestant de pratiques dangereuses de maintien de l’ordre — plus d’une centaine recueillis directement, à quoi s’ajoute la reprise d’une quarantaine de faits émanant de sources fiables. Nous avons par ailleurs demandé aux autorités publiques (MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR et PRÉFECTURES) de répondre à nos questions. Ces autorités ne l’ont pas souhaité, ce que nous regrettons. Des entretiens avec des représentants syndicaux des personnels de maintien de l’ordre ont par ailleurs été réalisés.
.
Nous avons conduit cette mission avec le souci d’assurer que le droit de manifester soit pleinement respecté. Notre démarche est animée par le souhait que les principes de la démocratie et du respect de l’État de droit soient respectés, et s’imposent au pouvoir exécutif comme à quiconque.
.
Le rapport que vous lirez ci-dessous confirme que l’action de maintien de l’ordre a pris en FRANCE un tour très dangereux, qui menace l’intégrité physique de nombreux citoyen(ne)s pacifiques, parfois de mineurs et même d’enfants. L’usage des lanceurs de balles de défense est devenu courant alors qu’il devrait être exceptionnel, voire interdit. Les tirs tendus de grenades se multiplient de manière inacceptable. L’utilisation de policiers en civil non identifiables pour des actions d’interpellation ou de répression est devenue systématique. Le non-respect du droit des journalistes à couvrir sans crainte les événements est devenu habituel.
.
De nombreux indices conduisent de surcroît à penser que le maintien de l’ordre est conduit de façon à exciter les violences, dans l’intention de détourner l’attention de l’opinion publique des questions que posent les manifestant(e)s.
.
Nous formulons dans la conclusion de ce rapport plusieurs recommandations, dont l’application paraît indispensable pour sortir du climat délétère qui s’instaure en matière de libertés publiques. Si l’ordre est un pilier essentiel de l’application de la loi décidée démocratiquement, son maintien doit viser au respect de la démocratie et des libertés, pas à terroriser celles et ceux qui expriment leur opinion par des moyens pacifiques. Nous invitons fermement les responsables politiques à revenir à des méthodes de maintien de l’ordre respectueuses des lois et des règlements en vigueur, afin d’éviter de blesser les personnes qui manifestent.
.
.
.
MAGNANVILLE 78 ATTENTAT DU 13 JUIN 2016
.
TÉMOIGNAGE DU POLICIER SÉBASTIEN JALLAMION SUITE À L'ATTENTAT DE MAGNANVILLE
.
«notre exécutif qui ne donne pas les ordres nécessaires pour que nous puissions interpeler celles et ceux que nous avons parfaitement identifiés»
SÉBASTIEN JALLAMION est ce fonctionnaire de police, très impliqué politiquement contre les socialistes, qui a été SAUVAGEMENT AGRESSÉ le 27 avril dernier.
.
«Je suis fonctionnaire de police ce qui signifie qu'en parlant devant vous je commets un acte de résistance : je suis astreint à une implication de réserve... violences urbaines mal gérées par notre exécutif qui ne donne pas les ordres nécessaires pour que nous puissions interpeler celles et ceux que nous avons parfaitement identifiés [...] C’est scandaleux de savoir que nous avons identifié, nous avons fait remonter l’information à l’exécutif comme quoi des LAROUSSI ABBALLA il y en a 4 000 sur le territoire prêts à passer à l’acte d’un claquement de doigt !»
.
.
.
LES BANLIEUES
.
AULNAY-SOUS-BOIS : THÉO RACONTE SON INTERPELLATION
6 FÉVRIER 2017 BFMTV
.
Depuis son lit d'hôpital, le jeune homme blessé par des policiers à AULNAY-SOUS-BOIS a fait le récit de son interpellation à l'un de ses avocats. Dans ce document auquel a eu accès BFMTV, il évoque des coups, des insultes et des moqueries, et surtout la blessure infligée «volontairement» par l'un des policiers avec sa matraque.
.
Pendant plus d'une dizaine de minutes, THÉO, le jeune homme de 22 ans blessé lors de son interpellation par des policiers à AULNAY-SOUS-BOIS, a raconté les faits en détail à l'un de ses avocats. Un document sonore que s'est procuré BFMTV. Sur son lit d'hôpital, il confie s'être retrouvé au milieu de l'interpellation par hasard, alors qu'il venait de sortir de chez lui et allait saluer plusieurs connaissances, lorsque les policiers sont arrivés pour procéder à un contrôle d'identité. Il raconte avoir alors été choqué par la violence de ces interpellations, et explique avoir tenté de se placer dans le champ des caméras volontairement.
.
«Je savais que là où on était il n’y avait pas de caméras, j’ai réussi à me débattre, je suis parti devant les caméras. J’ai pas cherché à fuir, j’ai dit aux policiers, «vous avez déchiré mon sac», ils me répondent «on s’en fout». Ils sont trois à me saisir, je leur demande, pourquoi vous faites ça, ils ne me répondent pas, ils me disent que des injures», commence le jeune homme.
.
«J'AVAIS PLUS DE FORCE»
.
Il raconte ensuite comment l'un des policiers est revenu vers lui et l'a blessé «volontairement» à l'anus avec sa matraque. Une blessure qui lui a valu d'être opéré rapidement après son interpellation.
.
«Il me regarde, j’étais de dos, mais j’étais en trois quart, donc je voyais ce qu’il faisait derrière moi. Il prend sa matraque et il me l’a enfoncée dans les fesses, volontairement. Dès qu’il m’a fait ça je suis tombé sur le ventre, j’avais plus de force. Là il me dit «les mains dans le dos», j’ai dû mettre mes mains dans le dos, ils m’ont mis les menottes et là ils m’ont dit «assieds-toi maintenant», je leur ai dit «j’arrive pas à m’asseoir, je sens plus mes fesses», et ils m’ont mis des gaz lacrymogènes dans la tête, dans la bouche, un coup de matraque en pleine tête, et moi j’avais tellement mal aux fesses que cette douleur-là semblait éphémère (…) c’était vraiment trop dur pour moi. (...) Mon pantalon était baissé, j’avais vraiment mal», insiste THÉO.
.
«JE CROYAIS QUE J'ALLAIS MOURIR»
.
Le jeune homme poursuit son récit en expliquant que les policiers ont tenté de l'entraîner hors du champ des caméras, mais lorsqu'un habitant du quartier est intervenu, leur demandant avec insistance ce qu'ils allaient faire au jeune homme, ils l'ont alors placé dans leur véhicule pour l'emmener au commissariat.
.
«J’avais du mal à marcher, je n’étais même pas moi-même. Je croyais que j’allais mourir, je marchais mais parce qu’ils me tenaient bien». Dans la voiture, le jeune homme dit avoir subi d’autres coups, des moqueries et des insultes. Il cite notamment «espèce de salope» et «bamboula».
.
«JE NE SOUHAITE ÇA À PERSONNE»
.
D'après son témoignage, les policiers ont remarqué qu'il saignait à l'endroit où le policier avait utilisé sa matraque, et cela aurait fait redoubler les moqueries. Au commissariat, on lui demande de s’asseoir, il répond qu’il n’est pas en mesure de le faire. Un policier lui aurait alors dit de s’allonger. Au bout de quelques minutes, l’un des agents décide d’appeler le SAMU.
.
«Le SAMU me retourne, il regarde la plaie et me dit «là c’est très grave, il y a au moins 5 ou 6 centimètres d’ouverture, faut l’opérer le plus rapidement possible. (…) Ils ont dit que j’avais perdu beaucoup de sang. (...) Le coup de bâton dans les fesses qu’ils m’ont mis, ça m’a marqué à vie, c’est une chose que je ne souhaite à personne, physiquement je suis très diminué, j’arrive pas à bouger, là comme vous me voyez ça fait trois heures que je suis comme ça. (…) Je dors pas la nuit», conclut le jeune homme.
.
«IL EST DANS UN ÉTAT ASSEZ CRITIQUE» SELON SA SŒUR
.
Sur BFMTV, le sœur de THÉO, venue témoigner, a évoqué lundi après-midi l'état physique «critique» de son frère. Outre son traumatisme psychologique, le jeune homme souffrira sans doute des séquelles de sa blessure, mais les médecins ne peuvent pas encore déterminer quelles seront ces conséquences à long terme.
.
«Les médecins ne sont pas capables de se positionner aujourd’hui et de nous dire quelles séquelles il va avoir. On doit attendre, deux mois au moins. Aujourd’hui il a une poche. On nous parle de beaucoup de choses, notamment d’incontinence. Donc on ne peut pas dire qu’il va bien, il est dans un état assez critique», a expliqué la jeune femme.
.
.
.
LE PIRE EST PEUT-ÊTRE À VENIR
.
TITUS, UN BLINDÉ DE 20 TONNES, EST EN TEST À LA PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS
5 MAI 2016 FRANCEBLEU
.
TITUS, c’est le nom d’un nouveau véhicule blindé qui est à l’essai à la BRIGADE DE RECHERCHE ET D’INTERVENTION (BRI) de la PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS. Le blindé de 20 tonnes a été présenté mercredi et il sera en test jusqu’au lundi 9 mai 2016.
.
TITUS est un nouveau véhicule blindé. Il pèse 20 tonnes. Avec ses six roues motrices, ses six mètres de long et ses 2,50 mètres de large, le blindé peut transporter 13 hommes entièrement équipés. Depuis mercredi, le véhicule noir qui porte l’écusson de la BRIGADE DE RECHERCHER ET D’INTERVENTION (BRI), l’antigang, se trouve devant la PRÉFECTURE DE POLICE À PARIS. Il est en test. TITUS pourrait remplacer l’ancien matériel. Malgré sa taille et son poids, il reste maniable, indique un membre de la BRI qui précise que le blindé peut atteindre les 110 km/h. Ce blindé peut résister à des balles de KALACHNIKOV. Il permet à son équipage d’avancer sous le feu et d’évacuer des blessés ou des otages, explique un membre de la brigade qui a notamment donné l’assaut au BATACLAN le 13 novembre 2015.
.
Le véhicule nu coûte 800.000 euros. Équipé, il peut atteindre 2,4 millions d’euros. Si la PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS décide d’en acheter, il pourrait être sur place fin 2017. Un blindé plus petit, qui est plus rapide, pourrait aussi équiper la BRI de PARIS.
.
POUR L’INSTANT, LA PRÉFECTURE DE POLICE NE FAIT AUCUN COMMENTAIRE. TITUS A AUSSI ÉTÉ TESTÉ PAR LE RAID.
.
.
.
.
LOI TRAVAIL PARIS 23 JUIN 2016
Violences Policières Manifestant au sol gravement blessee ea coups de pieds et de matraque
.
.
.
LOI TRAVAIL PARIS 23 JUIN 2016
.
À gauche, un jeune manifestant interpellé à 17h36 par les policiers. À droite, le même jeune (avec les lunettes sur la tête, la même veste…) escorté par la police à 18h11. Le journaliste Yohan Deleu se demande s’il a pu être frappé par les policiers durant son interpellation.
.
.
.
LOI DU TRAVAIL
.
RENNES LIBERTÉ D'EXPRESSION BAFOUÉE UN JOURNALISTE OBLIGÉ D'EFFACER SES PHOTOS PAR LA POLICE
31 MAI 2016 TARANIS.NEWS
.
Lors de la manifestation à RENNES contre la LOI TRAVAIL, un journaliste est sommé d’effacer ses photos montrant une arrestation de la part des forces de l’ordre
.
.
.
PARIS JOURNALISTE BLESSÉ 24 MAI 2016
3 JUIN 2016 BFMTV
.
Une plainte contre X, émanant de la famille du jeune homme blessé lors d’une manifestation contre la LOI TRAVAIL dans la capitale, a été déposée auprès du PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE DE PARIS pour «violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique», dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet et confiée à l’INSPECTION GÉNÉRALE DE LA POLICE NATIONALE (IGPN), la «police des polices».
.
GRENADE DE DÉSENCERCLEMENT
.
Cet homme de 28 ans, qui souffre d’un œdème cérébral, est toujours plongé dans le coma. Son état reste préoccupant mais son pronostic vital n’est pas engagé, selon une source judiciaire. Les faits ont eu lieu jeudi 26 mai à la fin de la manifestation contre la LOI TRAVAIL, à PARIS, au niveau du cours de Vincennes. Selon la préfecture de police, «une centaine de personnes a pris à partie cinq fonctionnaires de police qui procédaient à une interpellation et ont dû se retrancher dans une résidence privée dans l’attente de l’arrivée de renforts».
.
Des vidéos de la scène, diffusées sur INTERNET, montrent un policier en tenue anti-émeute lancer une grenade (de désencerclement selon une source proche de l’enquête) à terre, puis, l’instant qui suit, le jeune homme, qui portait une petite caméra GO PRO, s’effondre au sol, la tête en sang.
.
.
.
LA FRANCE VUE DES PAYS-BAS UN CRS AGRESSE UNE FEMME À TOULOUSE
Politiegeweld Frankrijk
 
