Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2016

PRÊTRES ASSASSINÉS AGRESSÉS ENLEVÉS

PRÊTRES ASSASSINÉS AGRESSÉS ENLEVÉS
.
.
.
.
.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/YukC-f5L1raUxK-SYXwKIYL9f8r2fjGdoVSZvHarTamL6IjQMBunBSauBNE6uy3RDzPPdcupN-2VO7VVNzCYtdq02bg1bacVoHk6IXP8Hl7SfCxqHtWNToLwsmQ51qJLhJQtt7fcuNtOJ57dfLmeBD2k-fqPAW0E0FQcA5GZ-Z8V9LUlpxSB8urNcyANAnWj8gfJHk7DgrzXmEHABWxRGBX9ecoLtC5QqSs1tCD94G4FqI0EpUqd4dNrUr9UyEYVOJ2oavRYwJkJFcSSybdd8OhBPKoiBdvHinBuaCA9gJaPi-mo_IGnQD7IiflBetszJ14ZWw22_iw0hS9oF9nHEDmn6TVpe4SNwiu-8KtOgEb9kV1RTpbLObGadL-EhsVyxmmklxMxrhle9w5I_c_-c2UQRVXhUtellz9vKTBfIotqu4HaPAWbt4gaRPODAiYbgEgXvYoVOiCF8Vh35Xu1R0DfzJmXsj1kV6-4OCBNnEU4WA4TUzqTngrc7me9Wke21MtK0O8DGAxYkWsTfdxeCNiMvyzXt5--NCZ7gZHAwAn28ufyOlgVQ92gEzN6DSmzdMyC-A52omFDV61GFNntkkwpeSzODnlPdkgT2OJARYn0bep_cVyLQYAMo-y2RVgzcck4N-P2pORCY-viOnFS9d8rO00-hJ120A=w285-h138-no
MENACE D’ÉGORGEMENT D’UN PRÊTRE À LYON
11 MAI 2018 CHRISTIANOPHOBIE.FR / LE POINT /
.
C’est une troublante autant que curieuse information qu’a signalée l’hebdomadaire LE POINT sous le titre «UN INDIVIDU MENACE D’ÉGORGER UN PRÊTRE», le 12 mai dernier. Puisqu’une plainte a été déposée contre ce «CLÉMENT B.» par une société de production dont il a aussi menacé un journaliste, et que le PARQUET DE LYON est saisi, nous en saurons sans doute davantage bientôt. Mais tout cela reste bien mystérieux autant que le journaliste auteur de cette révélation…
.
«Je vous promets que j’égorgerai un prêtre de l’église lyonnaise, BARBARIN étant difficile à atteindre, et je m’en prendrai également à un journaliste de PREMIÈRES LIGNES TÉLÉVISIONS ! !» écrivait le 6 mai CLÉMENT B., 31 ans, à la maison de production audiovisuelle PREMIÈRES LIGNES, voisin[e] de CHARLIE HEBDO au moment de l’ATTENTAT DU 7 JANVIER 2015 perpétré par les FRÈRES KOUACHI. Si l’hebdo satirique a depuis quitté le quartier de la BASTILLE, PREMIÈRES LIGNES y est toujours installé[e]. L’auteur des menaces, originaire de LYON, vit actuellement dans l’est de la FRANCE. Il est inconnu des fichiers de police, notamment du Traitement des antécédents judiciaires (TAJ) qui répertorie toute personne ayant affaire à la police comme auteur ou comme victime sans connaissance des suites judiciaires, classement sans suite ou condamnation par exemple. En 2016 et 2017, CLÉMENT B. avait déjà proféré des menaces à l’encontre des mêmes journalistes. Sans que, pour autant, son nom n’apparaisse au TAJ. Une absence étonnante parce que la moindre plainte, y compris fantaisiste, y est d’habitude inscrite et perdure bien après un classement sans suite. Son identité n’apparaît pas non plus dans le Fichier des personnes recherchées (FPR) au sein duquel sont entre autres répertoriés les individus FICHÉS S. PREMIÈRES LIGNES, qui produit entre autres CASH INVESTIGATION, présentée par ÉLISE LUCET, a déposé une plainte le 9 mai. À ce stade, les motivations de l’auteur des menaces restent inconnues.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/LDdE9L9l4RmZ4QSTlrRFvNGzOyI7KqFR8NFvTmN8EydqLEVM3ka11_ONrnMW9yzysXGDoDA_4lb_uy4NJLU_UjWgEN6E5s341f5mW2Dfe-UyAA2udKk_cslT5SAISjw6P2H6JpZBGXPz-W7aupEu83sbjMosjRpAfkiY6O_O4QYezwxqlBUKKyYcsHMUTiYXXZrvATMXorxVm_e9wv5sMGwTQI8lczqFzy5IGPxZ_wBfvB_b20JPEpH3Umo5gZlEU-v2oWwx1hU4ss9m54KjDckDaDKqeN4fMZPXL1sROI8PIpxZStN5kc-Ur6Jz6t9QclEwbcKYJgfVTOFRbiWTrLBvOsEfEIOqy-lEm15MV5QuVBCxJ5qA7TqHuVNukFAEczqLen_HNhddlvVk6Dd3aCjIVleEfIJH-DL4StJ8Kl0ezbdpH2WuyW1uXoaPflLh4KaGzO3mm4ShFZYI9aWfFq3BPLvlDkWEa7Y1UbEXq34KaaAEpuHGllFPn7wKg7vSvvbmv4BR7yYLah9wPiBm-au6WMWY8Kgh5rCqfMd5sYXyWV7Rmyw1O68ihsQh3-ActqODR6ANRCQwHkxln0lu-HHBrdHJymI9PuZCQc-YXA6clEV6VZS_JTHwe3rG1QRLr-TpuENcqDeJXW-A_e3KT1Xz11Fb30dIQg=w285-h138-no
PRÊTRE AGRESSÉ EN PLEINE MESSE À LA RÉUNION
11 MAI 2018 CHRISTIANOPHOBIE.FR / FREE DOM /
.
Incroyable ce qui s’est passé ce matin [11 mai] à l’ÉGLISE [NOTRE-DAME] DE LA SOURCE à SAINT-DENIS. Selon un auditeur, un déséquilibré aurait foncé sur le prêtre en pleine messe ce matin pour l’agresser. «Tout le monde était choqué, surtout les enfants, explique-t-il sous le coup de l’émotion» L’homme serait arrivé par l’arrière de l’église, à la fin de la messe. Il se serait dirigé droit vers l’autel, sous les yeux ébahis des fidèles, et c’est là qu’il aurait asséné une gifle magistrale au PÈRE PASCAL MUSSARD. Aussitôt des gens se sont précipités vers lui pour le maîtriser, ils ont tous été frappés, on a du appeler la police et les pompiers. 3 fourgons de police sont arrivés très vite. L’homme a été menotté avec difficulté […] Au final, le PÈRE MUSSARD n’a pas déposé plainte. Car la personne qui l’a agressé est un déséquilibré, qui s’était enfui quelques heures plus tôt du CHU de BELLEPIERRE. Les équipes médicales l’avaient signalé aux forces de l’ordre.
.
.
.
TOULON AGRESSION DE RELIGIEUX
CENTRE D'INFORMATION ET DE COMMANDEMENT POLICE CIC
.
https://lh3.googleusercontent.com/RA1m0Fd3syS0PfjFPsC-Bym5DMWpyLwlq1JRHCbwmsnED6M3M1Woipw348AAs_gZwC9cU7vslJHhd8xmC6Z1d2Bvj2nLkHAsY43fyfmVvmVYyRJOCAwBPkQ8n7DefFWpmsYEpxr4TTqR8Xj0hsYOq7rCSnR8m2TYK0iVFCjnzEHqwDZvW4AozRaIJyUgG9x6qF0gw__5C9CGEzth3GHT4j-wEpscBlhPHGHuZrT2pnGO7TwFk4qh2V-Fsrc-C2z7TzWEk6wNfRY7b5fdrMydGl-jvTb5vdn4NcKRyiYXJEzH4R9KTEhcVW-WW0nbOYUuRcSkFIdECI-_u1qnsK48WqPgDppfWoEoheAY7k-KQipe90SQHzVcXr5J1zYELJfE7bz_tGbP-tjKxUOvWw0AOOzO76O8y5ykb_6vuhcAbY2ACGIs79ej5jzLq0kVMHue5fY5_6-xED-4g48VDfXi7tAYQ8cra0sTc1NBEcOxfEwg3w0GE39xdT0bPT0dfMm4vE8Au1eWxViMfVPK8VN7Y8C3D2YHLCM_T0tZbjUCFcvxFpK7d_6PL4Hx6tIhhGby-e3zZcGOafygO4L4cNEqGGvMQ0g2aoSL0PzpbforN3egjRplpzFyOVyNltNDbh7yJvtze_CuKvEApOEI4VkOnGhGbyw8Nvl7X1b8KcN3WCQ=w667-h447-no
 
.
.
MONTFORT L’AMAURY (78) UN PRÊTRE DE 88 ANS TORTURÉ ET VIOLÉ : 4 À 8 ANS DE PRISON
26 JANVIER 2017 78ACTU
.
Six individus ont été condamnés par la cour d'assises des YVELINES pour avoir agressé et torturé un prêtre à MONTFORT L'AMAURY.
.
La cour d’assises des YVELINES a rendu son verdict dans une violente affaire remontant au mois d’octobre 2011. Six hommes et femmes ont écopé de quatre à huit années de réclusion criminelle. Les accusés, originaires de ROUMANIE, sont âgés de 22 à 43 ans. Le procès, qui se déroulait à huis clos, s’est terminé le mercredi 25 janvier.
.
C’est dans la nuit du 2 au 3 octobre 2011 que la bande avait agressé un prêtre de 88 ans à son domicile de MONTFORT L’AMAURY. L’homme d’Église avait été torturé pour qu’il donne sa carte bancaire et son code secret. Les malfrats lui avaient mis un club de golf dans la bouche. Ils avaient également montré leur intention de lui couper les doigts avec un sécateur. L’un avait obligé le religieux à subir un acte sexuel. Les voleurs étaient ensuite repartis avec un ordinateur. À l’extérieur, ils étaient attendus par un couple chargé d’assurer leur fuite en voiture.
.
LE PRÊTRE PARDONNE
.
Dans les heures et jours suivants, deux retraits seront réalisés, pour une somme de 1 000 euros. L’équipe avait aussi tenté d’acheter des vêtements et des chaussures. Chacun sera identifié au fil des semaines par les gendarmes de la brigade de recherche de RAMBOUILLET.
.
Lors du procès, le prêtre a témoigné à la barre. Il a déclaré qu’il accordait son pardon à ses tortionnaires.
.
.
.
INDRE-ET-LOIRE: UN PRÊTRE BRIÈVEMENT ENLEVÉ
27 DÉCEMBRE 2016 LE FIGARO
.
Un prêtre s'est fait séquestrer pendant une heure ce matin, près de CHINON dans l'INDRE-ET-LOIRE. D'après EUROPE 1, l'agresseur, âgé d'une cinquantaine d'années, a menacé au couteau le membre du clergé et l'a contraint à monter en voiture vers 10 heures. Il aurait alors tenu des propos confus, au sujet de son père à l'hôpital, avant de relâcher le prêtre une heure plus tard environ.
.
Le suspect a été interpellé par la gendarmerie vers 11h30. L'homme n'est pas connu des services de renseignement, mais il a déjà eu affaire à la justice pour des affaires de cambriolage et dégradations. La victime, quant à elle, n'est pas blessée.
.
.
.
LE PRÊTRE DE PALAISEAU ATTAQUÉ, LIGOTÉ ET DÉPOUILLÉ DANS SON PRESBYTÈRE
19 DÉCEMBRE 2016 LE PARISIEN
.
Le PÈRE JUVENAL de la paroisse de PALAISEAU s’est fait dérober sa montre et 150 € par deux hommes encagoulés et armés d’un pistolet qui ont fait irruption vendredi au centre pastoral.
.
Malgré ces événements, il garde sa bonhomie naturelle. RUTUMBU JUVENAL, le prêtre en charge de la paroisse de PALAISEAU, a été attaqué par deux hommes encagoulés et armés vendredi soir au centre pastoral, où il tient une permanence pour ses fidèles. Des déboires qu’il a racontés en célébrant la messe ce dimanche pour «rassurer» les gens. «Ils pensaient que j’avais fait un AVC et que j’étais tombé, vu comme mon visage est tuméfié», sourit-il.
.
Mais s’il parvient à en plaisanter avec le recul, sur l’instant, le PÈRE JUVENAL, 62 ans, a bien cru qu’il allait rejoindre son Créateur : «Ces derniers temps on sait qu’on est des cibles, avoue le prêtre né au RWANDA. Il y a les passages des militaires de VIGIPIRATE pour nous protéger, donc quand ces deux hommes sont entrés cagoulés avec leur pistolet j’ai cru à des islamistes. Je pensais que c’était fini» Comme beaucoup, l’homme d’église avait «gardé en mémoire ce qu’il s’est passé à SAINT-ÉTIENNE-DU-ROUVRAY», où un prêtre avait été égorgé en juillet dernier. «Mais quand ils m’ont dit : on sait que vous êtes riches, donnez-nous votre argent, je me suis dit que j’étais sauvé».
.
LIGOTÉ AVEC LES ÉTOLES QU’IL UTILISE PENDANT LA MESSE
.
Malgré tout l’agression est violente. Les deux hommes frappent le prêtre au visage et lui intiment l’ordre de se mettre au sol. Comme il n’obtempère pas assez vite, ils lui donnent également un coup au niveau genou. Une fois allongé, l’ecclésiastique est ligoté au niveau des pieds et des mains avec les étoles qui lui servent d’écharpe pendant les messes. Les deux voleurs lui dérobent sa montre et s’organisent pour visiter le centre pastoral qui est le lieu de travail de l’homme d’église.
.
«L’un des deux me gardait, l’autre fouillait partout, relate le PÈRE JUVENAL. Ils m’ont pris 150 € dans une enveloppe qui était dans mon sac. C’est tout ce que j’avais, je venais juste de recevoir cette somme qui provient de la vente de mon dernier ouvrage» Les agresseurs s’emparent aussi des clés du presbytère, l’endroit où vit le PÈRE JUVENAL situé juste à côté. «J’ai attendu quelques minutes pour être sûrs qu’ils soient partis là-bas et j’ai commencé à me débattre pour desserrer mes liens péniblement», relate la victime.
.
«NOUS N’AVONS PAS D’ARGENT, MAIS COMME NOUS VIVONS PARFOIS DANS DE BEAUX ENDROITS…»
.
Le prêtre parvient à se libérer et file par la sortie de derrière pour se réfugier chez ses voisins et appeler les secours. «Je voyais la lumière de chez moi allumée, on y est allé ensuite avec la police et ils avaient tout retourné», soupire RUTUMBU JUVENAL. Les deux hommes se sont envolés sans rien emporter d’autre. L’enquête a été confiée à la POLICE JUDICIAIRE D’ÉVRY.
.
«C’est la première fois que je suis attaqué comme ça, les gens comme nous n’ont pas d’argent, mais comme nous vivons parfois dans de beaux endroits, ça doit en tromper certains, analyse la victime. D’extérieur le presbytère et le centre pastoral peuvent attirer l’œil» Dès le lendemain, la municipalité a fait changer toutes les serrures. «Cela m’a rassuré, parce que j’en ai tremblé toute la nuit, à cause du choc émotionnel», admet celui qui a dû passer une partie de sa soirée aux urgences.
.
.
.
BELGIQUE BRUXELLES : AGRESSION CONTRE UN PRÉLAT ORTHODOXE
.
Il s’agit d’un prélat de l’ÉGLISE ORTHODOXE DES NATIONS, une Église orthodoxe autocéphale non reconnue par les Églises canoniques orthodoxes, dont le siège est à PARIS, qui a diffusé hier le communiqué suivant :
.
COMMUNIQUÉ DE SA SAINTETÉ LE PATRIARCHE NICOLAS.
.
Suite à la lâche tentative d’assassinat de SON ÉMINENCE JEAN DE MARIE [ABBOUD] archevêque de BRUXELLES et vicaire pour les chrétiens d’Orient, nous tenons à vous faire savoir que la tentative [a avorté] et que Son Éminence va bien et se remet de ces douloureux moments. Prions DIEU pour qu’il se remette rapidement et que de tels actes ne se renouvellent plus. DIEU veille sur Ses enfants. Merci Seigneur.
.
Le prélat est un ancien PRÊTRE DU DIOCÈSE DE TRIPOLI (LIBAN) DE L’ÉGLISE GRECQUE MELKITE CATHOLIQUE EXCOMMUNIÉ par son Église en 2015. Les causes et les auteurs de cette tentative d’assassinat ne sont pas connus.
 
.
.
.