27 MAI 2016 RT
 
Cette agression fait suite à l'arrestation musclée de son ami à qui elle voulait juste fournir un pull
.
.
.
DES CIVILS
.
CAEN LOI TRAVAIL UN MANIFESTANT ROUÉ DE COUPS 26 MAI 2016
26 MAI 2016 FRANCE BLEU
.
La vidéo de son tabassage par un policier lors de la manifestation contre la LOI TRAVAIL du jeudi 26 mai a fait le tour du web. MONJI ESSANAA, éducateur sportif de 54 ans, s'exprime une semaine après pour que lumière soit faite et que l'«agression gratuite» qu'il a subie ne reste pas impunie.
.
MONJI ESSANAA sort de son silence. Une semaine après avoir essuyé les coups de policiers lors de la manifestation contre la LOI TRAVAIL, l'éducateur sportif caennais de 54 ans reste dans l'incapacité d'exercer son métier. A l'arrêt de travail d'une journée délivré par son médecin dans les heures qui ont suivi l'agression, s'est ajouté une semaine d'ITT pour le quinquagénaire qui souffre notamment d'un décollement de la plèvre.
.
MOBILISÉ CONTRE LA LOI TRAVAIL DEPUIS LE DÉPART
.
«J'avais déjà manifesté contre le CPE en 2006 et là, je suis mobilisé contre la Loi Travail depuis le début. Jeudi 26 mai, j'étais à la manifestation prévue par les organismes syndicaux, de l'EPSM DU BON SAUVEUR jusqu'à la place du Théâtre. J'ai estimé que faire une heure de marche pour se plaindre de la Loi Travail n'était pas suffisant donc j'ai suivi le cortège qui est reparti vers 12h30».
.
FRAPPÉ À 6 REPRISES AU MOINS
.
«Place Gardin, je me suis assis sur un bloc de granit pour ranger mes lunettes cassées dans mon sac. Le temps de regarder à l'intérieur, je vois la police à ma hauteur. Le policier me passe devant, je me dit que je suis tranquille mais non, il fait un pas en arrière et me dit : «qu'est-ce que tu fous là toi ?». Je lui explique que je range mes lunettes mais il ne cherche pas à comprendre et me donne un coup sur l'épaule. Je tente de lui redire ce que je fais et là il me remet un coup dans le bas du dos. En tentant de me lever, je trébuche sur le bloc de pierre».
.
«Une fois à terre, il m'assène un coup de pied, de semelle, sur la poitrine. Je me dit que je n'ai plus qu'à me mettre en boule, à me protéger la tête. J'ai senti au moins deux coups, puis un policier me dit : «relève-toi, tu repars dans la manif !». J'ai été surpris et j'ai répondu que je ne voulais pas y retourner. On m'a ensuite menacé de me redonner des coups si je ne repartais pas. Alors j'y suis allé à travers les fumées des gaz lacrymogènes et en reprenant un coup au passage».
.
DÉCOLLEMENT DE LA PLÈVRE
.
«Dans l'après-midi, je suis allé chez le médecin parce que j'avais des douleurs à la poitrine puis je suis allé porter plainte dans la foulée. La policière a été compréhensive, on a essayé de bien détailler le déroulement de ce qu'il s'est passé. Le lendemain, j'ai eu la police des polices et j'ai passé une radio qui a révélé un pneumothorax, un décollement de la plèvre. J'ai eu deux arrêts de travail : l'un d'un jour et l'autre d'une semaine».
.
«J'ai toujours des douleurs à la poitrine lancinantes et puis quand je fais des inspirations ou expirations fortes. Mon médecin m'a conseiller d'aller aux urgences si j'avais le moindre essoufflement. Pour l'instant, je ne peux plus enseigner parce qu'en cas d'intervention, je prends le risque d'aggraver les problèmes pulmonaires».
.
RIEN À FAIRE DANS LA POLICE S'IL NE SAIT PAS SE CONTRÔLER
.
«La police peut être énervée après plusieurs semaines de mobilisation, mais on est professionnel. Moi, j'ai été POMPIERS DE PARIS, quand on est sur des feu très longs, fatigué ou pas, on doit se contrôler. Le comportement qu'il a eu n'est pas un comportement professionnel. J'ai l'impression qu'il s'est fait plaisir, qu’il s'est acharné sur moi. Ce type de personnage n'a rien à faire dans la police s'il ne sait pas se contrôler».
.
«Je comprends les jeunes qui sont énervés, «haineux» contre la police. On aime la police quand elle rend service, quand elle donne des coups de main, quand elle nous soutient. C'est comme dans un couple quand tout se passe bien qu'on est sympathique, on est content d'être avec mais quand elle un un comportement qu'elle ne devra pas avoir, d'agressivité, de violence, on n'a pas envie de l'aimer cette police, elle n'a rien à faire dans un pays démocratique».
.
Pour plaider sa cause devant la justice, MONJI ESSANAA a fait appel aux services de Maître CLAUDE MARAND-GOMBAR. L'avocat pénaliste caennais entend bien aider son client à clarifier les faits et obtenir des excuses de la part du policier incriminé.
.
«Il faut clarifier les choses, savoir pourquoi il y a eu des comportements inadmissibles. On veut en tirer des conclusion et des conséquences pour éviter la reproduction de comportements de même nature. Il est insupportable d'entendre que les policiers présents ce jour là puissent se dire en état de légitime défense. Toutes les conditions d'une éventuelle légitime défense ne sont pas réunies. Est-ce tellement compliqué dans notre société quand un personnel commet un acte totalement inapproprié, de présenter des excuses ?»
.
«Ce dossier est exceptionnel, non pas en raisons de la gravité des comportements parce qu'il y en a déjà eu dans le passé mais parce que nous avons des éléments de preuves. S'il n'y avait pas les vidéos, les photos, cette affaire aurait eu beaucoup plus de mal à prospérer en terme de suites judiciaires. Ces images sont essentielles, quand on voit les coups de matraques, de semelles, on imagine assez mal que l'on puisse contester la réalité des coups d'une part et mettre en avant l'existence d'une possible ou prétendue légitime défense».
.
.
.
PARIS VIOLENCES POLICIÈRES EN MARGE DES MANIFESTATIONS CONTRE LA LOI TRAVAIL
 
24 MARS 2015 LE POINT
.
La police des polices a été saisie après qu'une vidéo montrant un adolescent en train de se faire frapper au visage a été diffusée sur YOUTUBE.
.
La vidéo, postée simultanément sur YOUTUBE, FACEBOOK et TWITTER, est extrêmement choquante. Un adolescent, jean noir et chaussures blanches, est à terre devant un restaurant du 19e arrondissement de PARIS. On entend des insultes fuser, sans que l'on sache exactement si leur auteur est le policier qui tente de relever le jeune homme : «Ta main ! Bouge ta main, enc*** !» arrive-t-on à discerner. Avant que, quelques secondes plus tard, il ne lâche cette nouvelle injonction : «Lève-toi !»
.
Le jeune homme se relève difficilement, avant d'être violemment frappé en plein visage par un des trois policiers qui l'entourent. Des cris émanent de la foule. À quelques mètres, d'autres policiers ont sorti leur bouclier pour tenter de contenir les mouvements de colère des lycéens qui manifestent contre la LOI TRAVAIL. Jeudi matin, en quelques heures, les images avaient fait le tour des réseaux sociaux. Sur une autre vidéo, on voit l'adolescent couché au sol et maîtrisé par un policier qui fait pression sur sa tête. À quelques centimètres, on distingue nettement des traces de sang sur le bitume.
.
Selon des témoignages recueillis par
LIBÉRATION, le jeune homme aurait 15 ans et serait en seconde au LYCÉE PARISIEN HENRI-BERGSON, dans le 19e arrondissement de PARIS. L'INSPECTION GÉNÉRALE DE LA POLICE NATIONALE (IGPN) a été saisie des faits et va devoir se prononcer sur une éventuelle bavure policière. D'autres vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent le climat extrêmement tendu qui régnait mardi matin entre les policiers et les lycéens.
.
.
.
PARIS PANIQUE DANS LE MÉTRO 1er MAI 2016
1er MAI 2016 KONBINI
.
Dimanche 1er mai, après une FÊTE DU TRAVAIL marquée par des cortèges sous tension, des Parisiens ont affirmé avoir été forcés à entrer dans la station de métro Jacques Bonsergent, poussés par les tirs de gaz lacrymogène des CRS. Un utilisateur de TWITTER a filmé cette séquence de panique :
.
.
.
DES ENFANTS
.
SAINT MALO LA POLICE BLESSE ONZE ENFANTS EN ÉVACUANT UN COLLÈGE OCCUPÉ
1er JUIN 2016 LE TELEGRAMME et FR3 et LE FIGARO
.
A SAINT-MALO (ILLE-ET-VILAINE), le COLLÈGE SURCOUF devra fermer ses portes en septembre 2017. En signe de protestation contre cette décision du CONSEIL DÉPARTEMENTAL, une centaine d’élèves, parents d’élèves et enseignants ont bloqué l’entrée de l’établissement, ce matin à partir de 7 h 30. Ils ne s’imaginaient sans doute pas que la police prendrait autant à cœur de les déloger par la force.
.
Au milieu de la matinée, des agents de la POLICE NATIONALE sont intervenus afin de disperser les manifestants, bousculant jeunes et moins jeunes, conduisant à
LA BLESSURE DE ONZE ENFANTS dans la cohue. Trois d’entre eux ont été pris en charge par les pompiers.
.
LE MAIRE DEMANDE DES EXPLICATIONS
.
Des vidéos amateur montrent la pagaille qui a caractérisé l’intervention policière, les agents peinant à se frayer un chemin parmi des parents et des élèves déterminés :
.
Le MAIRE DE SAINT-MALO, CLAUDE RENOULT (divers droite) a sollicité la mise en place d’une cellule psychologique auprès de l’Éducation nationale. Il déplore
«cet état de fait» et «demande des explications sur cette intervention sans concertation préalable», rapporte Libération. D’après lui, cette évacuation a été diligentée «à la demande de l’ÉDUCATION NATIONALE par les services de l’État». M. RENOULT déclare regretter «vivement cette situation et assure aux élèves, parents d’élèves et équipe pédagogique de son soutien après cet évènement».
 .
Quoi qu’il arrive, cet épisode fâcheux pour la police est relevé par plusieurs commentateurs sur TWITTER comme un nouvel exemple de la perte de contrôle des forces de l’ordre, notamment CÉCILE DUFLOT
.
.
.
LA POLICE PAR ORDRE DU GOUVERNEMENT VALLS PROTEGE LES ANTIFAS (EXTRÊME GAUCHE)
..
JOURNALISTE REPORTER D'INFO LIBRE PRIS À PARTIE PAR DES ANTIFAS PRO-IVG LE 1ER FÉVRIER 2014, PROTÉGÉS PAR MANUEL VALLS
1er février 2014 AGENCE INFO LIBRE
.
Dans cette vidéo, un journaliste citoyen et indépendant de l'AGENCE INFO LIBRE est subitement attaqué en live par un groupuscule masqué d'activistes ANTI-FAS, qui lui piquent son vélo et lui intiment l'ordre de dégager de la manif ! 
.
Immédiatement, le jeune journaliste citoyen crie à l'agression, et heureusement pour lui, le groupuscule ANTI-FA était encadré par la police et vient à son aide...
.
- «Rendez-moi mon vélo !»