À PARIS, L'ÉGLISE SAINTE-RITA ÉVACUÉE MALGRÉ LA RÉSISTANCE DE SES FIDÈLES
3 AOÛT 2016 LE FIGARO
.
Élus et habitants du XVe arrondissement se sont rassemblés ce mercredi matin pour protester contre l'expulsion de fidèles de l'église, promise à la vente.
.
Au 27 de la rue François Bonvin, dans le XVe arrondissement de PARIS, elle se tient là, petite église encadrée entre un immeuble et un bout de terre grillagé, barrée par un portail métallique sur lequel est inscrit «En FRANCE, on tue les prêtres et on rase les Eglises». Le ton est donné. Devant, ils sont une vingtaine, à l'aube, qui se préparent à faire front. Il y a NICOLAS STOQUER, président délégué de l'ASSOCIATION DES ARCHES DE STE RITA, il y a aussi quatre élus qui ont revêtu leur écharpe, mais également des fidèles et des gens du quartier. Tous venus pour empêcher l'évacuation de cette église vendue à un promoteur breton il y a plus de deux ans. Murée au milieu de l'année 2015, elle devait être détruite en octobre dernier pour laisser place à un parking et à des logements sociaux.
.
Des difficultés financières avaient décidé l'association cultuelle des chapelles catholiques et apostoliques, propriétaire du bâtiment, à s'en séparer. Le lieu était loué depuis des années par l'ÉGLISE CATHOLIQUE GALLICANE DE PARIS, dont les fidèles se sont mobilisés depuis pour enrayer le processus de vente. Dans la nuit du 5 au 6 octobre dernier, des militants du Mouvement du 14 juillet (un mouvement antisystème) ont rejoint la longue liste de défenseurs de l'église, pour «libérer» l'église promise à la démolition. Leur mobilisation a empêché la destruction de commencer. À cette occasion, un certain nombre de personnes ont pénétré dans l'église en détruisant le mur de parpaing et ont rétabli l'accès à l'église, où ils se sont installés. Depuis, l'association cultuelle a obtenu par ordonnance du TRIBUNAL DE PARIS, le 6 janvier dernier, l'autorisation judiciaire de faire procéder à l'expulsion de ces occupants. En mai, c'est le juge des référés qui a ordonné au PRÉFET DE POLICE DE PARIS d'apporter le concours de la force publique.
.
«C'EST UNE QUESTION DE PATRIMOINE !»
.
Il est 6h40: trois messes consécutives ont déjà été célébrées, une cinquantaine de personnes se sont barricadées à l'intérieur de l'église et comptent bien résister aux forces de l'ordre jusqu'au bout. PHILIPPE, un jeune du quartier, est venu avec des amis en signe de protestation. Ses convictions, il les exprime avec vigueur. «C'est une question de patrimoine ! On ne peut pas raser cette église. Elle a permis le croisement des générations dans ce quartier, et l'instauration d'une certaine ferveur, dans un quartier où personne ne se parle. Vraiment, les Parisiens ont beaucoup à y perdre, s'ils perdent SAINTE-RITA. Il faut maintenir les lieux de vie, il ne faut pas les détruire. C'est dommage d'en arriver là.»
.
6h50. Boucliers à la main, une vingtaine de policiers s'engouffrent dans la rue et viennent encercler le petit groupe qui s'est massé comme un seul homme devant le portail. Un peu à part, NICOLAS STOQUER assiste à la confrontation. «J'ai eu une intuition, le mois dernier. Je savais qu'ils enverraient les forces de l'ordre, que ce n'était qu'une question de temps. Quoiqu'après SAINT ETIENNE DU ROUVRAY, je me suis dit qu'ils n'oseraient pas, que ça n'était pas possible. Que l'urgence était ailleurs. Mais non, visiblement ils préfèrent gaspiller de cette façon des hommes et des moyens dans un pays en guerre plutôt que d'intervenir là où il faut».
.
.
.
BELGIQUE UN PRÊTRE POIGNARDÉ PAR UN MIGRANT QU'IL AVAIT HÉBERGÉ
.
Un prêtre de 65 ans a été poignardé dimanche 31 juillet par un homme qu’il avait accueilli à son domicile. Son pronostic vital n’est pas engagé.
.
Un homme a agressé au couteau un prêtre à son domicile de LANAKEN, commune flamande de la province de LIMBOURG située près de MAASTRICHT. 

.
Selon le site d’information du Soir, le PÈRE JOS VANDERLEE a été légèrement blessé et conduit à l’hôpital. L’agresseur a pris la fuite. La police belge a lancé un appel à témoins, tandis que le parquet de LIMBOURG a ouvert une enquête.

.
Selon les premiers éléments révélés par les médias locaux, l’agresseur s’était présenté au prêtre comme un demandeur d’asile aux PAYS-BAS, demandant au pasteur de pouvoir prendre une douche à son domicile. Il lui aurait ensuite demandé de l’argent. Face à son refus, il l’aurait agressé avec un couteau, le blessant aux mains. L’homme de foi a ensuite été pris en charge par les secours et transporté à l’HÔPITAL DE GENK, où il a subi une opération. Ses jours ne sont pas en danger.
.
Le PÈRE VANDERLEE est responsable de huit paroisses sur le territoire de LANAKEN et a fêté ce mois-ci ses 40 ans de sacerdoce.
.
.
.
 
.
PÈRE JACQUES HAMEL SAINT ÉTIENNE DU ROUVRAY (76) DÉCAPITÉ
27 JUILLET 2016 BFMTV
.
Un prêtre octogénaire est mort égorgé mardi lors d'une prise d'otages dans son église à SAINT-ÉTIENNE-DU-ROUVRAY, dans l'agglomération de ROUEN.
.
Un attentat revendiqué par DAESH qui a fait aussi un blessé grave, GUY, 87 ans. Ce mercredi sur RMC, JEANINE, la femme de ce dernier, elle aussi présente dans l'église, raconte le déroulé de la prise d'otages..
 