- «C'est la police. T'iras le chercher après, tu vas le récupérer...Allez, file sinon ça ne va pas bien se passer. Ils sont là pour taper donc... Reste pas là bonhomme. Ton vélo tu le récupères... Dans une heure c'est fini».
- «Mais il est où le vélo ?»
- «Pourquoi, qu'est-ce qu'ils t'en ont fait de ton vélo ?»
- «Ben ils me l'ont pris ! Oui ils sont partis avec !»
- «De toutes façons tu ne le récupéreras pas ils sont plus de 300 si ça part en cacahuète ils vont t'exploser»
- «Bah ouais mais... Vous servez à quoi vous sinon ?»
- «Bah on est que deux mon pote. Tu vois des forces de CRS là ? Il y a 30 compagnies de CRS qui sont prévues demain... Ouais c'est pour demain ce n'est pas pour aujourd'hui» [MANIF POUR TOUS PARIS LE DIMANCHE 2 FÉVRIER 2014]
- «Donc aujourd'hui il n'y a rien pour protéger les citoyens ?»
- «On est bien d'accord, ouais. Je pense que ça, ça vaut plus cher que ton vélo. Je suis désolé hein... Mais sans déconner... Enfin c'est comme tu le sens bonhomme. Ton vélo si ça se trouve ils vont le lourder 100 mètres plus loin»
«Vous m'accompagnez en dehors de la manif ?»
- «Allez viens viens je vais te ramener sur les CRS. En plus ils sont en train de te mater depuis tout-à-l'heure. Ca va pleure pas c'est pas grave hein...»
- «Il n'y a aucun policier pour assurer la sécurité des manifestants ?»
- «Je sais mais tu crois que ça nous fait plaisir de n'être qu'à deux. Sans déconner ?»
- «Je ne dis pas que ça vous fait plaisir mais... Qu'est ce qu'il fait MANUEL ?»
- «Et bien MANUEL IL PASSE SES ORDRES... JE TE RASSURE JE NE L'AIME PAS PLUS QUE ÇA HEIN. Si tu veux tu as une unité de CRS qui a bloqué la rue sur la gauche. Parce que là j'ai mon collègue qui est tout seul et je ne peux pas le laisser seul. Ok ? Fais gaffe à toi»
- «Ok, merci»
- «On a récupéré ton vélo. Mon collègue est allé le chercher»
- «C'est vrai ? Super, merci beaucoup»
- «T'as du bol parce que là... LES MECS QUE T'AS VU CE SONT LES COPAINS DE CLÉMENT MÉRIC. TU VOIS QUI C'EST, LES ANTIFAS ? LES ANTIFAS C'EST À GÉOMÉTRIE VARIABLE. Mon collègue t'attend il a récupéré ton vélo»
- «Merci beaucoup»
- «Si on peut le faire on le fait mais... Comme je te dis on est que deux pour 4000 personnes»
- «C'est de la folie...»
- «Bah les ordres... Ca vient d'en haut. Par contre je serais toi je ne resterais pas»
- «Et encore tu vois ils l'ont remis au collègue parce que nous on les connaît comme ils sont fichés. Quand tu les appelles par leur petit nom si tu veux la plupart du temps ils ne sont pas à l'aise»
- «Merci beaucoup messieurs»
- «De rien il n'y a pas de mal»
- «T'es quoi, t'es pigiste ?»
- «Oui je suis journaliste indépendant»
- «Tu fournis à qui tes trucs ?»
- «Euuuuuh...»
- «Non mais t'inquiètes on ne va pas te...»
- «On est un média sur internet qui s'appelle AGENCE INFO LIBRE...»
- «OK très bien vous avez des amis alors»
- «Tu pourras saluer qui va bien dessus. On est des amis c'est clair. Je regarde à chaque fois que vous en mettez une...»
- «Ah oui ?»
- «Ils ne peuvent pas vous blairer... Fais gaffe car s'ils vous identifient à la prochaine manif ils vous éclatent. Parce que... ILS ONT DU MATOS SUR EUX ET ON A INTERDICTION DE LES ARRÊTER, INTERDICTION DE LES PALPER... RIEN DU TOUT».
- «INTERDICTION DE LES ARRÊTER ? VOUS ÊTES SÉRIEUX ?»
- «JE SUIS SÉRIEUX OUI. T'AS VU QUI EST AU POUVOIR ? BAH T'AS COMPRIS. LA DICTATURE C'EST MAINTENANT. Voilà. Allez, fais gaffe à toi. Bonne continuation».
.
.
.
MARIAGE POUR TOUS
.
PARIS ENFANTS, PAPYS, MAMYS, RELIGIEUX, ET ÉLUE DE LA RÉPUBLIQUE GAZÉS
24 MARS 2013 PARIS
.
.
.
10 MAI 2014
PARIS LE LUXEMBOURG UN PÈRE ET SA FILLE ARRÊTÉS PAR 6 POLICIERS À CAUSE DU DRAPEAU MARIAGE POUR TOUS
.
.
 
.
... L'OBJET DU DÉLIT !
.
.
.

03/06/2016

LÉGION D'HONNEUR ET MÉDAILLÉS DE LA RÉPUBLIQUE

LÉGION D'HONNEUR
ET MÉDAILLÉS DE LA 

  ÉPUBLIQUE
.
.
.
QUELQUES EXEMPLES https://lh3.googleusercontent.com/OQTa6l9DpazD6AmN3sV1iD734-KvIFn0RHIO36UpV0Fu8jqDnaQDCG73AIMZJvO01iCKu8VtnZFliLy_9SqIDiWCNiZvnqeVvSNrdV6ToS6cK5bFRSG1VL7-qHyAhwnFYbYC0If7bDD_maH__zZ8loGXKmiLLtJJF3PdhmHBLpdDIkY4W2VHszuA4WvfHRbwmHe_H1ZTvDhQh8mXZB_DJXGVkkNG4yqrFTukNjgJT6HE4wqG_muItldGYYiEKUJyZk7v2n35zNDlOmf6Qc8GvLp-AVRPB1rIm0iPdrk61bXQoU24lkMmvE-CMeAAPSN4O5tANeF-f69Zu-A8lbbp9E2aFUx5w2_S4FlKlaG_wHlqf4rJdd5rKpz_x3pfvS8J35RQXtwo85EfVi4f30wfqDfqs45BCSlJQG3DkYpuQcm3XgBnNOy_Qnk6xK__IT2agbceLyzl3UZvya4AfEnnsXU5fJuGk7GE-QuPBBef7xAYcggYi6GB8xTOCN0sHbyHM9PkXie1egEg4qgFU8ymFByLDZOeeJMDTecJXbT8VgRvgs4BJuTvMa19uY5k5PGF_HcLomKNgcTMvVr-kYH9xb2tJ81LpKbx=w113-h129-no
.
.
.
DISTINCTIONS MILITAIRES
.
JEAN-VINCENT PLACÉ, MINISTRE ET... BIENTÔT COLONEL DANS LES FORCES SPÉCIALES DE RENSEIGNEMENT !!??
10 MAI 2016 NOUVEL OBS
.
EUROPE ÉCOLOGIE - LES VERTS avait pourtant demandé la suppression du défilé du 14-Juillet en 2011 RTL
.
JEAN-VINCENT PLACÉ surpris en flagrant délit de «retournements de veste» :
En 2015 il juge le 49.3 «une arme nucléaire de la procédure parlementaire»
En 2016 il trouve que le 49.3 est «élément institutionnel d'action du gouvernement qu'il utilise»
.
L'ex-sénateur écologiste va intégrer un régiment des forces spéciales de l'armée de terre comme «réserviste citoyen». Et pas comme simple troufion.
.
Au rapport ! Fraîche recrue du gouvernement et désormais soldat zélé du Hollandisme, JEAN-VINCENT PLACÉ, secrétaire d’État chargé de la réforme de l’État et de la simplification, souhaite intégrer le 13e régiment de dragons parachutistes comme «réserviste citoyen», révèle ce jeudi 19 mai «L'OPINION».
.
Contacté par «L'OBS», l'ancien sénateur écolo dit vouloir œuvrer pour le «rapprochement de la société civile et l'armée».
.
BOMBARDÉ COLONEL
.
«J'ai une grande sympathie pour l'histoire de notre pays. Ce régiment est particulier car il est l'héritier des dragons de l'IMPÉRATRICE EUGÉNIE», précise JEAN-VINCENT PLACÉ. Considéré comme l'une des unités les plus prestigieuses de l'armée de terre française, le 13e RDP est un régiment d'élite spécialisé dans le renseignement.
.
Et la promotion de JEAN-VINCENT PLACÉ au sein des forces spéciales s'annonce fracassante : rien de moins que le grade de «Colonel de la réserve citoyenne».