Le PÈRE JACQUES HAMEL a été assassiné ce mardi matin, égorgé par deux terroristes qui ont fait irruption pendant la messe qu'il célébrait dans l'église de SAINT-ÉTIENNE-DU-ROUVRAY près de ROUEN. JEANINE, 86 ans, était présente dans l'église au moment des faits avec son mari, GUY, qui fêtait ses 87 ans ce mardi et a été grièvement blessé au cours de cet attentat. Elle raconte.
.
«Quand l'un des terroristes s'est approché de moi, il m'a dit qu'il n'allait pas me faire de mal parce que nous allions servir d'otages. Il parlait des trois sœurs présentes et de moi. Alors là on s'est dit : «Bon on ne va pas mourir tout de suite. On mourra peut-être tout à l'heure mais…» En revanche, son mari, en tant qu'homme ne sera pas épargné.
.
«IL A FAIT LE MORT»
.
«Il a pris quatre coups de couteau dans le cou, les bras et le dos». C'est pourquoi, JEANINE en est persuadée : «Ils voulaient le tuer,
COMME LE PRÊTRE. Au PÈRE JACQUES, ils lui ont d'abord mis un coup, sûrement au cou. Il est tombé la face vers le ciel, vers nous. On voyait le sang couler de sa bouche… Et ensuite, ils lui ont donné d'autres coups et, là, c'était terminé…» Dès lors, pour rester en vie et ne pas attirer l'attention des assaillants, JEANINE explique que son mari «a fait le mort».
 .
Et d'ajouter : «Les terroristes avaient donné un téléphone portable à mon mari pour qu'il filme ou photographie le père une fois exécuté. C'est ensuite qu'ils ont pris mon mari en otage et ils en ont fait autant…». Comment a-t-elle réagi à la vue de son mari se faisant lacérer de coup de couteau : «Je ne sais pas… Je l'ai vu. Je me suis dit qu'il était mort et que ça allait être notre tour. Les terroristes me tenaient par le dos avec leur revolver dans le cou. Est-ce qu'il était factice ? Je n'en sais rien. Mais il était dans mon cou... Ensuite, ils ont affûté le couteau. C'est tout».
.
«IL FAUT BIEN RÉSISTER»
.
JEANINE a vu son mari ce mardi soir et elle l'assure : «Je l'ai vu bouger un petit peu. Il allait bien. Il n'avait pas perdu connaissance. Il a essayé de maintenir ses doigts sur sa plaie pour éviter que cela ne saigne trop. Mais il a trouvé le temps long avant qu'on vienne le chercher». Prise en charge par une cellule psychologique, l'octogénaire est rassurée sur sa santé. «Ça va parce que je suis entourée de mes enfants qui sont venus D’ÉVREUX et de la région parisienne. Ils sont arrivés aussitôt et ça fait du bien. Ils m'aident à évacuer… Il faut bien résister».
.
.
.
LYON : UN CURÉ AGRESSÉ A SON DOMICILE
29 NOVEMBRE 2015 LYONMAG
.
Le curé de la paroisse de SAINT-CHRISTOPHE LES DEUX RIVES, à NEUVILLE-SUR-SAÔNE, s’est fait agresser à son domicile dans la nuit de vendredi à samedi.
.
Deux hommes sont entrés dans le domicile du PÈRE, place de Verdun, à GENAY. Les individus n’ont pas hésité à menotter le curé à une chaise sous la menace d’un pistolet. Ils auraient également frappé l’homme de 53 ans à coups de crosse au niveau de la tête. Pendant ce temps, la maison était fouillée de fond en comble.
.
C’est ensuite l’alarme qui va mettre en fuite les agresseurs. Peu après 2h du matin, les policiers interpellent un homme. Présenté ce dimanche au parquet, le suspect, originaire d’ALBIGNY-SUR-SAÔNE, est âgé de 20 ans.
.
Le curé de la paroisse de SAINT-CHRISTOPHE LES DEUX RIVES a lui été hospitalisé à l’hôpital de VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE.
.
Selon les premiers éléments de l'enquête, le caractère religieux de l’agression n'a pas été retenu. A noter que deux cambriolages avaient déjà touché le domicile du curé durant ces trois dernières années.
.
.
.
CAMEROUN : UN PRÊTRE FRANÇAIS ENLEVÉ PAR LES ISLAMISTES
.
Un prêtre français de 42 ans, GEORGES VANDENBEUSCH, curé de la paroisse de NGUETCHEWE, a été enlevé à KOZA par des islamistes nigérians dans le nord du CAMEROUN, la nuit dernière, révèle aujourd’hui BFMTV. Une information confirmée au FIGARO par l’entourage de la présidence camerounaise. Selon le député UMP ALAIN MARSAUD, dont la Xe circonscription (Français de l’étranger) recouvre le Cameroun, le prêtre «a été enlevé dans un monastère», à 30 kilomètres de la frontière nigériane. Cette zone a été classée en «zone rouge» par le centre de crise du MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES en raison des menaces terroristes, mais le prêtre avait choisi d’y rester en connaissance de cause. La zone «était formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d’enlèvement», a annoncé le QUAI D’ORSAY. «En connaissance de cause, le PÈRE GEORGES avait fait le choix de demeurer dans sa paroisse pour l’exercice de sa mission», précise-t-il. «Des recherches sont en cours pour vérifier les circonstances de son enlèvement et l’identité des ravisseurs», précise le MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES. Le prêtre aurait été enlevé par les islamistes nigérians de BOKO HARAM, selon des médias français. Le PÈRE VANDENBEUSCH avait officié neuf ans dans la PAROISSE SAINT-JEAN-BAPTISTE DE SCEAUX (HAUTS-DE-SEINE) avant de partir pour le nord du CAMEROUN en 2011 (…).
.
.
.
BELLEY (AIN) : UN FRÈRE DE LA SAINTE FAMILLE POIGNARDÉ EN PLEINE RUE
3 NOVEMBRE 2013 LE PROGRES
.
L’attaque a eu lieu à quelques pas de son domicile. Samedi après-midi, vers 16 heures, un FRÈRE DE LA SAINTE FAMILLE s'est fait agresser en pleine rue alors qu'il rentrait chez lui, rue de Savoie à BELLEY.
.
FRÈRE THÉODORE se sentait suivi depuis un moment lors de sa promenade, et son agresseur l'a poignardé à quelques pas de son domicile, dans une rue déserte.
.
.
.
QUIMPER : LE CURÉ DE LA CATHÉDRALE FRAPPÉ DE DIX COUPS DE POING
25 JUILLET 2013 OUEST FRANCE
.
L’auteur présumé des coups a été rapidement interpellé par la police, placé en garde à vue et interné à l’établissement public de santé mentale de GOURMELEN.
.
La semaine dernière, le PÈRE MICHEL MAZEAS, CURÉ DE LA CATHÉDRALE DE QUIMPER (FINISTÈRE) a été agressé. L’auteur présumé des faits a été interpellé et interné.
.
Mercredi 17 juillet, le père MICHEL MAZEAS, CURÉ DE LA CATHÉDRALE, a été agressé par un homme au presbytère SAINT-CORENTIN, situé rue Toul-al-Laer à QUIMPER. Le père a reçu une dizaine de coups de poing notamment au visage.
.
«AUCUNE REVENDICATION»
.
«Un homme est d’abord passé voir le curé au presbytère. Il a été reçu, puis il est revenu. Le père a alors été menacé puis frappé», explique le PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE DE QUIMPER.
.
L’auteur présumé des coups a été rapidement interpellé par la police, placé en garde à vue et interné à l’établissement public de santé mentale de GOURMELEN. Il n’y a pas eu d’interruption temporaire de travail pour la victime.
.
.
.
LEPUIX-GY : QUATRE BRAQUEURS MARTYRISENT UN MOINE
18 MAI 2013 L'EST REPUBLICAIN
.
Quatre hommes armés et visages dissimulés ont brutalisé le prieur du monastère de LEPUIX-GY, hier, pour obtenir le contenu d’un coffre.
.
Les malfaiteurs ont brutalisé FRÈRE BASILE pendant environ 45 minutes. Photo d’archives ER
.
On frémit en constatant les bassesses et les lâchetés dont usent des individus pour arracher de l’argent facile. Escroqueries, vols, cambriolages, agressions, menaces ou encore séquestrations ! La limite a encore été repoussée, dans la nuit de jeudi à vendredi, avec le martyre qu’a subi FRÈRE BASILE au PRIEURÉ SAINT-BENOÎT DE CHAUVEROCHE à LEPUIX-GY.
.
Cette affaire sordide débute vers 1 h du matin. Quatre hommes âgés d’une vingtaine d’années se présentent à la porte du monastère. Fondé en 1980 par l’ABBAYE DE LA PIERRE-QUI-VIRE, il est situé dans un cadre bucolique propice à la méditation. Seul inconvénient, l’endroit est isolé, au fond de la VALLÉE DE CHAUVEROCHE, une des extrémités de LEPUIX-GY. Le monastère est occupé par six frères, dont l’âge oscille entre 76 et 92 ans. Il dispose d’une hôtellerie de sept chambres pour des retraites individuelles. Sa librairie contient des livres remarquables. Et à 500 m du monastère, un chalet est réservé aux groupes.
.
Autant d’activités qui rapportent aux frères des subsides modestes, dont les malfaiteurs ont voulu prendre possession.
.
Vers 1 h, des individus frappent violemment à la porte. Encagoulés pour certains, une capuche rabattue sur le visage ou un foulard pour les autres, ils bousculent FRÈRE BASILE dès que le moine entrouvre la porte. Dès cet instant, le calvaire du prieur commence. Il durera environ quarante-cinq minutes. Tour à tour, les individus le saisissent, le rudoient, l’injurient, le menacent de mort. Ils vont même jusqu’à le menacer de le conduire dans le bois pour le tuer. En parallèle, ils fouillent des pièces du monastère, quitte à tout retourner. Leur objectif ? Un coffre-fort où ils pensent trouver de l’argent. Seulement, ils ignorent que les moines ne conservent pas de grosses sommes d’argent. Les religieux préfèrent les placer sur leur compte bancaire. Au final, les malfaiteurs ne connaîtront jamais l’emplacement de ce coffre.
.
FORT ACCENT DES SUSPECTS
.
FRÈRE BASILE doit son salut à l’un des frères. Dans leur quête, les auteurs font trop de bruit. Un des moines est réveillé et hurle. Sa réaction provoque la panique du quatuor qui embarque tout ce qui lui passe sous la main : le portable du prieur, un lecteur de CD, du matériel informatique et de la nourriture, dont un gigot. Les individus s’enfuient à bord de la voiture avec laquelle ils sont venus. Ils prennent soin de ne pas allumer les feux du véhicule pour dissimuler la plaque d’immatriculation. Les malfrats partis, les frères alertent la gendarmerie. Quelques minutes plus tard, les militaires de la communauté de BRIGADE DE GIROMAGNY et de la brigade des recherches procédaient aux relevés techniques et scientifiques.
.
L’enquête s’est poursuivie toute la journée d’hier, avec l’espoir de trouver des témoins qui auraient aperçu des allers et venues inhabituels autour du prieuré, ou éventuellement les auteurs. Les enquêteurs, très discrets sur leurs progrès, ont examiné la liste des derniers pensionnaires du prieuré. Il s’agit évidemment de déterminer si une retraite n’a pas servi de repérage.
.
Mais l’attention des militaires s’est aussi portée sur les auditions de la principale victime et des rares témoins. Un détail sensible les aurait frappés : le fort accent des suspects. Réel ou simulé ?
.
De son côté, la victime évidemment choquée, nous a fait savoir qu’elle ne témoignerait pas. Ce vol avec arme a néanmoins créé des réactions à LEPUIX-GY, commune située au pied du BALLON D’ALSACE. Le maire DANIEL ROTH nous a fait part de son émotion et de sa compassion.
.
.
.