.
«C'est une procédure accessible à certains acteurs de la vie publique dont les parlementaires. J'avais rencontré le chef d'état-major de l'armée de terre à la mi-février mais comme j'ai été nommé au gouvernement, les choses ont un peu traîné», explique-t-il.

.
Une nouvelle rencontre avec le chef de corps du 13e RDP serait prévue pour le moins de juillet afin de finaliser l'incorporation du soldat JEAN-VINCENT PLACÉ.
.
«DISCRÉTION» ET «HUMILITÉ»
.
En revanche, peu de chances de découvrir bientôt des photos du secrétaire d’État, tapis dans les fougères, le visage camouflé et le Famas à la hanche. En tant que réserviste «citoyen» - et non pas «opérationnel» -, JEAN-VINCENT PLACÉ - qui a effectué son service dans le 1er régiment du train - ne devrait pas prendre part aux activités militaires de sa future unité.
.
Le secrétaire d’État ne s'interdit pas pour autant de regarder
«avec attention», les différentes formations militaires qui lui seront proposées dans les semaines à venir. «Vous imaginez que j'ai quand même d'autres priorités», tempère-t-il..
En attendant, l'impressionnante vidéo de présentation du 13e RDP, permet de découvrir les quatre vertus principales des commandos : «rusticité», «autonomie» et... «discrétion» et «humilité». Deux qualités qui ne collent pas franchement à l'image du néo secrétaire d’État, souvent qualifié de
squatteurs de plateaux de télévision et moqué pour ses efforts - supposés - acharnés POUR ENFIN INTÉGRER LES GOUVERNEMENTS de JEAN-MARC AYRAULT puis de MANUEL VALLS.
.
Quoique. La devise du 13e RDP pourrait parfaitement s'appliquer au destin politique de l'ancien SÉNATEUR MAL-AIMÉ devenu secrétaire d’État : «Au-delà du possible».
.
.
.
«Médaille
des braves»
L’IMAM DE CENON MAHMOUD DOUA (UOIF) DÉCORÉ PAR L’ARMÉE DE L’AIR !!??
11 MARS 2016 INFO BORDEAUX
.
MAHMOUD DOUA NIE LA RÉALITÉ DES PERSÉCUTIONS CHRÉTIENNES AU MOYEN-ORIENT
.
Selon le site du ministère de la défense, «les réservistes citoyens sont des collaborateurs bénévoles du service public, des ambassadeurs de la Défense et de la gendarmerie». Ces derniers doivent «contribuer à la diffusion de l’esprit de défense et au renforcement du lien entre la Nation et son armée».
.
Mercredi 09 mars, le colonel CHRISTOPHE MICHEL de la BASE AÉRIENNE 106 DE BORDEAUX-MÉRIGNAC A CHOISI UN CURIEUX «COLLABORATEUR DU SERVICE PUBLIC». CE DERNIER EST L’IMAM De CENON, membre de la sulfureuse UOIF (UNION DES ORGANISATIONS ISLAMIQUES DE FRANCE) : MAHMOUD DOUA.
.
https://lh3.googleusercontent.com/ziiSyIX7Kk7mxvlXVIBYctfGINgqW6ame9JyOPR5xxuX1XzpkbLDDGkA4uiRxtx25ua47w4a-YhfjdbvEIjZ51UGuw-GASFYCgketQSl4I2JK2YEsrnrLhNKjtGy04j56B9ycecIVZOEL2Hi71Xngadz5ruXc4Lddqs3ZyPf9s7mxHKPK04-OsUAhY629PUtDCCbQ1FHvhjcp_dnRHHFB_CtsYa8V9yfBVL0QckRolbjfsUz4DCzygACFCLFJeSZWEaJEVdXRO6lvTJIcOzPA1rX3_9lyelDrGXGTX_J-hYdTAxnOZNYFxpKC55a5Gd7z45bwaFSu_ALUhN-ywvdJOVAx8MhvSb1tXbU9ukG1gHv1pX42rSOETOwkYELD_VoGutzxMXKj4A2uFKNM968vDO1v4_HHQydLgLki8rEqnvvR3L76Q6xxgCvMEe5LeB-TavCvE0X7Ehy-AZzTS-rgWtJF_Ji8K-QtCwlaWBhOfuIV6dEFXYpHaOWU6Mh74wLmgx4xh_usRUvyfpar2mCvd2SjWR4J2OwLBloz-jIZHAYQh3UCkHReNEXiu3FhIl2WfDUJQTZe_7SjO1sVaxuiC-hsK1XC3_k=w300-h168-no
Ce dernier n’est pas un inconnu. En mars 2011, MAHMOUD DOUA était l’invité de l’émission de France 2 «Face aux Français», au côté de TARIQ RAMADAN. Interrogé par une spectatrice au sujet des persécutions concernant les chrétiens en pays musulmans, l’imam de CENON réagissait curieusement.
https://lh3.googleusercontent.com/nwxzIaOCEjC2nkhZYR21x4tZNjYQOsYK72E4rdNKyvyNbOwPVyWmYh1_Jjrm-sDW8RQNdf2N9oiYAehLaqJZxVwopFl7-4tmkj_LDNxWcgG0IvnwwGmqGX9Q5PoeriSki9vE5FoflW7qKk1-cJuGkrzdXeslNmtc4xwaD2xZGNWTsfKaYabb0MEUKIYFw545vgJSR3EdVxsdBcgDMtwPROm9tAvYtoUiAlVoWFNAAVz9ZMIXMqZCc92cP3nTYlFtFupdl-fAlX3LbsaTeBfOdp6vLTS5rsxu0kl-Gz0wJifT_Vh6TUW0WcZ1Ix8JWW3hqcnp5j2FoGS7w9kpbTRhOB3hfMLDNbG4YjUjxrSjhweUqmiQqdZ7vjyQ5QgiJbTu2up7ji-i68rmE-aEQ89cYOqOoNqmpQTUcb2BeaODI9nKR6A0GJjXWagHzAk8dbJ1RTmNGQfGRPcLceBPG-wMCKpkxzE-QdULd0ONHEB9mmGnydx4gWmHdMRyGltSDGhZnSfqpJNXqJjEXOz7lOz-nJrLVYqtWA6gwYH3kUazUO014sxDFr29hiD2uv2LCgTdLRZeuRRKZf05soZWfWBNu5658IfZj1er=w300-h170-no
PERSÉCUTIONS CHRÉTIENNES EN SYRIE, ÉGYPTE, IRAQ
Après avoir demandé la parole à l’animateur GUILLAUME DURAND, il déclarait : «Je ne peux laisser passer ça. La persécution des chrétiens d’Orient est de la désinformation… Rien ne prouve de tels faits» ! (VIDÉO)
.
C’est cet homme à qui le COLONEL CHRISTOPHE MICHEL a donné la médaille de réserve citoyenne de l’armée de l’air avec le grade de COMMANDANT !
.
.
.
 
LA LÉGION D'HONNEUR
.
La Légion d’honneur a une vocation universelle : celle de récompenser à la fois des mérites militaires et des mérites civils... noblesse des actions individuelles ou des parcours professionnels et sociaux
.
Commandeur
LÉGION D’HONNEUR : MICHEL ROUSSIN CONDAMNÉ À 4 ANS DE PRISON POUR CORRUPTION PROMU COMMANDEUR
16 AVRIL 2017 / MEDIAPART / NOUVEL OBS
.
https://lh3.googleusercontent.com/iey8NT1n-wd3p95nrAKmObw2l6y9yay22NcsoWtRJryXmTm8B01OduGzBmW_RqZFiXwGQ66ShX_TEsyvzUjo6CAPyfE5ApwA7fgkN9A6sWupgAlmUWQOi6b6wbX7NmIsost2za4A_Ec4KyhbYF3wrUeR0bOEp2Q4poufHl9Bl2WQCQNTQ-H6EHPjT48q2iZx0CZsNXOvjOiJ3aQzPpmncyyibAQD4ooCSLChSU6uthrXcnunVDAlDdgiVprjz71DRwkQdyRjUMtl4J-MBWkfrt0MD-dmqxcQtBqYDIAUk_aMgKzR11e7Mks9azievgGBIfyS9AECFMmBzPnK7VC_O-Q36xOHdJtTe8SaMeCrEjVC-HORR3qP8MlDxIAQnkD7yduLcnB6wTpNen-PBdnPbjVDrZf6neP1Wkr1iLq4htrg9TDxelQfrQUV7_GedjRqTqH4FoILx5JqQhX0Ls6lUjVla-KlWqI7HQeKlWYJ4IPn70jDGI-kcUdF30Fw4C8VQW_1vTMqTyMUnoHUrfVG3Vysov2WfULftOHSEkt6aTRt7rJ6QdVNENSyZKBysBuUapRg2jytHZ_kI4WVV7G7Wka6EdCGMci0VEVFUN1EX3r7BhDjZFLyetmBIkIDgycQGy8LQuMLQJoOeGY-r40hCrbsFhgMsWBHsokLbvs8xew=w280-h140-no
Dévoilée ce dimanche, la promotion de PÂQUES de la LÉGION D’HONNEUR est la dernière du quinquennat de FRANÇOIS HOLLANDE.
L’ancien premier ministre LAURENT FABIUS, l’actuel directeur de la DGSE BERNARD BAJOLET et plusieurs représentants de l’industrie de défense sont décorés ou promus, ainsi que quelques revenants.
C’est le cas de MICHEL ROUSSIN, l’ancien directeur de cabinet de JACQUES CHIRAC, pourtant CONDAMNÉ EN 2008 DANS L’AFFAIRE DES MARCHÉS TRUQUÉS D’ÎLE-DE FRANCE.
.
.
.
1992
Commandeur
2004
Grand
officier
SERGE DASSAULT SÉNATEUR LES RÉPUBLICAINS BLANCHIMENT DE FRAUDE FISCALE DANS LE BUT D’ACHETER DES VOTES
4 JUILLET 2016 LES ÉCHOS
.
1998 condamné en Belgique à deux ans de prison avec sursis pour corruption dans le cadre de l'AFFAIRE AGUSTA (L'HUMANITÉ 24 DÉCEMBRE 1998)
SERGE DASSAULT devra justifier la dissimulation de près de 30 millions d’euros dans des comptes à l’étranger
.
L’ancien PDG du groupe aéronautique est accusé d’avoir dissimulé des dizaines de millions d’euros dans des paradis fiscaux, dans le but d’acheter des votes à CORBEIL-ESSONNES.
.
L'industriel et sénateur SERGE DASSAULT est jugé pour blanchiment de fraude fiscale, la justice le soupçonnant d'avoir dissimulé des dizaines de millions d'euros aux ILES VIERGES, au LUXEMBOURG et au LIECHTENSTEIN. Il s'agit du premier procès auquel a à faire face en personne le SÉNATEUR (LES RÉPUBLICAINS), âgé de 91 ans. Il doit se tenir jusqu'à jeudi.
.
Ancien PDG de l'un des fleurons de l'aéronautique française, l'ex-maire de CORBEIL-ESSONNES fait l'objet
D'UNE CITATION DIRECTE DU PARQUET NATIONAL FINANCIER (PNF) devant la 32e CHAMBRE DU TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE PARIS, à l'issue d'une enquête sur son patrimoine ouverte en novembre 2014. Une période de moins de deux ans entre le début de l'enquête et le procès, qui illustre la volonté du PNF de réduire les délais autant que possible.
.
31 MILLIONS D'EUROS
.
SERGE DASSAULT aurait détenu des comptes à l'étranger pour dissimuler une partie de ses actifs à l'administration fiscale. En cause, quatre comptes de fondations et sociétés, aux ILES VIERGES britannique, au LUXEMBOURG et au LIECHTENSTEIN, qui ont abrité jusqu'à 31 millions d'euros.
.
Selon une source proche de l'enquête, le sénateur a depuis régularisé sa situation, tant auprès de l'administration fiscale que de la HAUTE AUTORITÉ POUR LA TRANSPARENCE DE LA VIE PUBLIQUE (HATVP).
.
DES CAGNOTTES POUR FINANCER DES ACHATS DE VOIX ?
.
Il est également jugé pour omission de déclaration à cette instance, qui est chargée de vérifier les situations patrimoniales des élus. Elle avait émis
UN «DOUTE SÉRIEUX» SUR «L'EXHAUSTIVITÉ, L'EXACTITUDE ET LA SINCÉRITÉ» de ses déclarations, le soupçonnant d'avoir omis de déclarer des avoirs détenus à l'étranger. La défense de SERGE DASSAULT devrait soulever à l'ouverture du procès plusieurs questions de procédure.
.
Ce jugement fait remonter à la surface les «cagnottes» au LUXEMBOURG et au LIECHTENSTEIN. Dans une autre affaire, encore en cours d'instruction, elles avaient déjà été évoquées dans le cadre de l'enquête sur un système présumé d'achats de voix lors des campagnes municipales de CORBEIL-ESSONNES (ESSONNE) en 2009 et 2010. Une enquête dans laquelle SERGE DASSAULT est mis en examen avec sept autres personnes, dont l'actuel maire, JEAN-PIERRE BECHTER (LES RÉPUBLICAINS).
.
4 MILLIONS D'EUROS POUR DES «INTERMÉDIAIRES»
.
L'une des personnes poursuivies, GÉRARD LIMAT, avait livré un témoignage clé en octobre 2014. «Grand ami» de la famille, il avait confié avoir utilisé deux comptes au LUXEMBOURG, appartenant en réalité au sénateur, pour distribuer jusqu'en 2010 des fonds à des intermédiaires dans le cadre des campagnes à CORBEIL.
.
Les investigations ont notamment montré que près de 4 millions d'euros ont été transférés à partir de ces comptes à «des œuvres prétendument caritatives en ALGÉRIE et en TUNISIE sur la période 2009 et 2010», selon une source proche de l'enquête. «Ce n'est pas mon argent qui a transité dessus (...) Tous ces bénéficiaires m'ont été indiqués par SERGE DASSAULT», avait confié GÉRARD LIMAT aux enquêteurs, d'après cette source.
.
UN SYSTÈME ORGANISÉ
.