AGRESSION D'UN PRÊTRE EN AVIGNON
15 MAI 2013 LES SALONS BEIGE
.
AUCUN ÉLU N'EST VENU RENCONTRER LE PRÊTRE AGRESSÉ
.
Des responsables de la communauté musulmane d'AVIGNON SONT VENUS à la rencontre du PÈRE GRÉGOIRE ce 15 mai, suite à son agression. Il a aussi reçu le soutien de la communauté juive. N'ayant vu aucun élu, ils se sont présentés en mairie en tant que citoyens pour espérer en rencontrer un. Et sont tombés nez à nez sur madame le maire qui se rendait en préfecture … Le PÈRE GRÉGOIRE lui a dit que, seuls 2 députés, JACQUES BOMPARD et MARION MARÉCHAL LE PEN lui avaient écrit leur soutien.
.
.
.

22/12/2016

ATTENTAT MARCHÉ DE NOËL BERLIN ALLEMAGNE

ATTENTAT MARCHÉ DE NOËL
BERLIN ALLEMAGNE
19 DÉCEMBRE 2016
.
12 MORTS 48 BLESSÉS
.
.
.
.
.
.
.
ALLEMAGNE
.
 
ALLEMAGNE : LA TÉLÉVISION D’ÉTAT DIFFUSE DES «CHANTS DE NOËL» ISLAMIQUES CONTRE «LES TRADITIONS ENNUYEUSES»
19 DÉCEMBRE 2016
.
Le MARCHÉ DE NOËL de NUREMBERG est le plus vieux d’ALLEMAGNE, remontant au 16ème siècle. Le présentateur de la télévision d’état SÜDWESTRUNDFUNK, estimant que NOËL était «triste», «mélancolique» et «pleureur», a préféré une version orientale d’un chant traditionnel pour célébrer le «multiculturalisme».
 
.
.
.
 
.
19 DÉCEMBRE 2016
.
ALLEMAGNE BERLIN ATTENTAT MARCHÉ DE NOËL
.
.
 
20 DÉCEMBRE 2016
.
DAESH REVENDIQUE L’ATTAQUE DE BERLIN
.
.
.
 
LE ROUTIER POLONAIS LUKASZ URBAN S’EST BATTU JUSQU’À LA MORT POUR EMPÊCHER LE CARNAGE (LES CAMIONNEURS EUROPÉENS SE MOBILISENT)
22 DÉCEMBRE 2016 SPUTNIK
.
Pour donner un coup de pouce à sa famille, un Britannique a lancé une campagne de collecte de fonds sur le site GOFUNDME.COM.
.
«Bien que je n’aie pas connu LUKASZ, j’ai été à la fois choqué et écœuré par la nouvelle de sa mort si brutale. Je n’arrive pas à imaginer comment sa famille y fait face. Moi-même chauffeur de camion, j’ai décidé de m’adresser à la communauté des transports routiers et à tous ceux qui se sentent concernés pour donner un coup de pouce à sa famille», a écrit l’initiateur du projet, DAVID DUNKAN.
.
Plus de 1 500 personnes, y compris des Polonais, y ont déjà contribué. M. DUNKAN envisageait initialement de collecter 20 000 livres sterling (environ 23 700 euros). Cependant, la somme collectée a déjà dépassé 21 000 livres et des fonds continuent d’arriver.
.
.
.
ATTENTAT DE BERLIN : LA POLICE RECHERCHE ANIS AMRI UN TUNISIEN
21 DÉCEMBRE 2016 ROMANDIE
.
La police allemande est à la recherche d'un Tunisien dont un document d'identité a été retrouvé dans le camion qui a foncé sur un MARCHÉ DE NOËL lundi soir à BERLIN, affirment deux journaux allemands mercredi.
.
Selon des informations du quotidien BILD et de la ALLGEMEINE ZEITUNG de MAYENCE, l'homme est connu sous trois identités et trois âges différents. Selon le site de l'hebdomadaire DER SPIEGEL il est originaire de TATAOUINE (sud).
.
Les enquêteurs ont retrouvé ce document d'identité sous le siège du conducteur dans la cabine du poids-lourd qui a délibérément foncé sur des chalets en bois d'un MARCHÉ DE NOËL très fréquenté, tuant 12 personnes. L'attentat a été revendiqué par les jihadistes du groupe État islamique.
.
Cet homme est connu des services de police pour des coups et blessures mais il a disparu avant d'être jugé, il est en outre considéré comme dangereux car lié à un grand réseau islamiste, selon BILD.
.
L'assaillant a pris la fuite. Un Pakistanais, arrêté peu après sur un lieu proche de l'attentat, a été finalement relâché mardi soir.
.
Le papier d'identité retrouvé dans le camion est un document remis à un migrant dont la demande d'asile a été rejetée sans pour autant qu'il puisse être expulsé.
.
Il a été émis par les autorités locales de KLEVE, une ville de RHÉNANIE du NORD-WESTPHALIE, située à la frontière avec les PAYS-BAS, selon le quotidien régional de MAYENCE.
.
La TUNISIE est l'un des plus gros fournisseurs de combattants étrangers aux mouvements jihadistes, quelque 5.500 Tunisiens sont partis ainsi combattre en SYRIE, en IRAK ou en LIBYE.
.
C'était aussi un ressortissant tunisien qui avait précipité un camion dans la foule à Nice le 14 juillet dernier, faisant 86 morts. Là aussi l'attentat avait été revendiqué par le groupe EI.
.
.
.
DE LA TUNISIE À BERLIN LE PARCOURS DU SUSPECT ANIS AMRI RETRACÉE
.
LE TERRORISTE
«Une récompense allant jusqu’à 100.000 euros sera versée pour toute information menant à la capture du suspect» L’appel au public pour localiser le Tunisien ANIS AMRI, suspecté d’être l’auteur de l’attentat au camion de BERLIN, a été lancé par la BUNDESKRIMINALAMT (BKA) la POLICE FÉDÉRALE ALLEMANDE
.
.
.
ANIS AMRI ACCUSÉ D’AVOIR INCENDIÉ UNE ÉCOLE, LE SUSPECT TUNISIEN A DÉJÀ FAIT 4 ANS DE PRISON EN ITALIE
21 DÉCEMBRE 2016 TGCM24
.
[….] Le jeune de 24 ans avait laissé la TUNISIE il y a sept ans comme émigré clandestin et a fait quatre années de prison à PALERME, dans la PRISON DE L’UCCIARDONE, pour l’incendie d’une école. Dans la structure italienne il aurait manifesté des comportements violents. Après son incarcération il a attendu la reconnaissance de son identité de la part de la TUNISIE, sans laquelle il ne pouvait pas être expulsé, dans le CENTRE D’IDENTIFICATION ET D’EXPULSION DE CALTANNISSETTA. […]
 
.
.
ANIS AMRI A DÉJÀ ÉTÉ ARRÊTÉ TROIS FOIS EN ALLEMAGNE
21 DÉCEMBRE 2016 DAILY MAIL
.
Au mois de juillet de cette année, il a été impliqué dans une bagarre au couteau à propos de drogue et a été inculpé pour coups et blessures. Mais il a disparu dans la nature avant sa convocation au tribunal.
.
Mais il a réapparu à LUDWIGSBOURG où il fut arrêté en possession de papiers italiens falsifiés. Là non plus, on ne sait pas pourquoi il a pu filer entre les doigts des services de sécurité alors qu’on connaissait son appartenance aux prêcheurs de haine.
.
Il a vécu quelque temps à EMMERICH AM RHEIN et en est parti en juillet pour rejoindre BERLIN en bus où il fut arrêté pour un délit inconnu. Une fois de plus, il est ressorti libre.[...]
.
.
.

LE SUSPECT ANIS AMRI ABATTU EN ITALIE
23 DÉCEMBRE 2016 ZINFOS974
.
Le MINISTRE ITALIEN DE L’INTÉRIEUR, MARCO MINNITI, doit l’annoncer officiellement lors d’une conférence de presse à 10h45 locales. Le suspect de l’attentat de BERLIN aurait été abattu lors d’une fusillade selon les médias italiens. Le fugitif aurait été abattu lors d’un contrôle de police à MILAN
.
Une fusillade aurait éclaté à 3 heures du matin ce vendredi en banlieue milanaise, quand les policiers ont demandé ses papiers à un homme. Il aurait alors crié «ALLAHU AKBAR» avant de faire feu sur les deux officiers de police. 
.
Selon LA REPUBBLICA, l’homme avait dans son sac à dos un billet de train et serait arrivé de FRANCE. Le journal LA REPUBBLICA indique que le suspect a été identifié par ses empreintes digitales.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/rjWfk9WACjxpzaTOdH05KxAewUjjJpuf_L5ChCmlg_jM1kZ5cyz9JZC9oxVASJTcU4-PpuH1mgDs6zS9jwbcRnuuXCfXUZ354fBQMC9qhs8Hl4s-FupVruKjnwZ_m_NupO_O_MMQ7r4jfRG-WYjMNGuC2A6G9HbJPnPG4k2yXCMCY9vC-fOSdkmxOJP43_wSZrqeQhXpf9maup7dB1nrgd8iRpUD9JmpphqUIur9ASRNRyxsDwdiFIrpKU6bN6e5hFpLm34xDs2ZQ-jB7MULb4-8Rte8-B_2T_N0N7P9cSGoO__7P1rCHGjQ07s7RpsgoLolbbJeeM9l7fEqgZflNV3ONvXQ_K0iYcidv0_vlDZ4ih2PgiYwVI9OD7DhyUARbbIzp1OICwAdcJWTwgL_XIjIRXuYFkeTapY1AS08qbpq6-EuGT6jSJ_t_7oXasOIQNQU2xOr734BE03FqvsHbJEJFxHbN57nTo1MLfGQMXSqPK9VOFgxekJx9_CR5sP09Cr3qHig6pvbNI9kEGDP9P2_a_QrxAOfPW4kBm8H-XK4oPCJWi6GytL3G7M3pKL2k572G1EjhjF_VqcJceFYA9z5pp_8Nkz1aOqrYii74aznfDsfJ4gvcFaa70KRRtjOAijooUOT59sN3p6cr6HwzafmODpOCNvuZjfGFROMLZY=w299-h169-no AMRI ARRIVÉ PAR LAMPEDUSA EN SE FAISANT PASSER POUR UN MINEUR
22 DÉCEMBRE 2016 LALIBRE.BE
.
[...] ANIS AMRI a débarqué sur l'île italienne de LAMPEDUSA, la plus proche des côtes africaines, pendant le PRINTEMPS ARABE en 2011, «en se déclarant mineur alors qu'il avait 18 ans», rapporte le quotidien turinois LA STAMPA.
.
Contactés par l'AFP, les MINISTÈRES ITALIENS DE L'INTÉRIEUR ET DE LA JUSTICE, le PARQUET DE PALERME, de même que l'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE, n'ont pas souhaité faire de commentaire.
.
Le jeune homme est alors orienté vers le CENTRE D'ACCUEIL POUR MINEURS DE BELPASSO À CATANE, dans l'est de la SICILE, où il ne tarde pas à se faire remarquer. [...]
.
.
.
AMRI À CHAMBÉRY EN MÊME TEMPS QUE FRANÇOIS HOLLANDE !!??
23 DÉCEMBRE 2016 L'ALSACE
.
Selon la presse italienne, le terroriste du marché de Noël de Berlin, abattu cette nuit à Milan, est arrivé en Italie en passant par Chambéry. Sur son cadavre, un billet de train daté du 22 décembre a été découvert.
.
Si cela se confirme, cela veut dire que le terroriste tunisien se trouvait dans la ville savoyarde le même jour que François Hollande. Le président de la République était venu inaugurer le nouvel hôpital de Chambéry. La gare est évidemment un site sensible très régulièrement surveillé par la police et les militaires de l’OPÉRATION SENTINELLE.
.
On ne sait pas en revanche si ANIS AMRI a simplement transité par CHAMBÉRY par train ou s’il est arrivé en Savoie par d’autres moyens. Toujours que si elle est avérée, la présence à CHAMBÉRY de l’homme le plus recherché d’EUROPE LE MÊME JOUR QUE LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE POSE DES QUESTIONS.
.
23 DÉCEMBRE 2016 LE DAUPHINÉ
.
Abattu à MILAN, ANIS AMRI est passé par LYON et CHAMBÉRY
.
Il aurait notamment pris un train pour TURIN, en passant par LYON, en l'occurrence la gare de la Part Dieu, puis CHAMBÉRY - CHALLES-LES-EAUX, avant d'être abattu la nuit dernière à MILAN.
.
ANIS AMRI, le Tunisien de 24 ans qui a foncé sur la foule du MARCHÉ DE NOËL DE BERLIN, lundi soir, a été abattu à MILAN dans la nuit de jeudi à vendredi. En trois jours, il a traversé au moins trois pays, franchissant au moins deux frontières.
.
Selon les premiers éléments, il aurait notamment transité par la France. ANIS AMRI était en possession d'un sac à dos lorsqu'il a été abattu par les policiers italiens. Dans ce sac se trouverait un billet de train avec pour destination TURIN, en passant notamment par CHAMBÉRY (SAVOIE), dans les ALPES FRANÇAISES.
.
A LA GARE DE LA PART-DIEU JEUDI
.
La SNCF a confirmé ce vendredi après-midi à nos confrères du MONDE que le terroriste avait bien un billet CHAMBÉRY-TURIN en sa possession. Et c'est lors de ce trajet qu'il aurait payé un autre billet, en liquide, à destination de MILAN.
 
Mais où est-il monté en gare en direction de la SAVOIE ? Selon EUROPE 1, son point de départ ferroviaire serait la très fréquentée GARE DE LA PART-DIEU, située à deux pas du centre commercial éponyme à LYON, jeudi.
 
De TURIN, il aurait pris un nouveau train, régional cette fois, pour rejoindre la gare centrale de MILAN, où il est arrivé vers 1 heure du matin. ANIS AMRI est ensuite contrôlé dans le quartier de SESTO SAN GIOVANNI, à proximité d'une autre gare milanaise. Il est alors 3 heures, dans la nuit de jeudi à vendredi.
.
.
.

16/12/2016

ÉDUCATION NATIONALE PÉDOPHILIE ET PROSTITUTION

ÉDUCATION NATIONALE PÉDOPHILIE ET PROSTITUTION
.
.
.
.
.
.
.
ÉCOLE ET PÉDOPHILIE
.
TARN LE PROF ENVOYAIT DES SEXTOS À UN ÉLÈVE DE 12 ANS
19 JANVIER 2017 LE DAUPHINE
.
Un professeur de CASTRES a été condamné mercredi à deux ans de prison avec sursis pour «corruption de mineur». Il avait harcelé un élève de 12 ans avec des SMS salaces pendant quatre mois avant d'être dénoncé par le collégien.
.
Un jeune garçon, élève de 6e, âgé de 12 ans au moment des faits, a été harcelé par son prof via des SMS salaces pendant quatre mois, selon LA DÉPÊCHE DU MIDI.
.
L’affaire remonte à 2014 et a eu lieu au COLLÈGE JEAN-MONNET de CASTRES, dans le TARN. L'enseignant en histoire-géographie, aujourd’hui âgé de 46 ans, a été jugé mercredi devant le TRIBUNAL CORRECTIONNEL pour «corruption de mineur». Divorcé et père de trois enfants, il a refait sa vie avec une nouvelle compagne depuis.
.
AVEC DES PHOTOS
.
Les SMS à connotation sexuelle étaient parfois accompagnés d'une photo. Des mails ont suivi, puis des invitations, refusées par le garçon, à se rejoindre via une caméra devant SKYPE. Le collégien a esquivé pendant plusieurs semaines son harceleur, avant d’oser se confier à une amie puis aux responsables de l’établissement.
.
Le professeur a été condamné à deux ans de prison avec sursis assortis d’un suivi socio-psychologique de cinq ans avec obligation de soins. Il a été radié de l’EDUCATION NATIONALE après la découverte des faits.
.
L'enquête a établi qu'il était accro aux réseaux sociaux et aux «TCHATS» en direct à caractère sexuels avec des inconnus adultes, hommes ou femmes. Il fréquentait aussi certains sites pédophiles.
.
Il est désormais inscrit au fichier des délinquants sexuels et interdit d’exercer pendant une décennie un métier en relation avec les mineurs. Et bien sûr, il ne doit pas entrer en contact avec sa jeune victime, qui fait aujourd'hui l’objet d’un suivi psychologique.
 