GÉRARD LIMAT avait aussi confié avoir pris l'habitude de transférer de l'argent à partir «des cagnottes» luxembourgeoises à une société financière suisse, qui lui amenait ensuite les fonds en espèces à PARIS pour qu'il les remette à SERGE DASSAULT. Dans l'enquête menée par les juges d'instruction, plusieurs témoignages accréditent un système d'achat de voix.
.
Les magistrats ont aussi saisi à la résidence et QG politique de SERGE DASSAULT des listes d'électeurs avec les mentions «payé» et «non payé» et des annotations («permis de conduire», «soutien sortie détention»...), formules tendant à accréditer cette pratique frauduleuse.
.
L'industriel est mis en examen pour achat de votes, complicité de financement illicite de campagne et financement en dépassement du plafond autorisé. Il ne nie pas les dons, mais conteste toute corruption et tout lien avec les élections. SERGE DASSAULT a d'ailleurs demandé et obtenu la levée de son immunité parlementaire en février 2014 pour «s'exprimer vis-à-vis de la justice».
.
.
.
LE PRINCE HÉRITIER D'ARABIE SAOUDITE DÉCORÉ DE LA LÉGION D'HONNEUR À SA DEMANDE ?
11 MARS 2016 BFMTV
.
BFMTV publie ce matin un échange de mails entre l'AMBASSADE DE FRANCE EN ARABIE SAOUDITE et le conseiller d'HOLLANDE pour le Moyen Orient, censés démontrer que la DÉCORATION DE LA LÉGION D'HONNEUR du prince héritier d'ARABIE SAOUDITE aurait eu lieu à la demande de celui-ci. Peut-être pour démonter la contestation née de cette décoration abusive du représentant d'un Etat qui soutient l'islamisme et bafoue régulièrement les «droits de l'homme». Poudre aux yeux médiatique ? Cela montre en tout cas la vassalité de la France hollandienne à l'ARABIE SAOUDITE.
.
[...] «Le magazine appuie ses déclarations sur une série de mails échangés par BERTRAND BESANCENOT, ambassadeur de France en ARABIE-SAOUDITE et DAVID CVACH, conseiller de FRANÇOIS HOLLANDE pour le Moyen-Orient. Le premier message, daté du 2 mars, est envoyé par BERTRAND BESANCENOT :
.
«Cher DAVID, je me permets de t’envoyer la copie jointe de la proposition de décoration pour le PRINCE MOHAMED BEN NAYEf. Je sais que certains s’interrogent sur l’opportunité de décorer maintenant le prince héritier, peu de temps après la campagne médiatique contre l’ARABIE SAOUDITE en FRANCE. Certes, le royaume n’a pas bonne presse…»
.
Puis il poursuit : «Il me paraît indispensable de répondre à sa demande de recevoir la LÉGION D’HONNEUR, à un moment où il souhaite renforcer sa stature internationale». [L'ARABIE SAOUDITE AU CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME DE l'ONU]
.
La réponse du conseiller de FRANÇOIS HOLLANDE ne tarde pas. «Aucune raison de ne pas le faire», répond DAVID CVACH, qui pense aussi à la communication autour de la décoration : «Il faut que ce soit discret vis-à-vis des médias mais sans dissimulation», écrit-il. Et prévient : «si on nous interroge on répondra lutte contre DAESH et partenariat économique et stratégique. Rajoutons, pour faire bonne mesure, des éléments droit de l'homme dans les éléments de langage bien sûr».
Quelques heures plus tard, la décision de FRANÇOIS HOLLANDE tombe : il décorera bien le prince saoudien. Et le conseiller de conclure : «c'est le moment d'acheter des actions MBN (les initiales du prince saoudien)».
.
LE RÉGIME SAOUDIEN A PROCÉDÉ À 70 EXÉCUTIONS DEPUIS LE DÉBUT DE L’ANNÉE
.
.
.
KHALIL MERROUN IMÂM RADICAL D'ÉVRY ENQUÊTE POUR ABUS DE CONFIANCE
13 JUILLET 2015 LE PARISIEN
..
L’information a été confirmée ce lundi par le parquet d’ÉVRY. Une enquête préliminaire pour des faits d’abus de confiance présumés a été ouverte dans le cadre de la gestion de l’ASSOCIATION CULTURELLE DES MUSULMANS D’ILE-DE-FRANCE (ACMIF).
.
KHALIL MERROUN, LE RECTEUR DE LA GRANDE MOSQUÉE D’ÉVRY - COURCOURONNES, a été entendu ces dernières semaines par les enquêteurs du SRPJ (SERVICE RÉGIONAL DE POLICE JUDICIAIRE) de VERSAILLES. Ce responsable fait partie de ceux qui sont à l’origine, il y a vingt ans, de la construction de la MOSQUÉE D’EVRY.
..
En février 2014, le Premier ministre, MANUEL VALLS, ancien député et maire d’ÉVRY, lui avait remis la Légion d’honneur.
Les soupçons porteraient sur les facturations de travaux de rénovation de la mosquée sur ces cinq dernières années. Une partie de l’argent destiné à ce chantier pourrait avoir été détournée. Certaines entreprises auraient été payées en liquide et les factures auraient disparu. Ces fonds avaient été versés par le MAROC, propriétaire de la mosquée depuis 2009, ou étaient issus de dons de la communauté musulmane. KHALIL MERROUN, actuellement au MAROC, est resté injoignable ce lundi.
..
Les enquêteurs s’intéressent aux indemnités touchées par ABDERRAHMANE AMMARI, bras droit du recteur, dont le bureau et domicile avaient été perquisitionnés en mai dernier en même temps que ceux de KHALIL MERROUN. Le trésorier de l’ACMIF est également dans le viseur de la justice.
.
.
.
PHILIPPE SAUREL Soutenu par les islamistes, réalise ses meilleurs scores à LUNEL, fief des islamistes, dont l'IMÂM KHATTABI a converti certains des jeunes partis au JIHAD
9 DÉCEMBRE 2015 OBSERVATOIRE DE L'ISLAMISATION
..
MOHAMED KHATTABI aime montrer sa carte de séjour «Vingt-ans en FRANCE, vingt renouvellement» (cité par VALEURS ACTUELLES du 23 juillet 2015).
.
De nationalité marocaine et canadienne mais indésirable au CANADA, l'IMÂM KHATTABI est un ami du MAIRE SOCIALISTE DE MONTPELLIER PHILIPPE SAUREL, dont il célébra la victoire à son siège de campagne en mars 2014, et qui lui a promis une grande mosquée, pour laquelle 450 000 euros ont déjà été récoltés.
 
Son prêche du 13 novembre, jour des attentats, en arabe, est éloquent : «Ô ALLAH (…) soutiens Tes serviteurs, les moudjahidins (combattants de la foi qui s’engagent dans le djihad, NDLR) partout, ô Seigneur de l’Humanité!».
.
Ce même 13 novembre, DANS SON PRÊCHE EN FRANÇAIS qu’il a lui même filmé, il affirme
.
«Le musulman pour les Occidentaux, c’est un grand géant mais il est en train de dormir et il est malade. Ils ont peur que ce géant malade (…) ne se réveille (…) Qu’est ce qui arrivera ? Il reprendra sa place dans la sphère de la Terre, il reprendra son rôle, il va remettre les pendules à l’heure (…) Nous voulons que nos enfants pénètrent sur la scène politique en OCCIDENT. C’est ce que nous voulons. Nous rêvons de voir nos enfants devenir des ministres et des dignitaires, et même des présidents. Pourquoi pas ? Nous voulons qu’un jour ils gouvernent la FRANCE, qu’ils gouvernent la BELGIQUE, l’ALLEMAGNE et la GRANDE-BRETAGNE. Pourquoi pas ?»
.
Même le PRÉFET DE L’HÉRAULT, PIERRE DE BOURQUET, EX DIRECTEUR DE LA DST, l'a dans le collimateur :
.
«Il a des paroles de haine contre notre mode de vie, pouvant être influentes sur des jeunes, il symbolise l’ISLAM dont on ne veut pas dans ce pays».
.
Et si les perquisitions ont fait chou blanc sur le volet terroriste, elles auront eu au moins un mérite, se félicite-t-il : débusquer «le fraudeur et le tricheur» qu’il est. «Il va être rattrapé par des poursuites judiciaires», confie-t-il, car «une fraude importante aux prestations sociales et familiales» a été constatée. Il s’agit d’une allocation pour «adulte handicapé», alors qu’il ne l’est pas. «Titulaire de comptes multiples en FRANCE et à l’étranger, il vit en outre avec son épouse, qui touche une allocation de parent isolé…» ajoute le PRÉFET (Rapporté par LE FIGARO du 9.12.2015)».
.
Autre frasque, KHATTABI est connu pour «soigner» avec des plantes les femmes par le biais de massages un peu trop intimes, une fidèle avait déposé plainte contre lui».
.
.
.