.
.
27 ENSEIGNANTS PÉDOPHILES SUSPENDUS EN 2015
12 JANVIER 2017 L'ECHO REPUBLICAIN
.
Toutes écoles confondues, publiques et privées. Ces chiffres sont publiés à l'occasion de l'incarcération, mercredi 11 janvier, d'un enseignant du LYCÉE NOTRE-DAME DE CHARTRES, alors qu'il avait déjà eu deux condamnations. Le PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE DE CHARTRES a rappelé :
.
«Condamné à deux ans de prison avec sursis et à trois ans de mise à l’épreuve en 1997, à CAEN ; et, en 2006, à GRASSE, pour agressions sexuelles. Avec interdiction d’exercer pendant cinq ans la deuxième fois» «Son casier judiciaire N° 2 est néant. Les condamnations ne restent qu’au N° 1 lorsque la mise à l’épreuve est terminée. Il faudrait revoir le système. J’ai alerté ma hiérarchie»
.
Une plainte pour viol avait également été classée sans suite. Tout fonctionnaire, comme tout employé du privé sollicité par son employeur, doit fournir un «extrait de casier judiciaire». Il s’agit en l’occurrence d’une partie, seulement, de la totalité du casier, dit «Bulletin N° 2», qui fluctue avec le temps. Des peines purgées en sont retirées et ne restent que sur le «Bulletin N° 1», qui n’est accessible qu’aux services enquêteurs et judiciaires. L’employeur peut ainsi ne pas savoir si son nouvel employé a déjà été condamné. Autre difficulté, l’extrait fourni à l’embauche n’est pas actualisé en cas de condamnation postérieure.
.
LE CAS DE CET ENSEIGNANT N'EST PAS ISOLÉ. 12 ENSEIGNANTS EN PRIMAIRE ET 15 DANS LE SECONDAIRE ONT ÉTÉ SUSPENDUS DE LEURS FONCTIONS EN 2015 POUR DES DÉLITS PÉDOPHILES. SOIT 27 ENSEIGNANTS AU TOTAL. 19 AVAIENT ÉTÉ RADIÉS EN 2014, 26 EN 2013, 15 EN 2012.
.
.
.
L’ÉDUCATION NATIONALE DE NAJAT VALLAUD-BELKACEM DANS LA TOURMENTE
11 FÉVRIER 2015 LE ROUGE ET LE NOIR
.
* On apprend ce matin par RTL qu’un professeur de 28 ans exerçant dans le 11e arrondissement de PARIS a été placé derrière les barreaux pour détention de fichiers pédopornographiques.
.
* Hier, ON APPRENAIT qu’un instituteur qui avait fait des avances sur Internet à ce qu’il croyait être une fillette a été relaxé de corruption de mineur et uniquement condamné pour possession d’images pédopornographiques.
.
* Mi JANVIER, c’était à ESCAUTPONT, dans le NORD, qu’un instituteur était mis en examen pour agressions sexuelles sur mineures.
.
* Fin JANVIER, la cour d’assises du TERRITOIRE DE BELFORT jugeait le cas d’un professeur de musique accusé de viol sur un garçon âgé de 14 ans,
.
* Dans les DEUX-SÈVRES, le tribunal correctionnel jugeait les «invitations» sexuelles envoyées par un enseignant.
.
* Début JANVIER, À LONGUÉ-JUMELLES, dans le MAINE-ET-LOIRE, un professeur de collège était arrêté pour le viol d’une élève.
.
* Fin DÉCEMBRE, NORD on découvrait qu’un autre enseignant était jugé pour diffusion d’images pédopornographiques dans la région de DOUAI.
.
* Début DÉCEMBRE, à KERGUÉNEC, en LOIRE-ATLANTIQUE, une enquête ouverte au départ pour agression sexuelle par un enseignant a révélé que celui-ci détenait plusieurs milliers de photos pornographiques d’adolescents.
.
* MARS 2015 VILLEFONTAINE (Isère) Une quinzaine de plaintes ont été déposées contre l’instituteur de Villefontaine (Isère). Les parents sont hantés par une question : combien de viols ?
.
* AVRIL 2015 RENNES un professeur de sport a été suspendu
..
* MARS 2015 MOSELLE collège de Marly des photos dénudées envoyées à un élève
.
* MARS 2015 VERSAILLES Un instituteur de Versailles écroué pour des viols présumés sur une fillette du Rhône
.
* AVRIL 2015 LILLE (Pas de Calais) Cet enseignant a été condamné en comparution immédiate pour possession de photos à caractère pédopornographiques à 18 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-mer
.
* AVRIL 2015 PERPIGNAN école Boussiron instituteur à la barre pour abus sexuels
.
* AVRIL 2015 RUEIL MALMAISON école publique Claude-Monet (Hauts-de-Seine) un instituteur a été suspendu ce vendredi après la découverte d'images pédopornographiques dans son ordinateur
.
* AVRIL 2015 SAVOIE, école de La Planaise, responsable de plusieurs classes de l'école un enseignant de 49 ans visé par 43 plaintes pour viols ou agressions sexuelles sur mineurs avait dirigé des séjours dans une colonie, en Charente-Maritime
.
* AVRIL 2015 POITIERS lycée Camille-Guérin Un professeur de philosophie âgé de 52 ans a été placé en garde à vue. Il est accusé par trois de ses anciennes élèves d’ «agressions sexuelles» et «d’agressions sexuelles et viol sur personne vulnérable», pour des faits commis durant l’année scolaire 2013-2014
.
* FÉVRIER 2016 ESSONNE le prof arrêté pour pédophilie avait déjà été condamné à 15 mois de prison en Angleterre en 2006 pour «relations sexuelles avec un enfant»
.
Alors que les affaires se multiplient et sont le plus souvent étouffées par le ministère de l’ÉDUCATION NATIONALE, on ne peut que s’interroger du silence des médias nationaux.
.
On s’étonnera de ne pas voir apparaitre les titres suivants : Pédophilie :
.
.
.
NAJAT VALLAUD BELKACEM ET CHRISTIANE TAUBIRA RECONNAISSENT LES GRAVES DISFONCTIONNEMENTS DE LEURS SERVICES RESPECTIFS
.
SILENCIEUSE, DÉJÀ LORSQUE LE SCANDALE DE LA LIGNE AZUR, PARTENAIRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE, ÉTAIT DÉNONCÉ PAR LE CONSEIL D’ÉTAT (Le rapporteur évoquait alors que certaines pratiques illégales comme l’usage de drogues ou la pédophilie étaient présentées par la LIGNE AZUR sans que leur illégalité ne soit soulignée), NAJAT VALLAUD-BELKACEM a le devoir de communiquer sur ces nouveaux scandales et lever l’Omerta sur les chiffres des abus sexuels au sein de l’ÉDUCATION NATIONALE.
.
.
.
.ÉCOLE ET PROSTITUTION
.
9 MARS 2017
.