JUPPE ET LES ISLAMISTES - ENQUÊTE :
6 AVRIL 2014
.
ALAIN JUPPÉ REMET LA LÉGION D’HONNEUR AU FRÈRE MUSULMAN ASSUMÉ TAREQ OUBROU
..
Nous avons depuis 6 ans consacré de NOMBREUX ARTICLES et le premier chapitre de notre enquête CES MAIRES QUI COURTISENT L’ISLAMISME (éditions Tatamis, 2010) à l’IMÂM DE BORDEAUX, TAREQ OUBROU, de nationalité marocaine, étrangement naturalisé français. OUBROU est membre de l’UNION DES ORGANISATIONS ISLAMIQUES DE FRANCE (UOIF), FÉDÉRATION DE MOSQUÉES DES FRÈRES, chez qui nous avons obtenu LES PREUVES QU’ILS DIFFUSENT LES OUVRAGES LES PLUS RADICAUX DE L’ISLAMISME VIOLENT.
Nous n’allons pas revenir sur tous les détails du profil ouvertement en phase avec la doctrine de HASSAN AL-BANNA, fondateur des FRÈRES MUSULMANS, auquel OUBROU consacrait DES CONFÉRENCES ÉLOGIEUSES D’UNE HEURE DANS SA MOSQUÉE DE BORDEAUX . On ne sera donc pas étonné D’APPRENDRE DANS SUD OUEST qu’il sollicite le QATAR, base arrière idéologique et financière des FRÈRES MUSULMANS, pour financer la mosquée…
.
Ce qu’aucun journaliste n’a relevé, après le triste passage des FRÈRES MUSULMANS au pouvoir en ÉGYPTE, est que TAREQ OUBROU, fort de son estampillage républicain et de son opération séduction réussie dans les médias, s’affirme encore FRÈRE MUSULMAN dans un livre en 2013 !
.
DANS «LE PRÊTRE ET L’IMÂM», PARU AUX ÉDITIONS BAYARD EN 2013, TAREQ OUBROU AFFIRME PAGE 134 :
.
 * «Le mouvement des FRÈRES MUSULMANS prétend moderniser la religion, sans rien toucher à l’essentiel. Ce discours, peu audible, est en perte de vitesse. Je continue d’être membre de ce mouvement»
.
 AUTRES CITATIONS :
.
 * «Les Arabes n’avaient d’autres choix que d’attaquer pour survivre» TAREQ OUBROU, IMÂM DE BORDEAUX, dans Un imâm en colère, éditions Bayard, 2012.
.
 * «Si le CORAN a appelé à la guerre, c’est pour imposer la paix» IMÂM TAREQ OUBROU, FRANCE CULTURE, 20/11/2012
.
 * «L’IMÂM AL BANNA veut qu’on soit comme des salafistes» TAREQ OUBROU, conférence en ligne à la gloire du fondateur des FRÈRES MUSULMANS.
.
 * «La politique des musulmans ce n’est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge» même conférence sur HASSAN AL BANNA (PLUS DE CITATIONS)
. 
EN AOÛT 2013, LE MONDE soulignait que le NOUVEAU GUIDE SUPRÊME DES FRÈRES MUSULMANS, MAHMOUD EZZAT EST UN FERVENT DÉVOT DE LA PENSÉE DE SAYYED QUTB (1906-1966), CE DOCTRINAIRE DES FRÈRES AYANT THÉORISÉ LA PRISE DU POUVOIR PAR LA VIOLENCE ARMÉE OFFENSIVE. «LE JIHÂD EST INDISPENSABLE À LA PRÉDICATION» écrivait SAYYED QUTB. Un jihâd spirituel a dû faire croire TAREQ OUBROU à son idiot utile ALAIN JUPPÉ, qui considère les FRÈRES MUSULMANS égyptiens comme des démocrates (lire ICI et ICI).
.
LA BASE GÉANTE DES FRÈRES MUSULMANS À BORDEAUX DÉVOILÉE PAR SON ARCHITECTE
11 JUILLET 2015 OBSERVATOIRE DE L'ISLAMISATION

L’information a été
RÉVÉLÉE par le quotidien portugais PÚBLICO. C’est un cabinet d’architecte portugais qui a été pré sélectionné par les musulmans de BORDEAUX, afin de construire le vaste centre islamique voulu par ALAIN JUPPÉ dans le quartier de la Bastide. ALAIN JUPPÉ a mis à disposition UN VASTE TERRAIN MUNICIPAL CÉDÉ pour une Grande Mosquée (SUD OUEST DU 5 AVRIL 2013).
.
 D’après PÚBLICO, cette mosquée avoisinerait un coût de plus de 24 millions d’euros, pour une surface de 12 000 mètres carrés ! L’espace dédié au culte pourra accueillir plus de 4000 fidèles, soit le plus vaste local religieux de toute la région.
.
Ce projet démesuré, dans les tuyaux depuis une dizaine d’années, est soutenu par le MAIRE DE BORDEAUX, mais également par les socialistes, dont l’ancien candidat aux municipales et DÉPUTÉ DE GIRONDE VINCENT FELTESSE (PS), avait versé 50 000 euros sur sa réserve parlementaire (SUD OUEST).
.
.
.
LE TOP DES ENGUIRLANDÉS
.
LÉGION D'HONNEUR
ORDRE NATIONAL DU MERITE
ORDRE DES ARTS ET DES LETTRES
ORDRE D'ORANGE NASSAU
PIERRE BERGÉ
Grand Mécène des Arts et de la Culture et amant d'YVES SAINT LAURENT
Remplaçons le sapin de Noël par PIERRE BERGÉ, l'enguirlandé 4 décorations
.
... et un peu plus, en 2008, il avait l'Académie française... raté !
La haute opinion de l'enfance de PIERRE BERGÉ et son amant Yves Saint Laurent dans sa bande dessinée pédo-sataniste «LA VILAINE LULU» [Lucifer]
Ce chef-d'oeuvre artistique pédo-sataniste «LA VILAINE LULU» peut être admiré à la FONDATION PIERRE BERGÉ YVES SAINT LAURENT
En 2011, PIERRE BERGÉ possède une FORTUNE estimée à 120 millions d'euros
.
.
.
MÉDAILLES FRANC-MAÇONNERIE
.
LA FRANC-MAÇONNERIE REMET UNE «MÉDAILLE» À NAJAT VALLAUD BELKACEM
2 AVRIL 2016 PALAIS BROGNIART
Invitée d'honneur d'un colloque consacré à «a jeunesse» et organisé par deux obédiences maçonniques, NAJAT VALLAUD-BELKACEM a reçu -à la fin de son discours (consacré notamment aux «dangers» du «complotisme»)- une «médaille» des mains de la patronne de la GRANDE LOGE FÉMININE DE FRANCE
.
.
.
 
 
MÉDAILLES «RENVOI D'ASCENSEUR»
.
MANUEL VALS
 
11 MAI 2015 LA CROIX
.
Le premier ministre français MANUEL VALLS reçoit lundi soir 11 mai à l’Hôtel de Matignon le PRIX LORD-JAKOBOVITS 2014 décerné par la CONFÉRENCE DES RABBINS EUROPÉENS (CER) et qui récompense chaque année une personnalité européenne «qui a su se distinguer par son engagement à promouvoir la tolérance entre les communautés religieuses en Europe et à lutter contre l’antisémitisme»
.
17 MAI 2016
.
Un an plus tard, le 17 mai 2016, MANUEL VALLS a élevé au grade de chevalier de la Légion d'honneur le directeur exécutif de cette influente organisation transnationale : le RABBIN MOCHÉ LEWIN
.
.
.
.