SE PROSTITUER POUR FINANCER SES ETUDES

.
.
.
L'INQUIÉTANTE ARRIVÉE DE LA PROSTITUTION DANS LES COLLÈGES
10 AVRIL 2015 MADAME LE FIGARO
.
Entre 6 000 et 8 000 mineurs se prostitueraient en FRANCE selon les associations, qui alertent sur de terribles pratiques se développant dans les toilettes des collèges, et ce quel que soit le quartier. Enquête sur un phénomène encore tabou.
.
«En quatrième, j'ai pratiqué des actes sexuels avec un garçon de ma classe dans les toilettes du collège pour 15 euros. Pour moi, ce n'était pas très grave, d'autres copines l'avaient déjà fait. Aujourd'hui, j'ai tellement honte...» À 14 ans, JULIE habite dans les beaux quartiers de la capitale et n'est pas la seule à s'être ainsi prostituée. C'est aussi le cas de CAROLINE, qui habite dans le 17e arrondissement de PARIS : «L'année dernière, j'ai fait une fellation et pratiqué la sodomie avec deux garçons pour avoir un téléphone. J'avais 13 ans» Elles font partie des dizaines de jeunes filles qui ont fini par craquer et tout raconter à leurs parents. Ensuite, elles ont vu des psys, certains travaillant avec des associations qui alertent aujourd'hui sur l'ampleur de cette prostitution infantile dans les toilettes des collèges.
.
«Ce phénomène s'étend», assure la pédopsychiatre MARTINE GUYART, spécialisée dans l'accueil des jeunes se prostituant. Dans son cabinet situé dans le 16e arrondissement de la capitale, elle a «reçu, depuis la rentrée, une dizaine de jeunes de l'ouest parisien qui ont échangé leur corps contre une petite somme ou un objet. S'il ne faut pas s'affoler, la société doit réaliser que cela se développe»
.
«NOUS NE SOMMES PAS EN THAÏLANDE»
.
Provoquer cette prise de conscience, voilà l'objectif de la présidente de l'association AGIR CONTRE LA PROSTITUTION DES ENFANTS (ACPE), ARMELLE LE BIGOT-MACAUX : «Dans les toilettes des collèges, via Internet, de 6000 à 8000 enfants se prostituent en FRANCE, des Français ou des étrangers. Certains pour survivre. Il est temps de réagir» Par «enfants», ARMELLE LE BIGOT-MACAUX entend des «mineurs». Et si elle utilise ce terme plus frappant, ce n'est pas sans raison : «Cela fait des années que nous alertons les services publics, et très peu de choses sont faites. Pourtant, il s'agit d'un sujet de société aussi important que la drogue dans les années 1990»
.
À la BRIGADE DE PROTECTION DES MINEURS (BPM) DE PARIS, le COMMISSAIRE VIANNEY DYÈVRE tempère : «Ces chiffres sont exagérés et ne proviennent que d'estimations faites par les associations. Chaque année, nous traitons entre 20 et 60 cas de prostitution de mineurs à PARIS, jamais plus. Cela existe, mais nous ne sommes pas en THAÏLANDE. D'autant plus que le proxénétisme de mineurs est passible de 20 ans de prison et de 3 millions d'euros d'amende. C'est assez dissuasif pénalement» Du côté des associations, cet écart ne serait dû qu'au fait «que les dépôts de plainte sont très rares».
.
Si les chiffres de la police semblent n'être que la partie émergée de l'iceberg et ceux des associations paraissent élevés, «c'est parce qu'il s'agit d'un phénomène très diversifié et dont les formes varient perpétuellement», explique ADRIENNE O'DEYE, sociologue et anthropologue, coauteure du dernier RAPPORT SUR LA PROSTITUTION DE MINEURS À PARIS remis au MINISTÈRE DE LA JUSTICE en 2006. Depuis, «avec tous les moyens de communication, cela échappe à tout contrôle. Identifier le problème et avoir des chiffres précis est quasiment impossible».
.
HAUSSE DE LA PROSTITUTION OCCASIONNELLE
.
D'autant que l'expression «prostitution des mineurs» regroupe différentes pratiques. La plus répandue serait celle entre adolescents, comme l'explique ARMELLE LE BIGOT-MACAUX : «La prostitution occasionnelle dans les toilettes des établissements est en hausse. Les psychiatres avec lesquels nous travaillons nous font part de nombreux cas» Elle évoque aussi le cas des LOVER BOYS, ces garçons qui «mettent à la disposition» de leurs amis leur copine en échange de quelques euros ou d'objets, comme des téléphones. Un vrai cas de proxénétisme qui ne revient jamais aux oreilles de la police»
.
D'autres types de prostitution sont tournés vers les adultes : des filles qui se prétendent majeures et passent des annonces sur les réseaux sociaux, des jeunes qui vendent leur corps contre un loyer ou un repas, et des mineurs exploités par des réseaux. Des pratiques contre lesquelles il est très dur de lutter, comme l'explique le COMMISSAIRE VIANNEY DYÈVRE : «Nous écumons les sites, mais comment vérifier l'âge d'une fille si personne ne porte plainte ? C'est pareil pour celles qui sont sur le trottoir : il est très compliqué de déterminer si elles sont majeures. Pour cela, il faut qu'il y ait un signalement, et les clients ne savent quasiment jamais qu'elles sont mineures. Et le reste des pratiques est assez invisible»
.
«LA DÉSANCTUARISATION DU CORPS»
.
Pour les associations, il faut lever le tabou de la prostitution occasionnelle. Celle qui ne semble «pas grave», si l'on en croit le discours des jeunes filles. Et que personne ne parvient à stopper faute de prévention. «Les professionnels de l'éducation et du social, comme les associations, ne sont pas du tout sensibilisés à ce problème. Alors comment voulez-vous que des comportements déviants soient détectés ? regrette la présidente de l'ACPE. C'est la raison pour laquelle nous avons réalisé une vidéo choc, diffusée sur Internet»
.
Quant aux jeunes, ils découvrent souvent trop tard les effets néfastes de ce commerce qu'ils croyaient anodin. «L'une des raisons de cette inconscience est une «désanctuarisation du corps» chez pas mal de jeunes. Ce n'est plus quelque chose de très intime, d'extrêmement précieux. Et cela s'est accentué avec le libre accès à la pornographie. Désormais, faire une fellation pour quelques euros ce n'est «pas grave», explique la pédopsychiatre MARTINE GUYART. «Forcément, les actes augmentent. D'ailleurs, certains enfants que je vois ne se rendent même pas compte que c'est mal et interdit» La professionnelle s'inquiète de voir le sujet rester tabou. «Très peu d'études, aucune mesure concrète, pas de campagne de prévention... Des milliers de mineurs se prostituent, et on ne fait rien»
.
.
.
.ÉCOLE ET TOURNANTES
.
.
BONDY (93) : SOUPÇONS DE VIOL AU COLLÈGE JEAN ZAY
14 DECEMBRE 2016 LE PARISIEN
.
Sur la grille d’entrée de l’établissement, aucun mot n’informe les parents du drame qui aurait eu lieu lundi après les cours, au COLLÈGE JEAN-ZAY DE BONDY. Pourtant la nouvelle a rapidement circulé auprès des élèves. «Une adolescente a été violée par des gars du bahut», lâche un groupe de jeunes filles croisé, mercredi après-midi, à proximité de cet établissement classé REP + (RÉSEAU D’ÉDUCATION PRIORITAIRE), situé dans le quartier nord de la ville. Ces trois élèves de troisième se disent «choquées» de connaître à la fois la victime et les auteurs présumés.
.
Lundi vers 16 h 30, une ado de 13 ans aurait été entraînée par quatre jeunes âgés de 14 à 16 ans dans les toilettes du collège. «Deux d’entre-deux auraient alors abusé d’elle tandis que les deux autres observaient la scène», indique une source proche du dossier. Mais les enquêteurs restent prudents. «La victime a désigné ses agresseurs qui réfutent les accusations. Ils contestent tous avoir été présents sur les lieux» Interpellés mercredi matin, les quatre jeunes étaient encore en garde à vue mercredi soir. Celle-ci a été prolongée.
.
D’après la jeune fille, il s’agirait «d’une pénétration digitale». Cependant, son récit reste sur certains points assez confus. L’un des auteurs présumés aurait pu démontrer qu’il n’était pas dans les toilettes au moment indiqué. L’examen médico-légal de l’adolescente a établi «qu’elle présentait des lésions qui pourraient être compatibles avec sa version des faits», poursuit cette même source.
.
«On n’aurait jamais cru que des camarades de classe soient capables de faire un truc pareil…», regrette une élève, qui semble tout de même avoir du mal à réaliser la gravité des accusations. «Un collégien, ça peut aller en prison pour ça ?», s’interroge-t-elle.
.
Mardi, l’INSPECTION ACADÉMIQUE — qui a accompagné la famille de la victime dans son dépôt de plainte — a mis en place une cellule psychologique au sein de l’établissement. «Il n’y a pas eu d’élève témoin de l’agression», précise tout de même le RECTORAT DE CRÉTEIL. Les quatre auteurs présumés ont été exclus à titre conservatoire en attendant de passer devant un conseil de discipline.
.
La MAIRE DE LA COMMUNE, SYLVINE THOMASSIN (PS), se dit «scandalisée» par cette affaire, rappelant que la ville réalise un «travail de fond» dans les établissements scolaires, dès le primaire, pour aider les élèves à mieux appréhender les relations garçons/filles. L’édile a souligné que les familles qui le souhaiteraient seraient accueillies à la MAISON DES PARENTS. «Ma mère flippe grave !», lâche ainsi une adolescente, qui se sent pourtant «en sécurité dans l’établissement».
.
Un avis qui n’est pas partagé par les enseignants. Le vendredi 2 décembre, une professeur d’EPS avait été agressée par d’anciens élèves exclus de l’établissement. Le 6 décembre, plusieurs syndicats de JEAN-ZAY (SNES-FSU, SE-UNSA et CGT EDUCATION) avaient fait grève pour dénoncer l’insécurité qui régnait au sein du collège. Dans une lettre adressée à la DIRECTION ACADÉMIQUE le 5 décembre, les professeurs réclamaient la sécurisation du site, notamment de la grille arrière «devenue un lieu de passage fréquent». «Cela n’a aucun lien, tient à préciser le RECTORAT. Dans l’affaire de cette jeune fille, les auteurs présumés sont des élèves de l’établissement. Il n’y a pas eu d’intrusion extérieure»
.
.
.
.
ÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE ET PROSTITUTION
20 OCTOBRE 2014 FRANCEINFO.FR
.
C’est une campagne choc que lance l’association AGIR CONTRE LA PROSTITUTION DES ENFANTS. En FRANCE, 5.000 à 8.000 mineurs sont prostitués. Parfois même en milieu scolaire.
.
Pour cette campagne, l'ACPE a délibérément décidé de provoquer. Une des vidéos bientôt diffusées à la télé et sur Internet,
MONTRE par exemple les toilettes d’un établissement scolaire. Par terre, un cartable. Derrière une porte, on devine la silhouette d’une jeune fille, accroupie, en train de faire une fellation.
.
LE LUNDI 20 OCTOBRE 2014
.
L'UNE DES TROIS VIDÉOS QUE VOUS VERREZ À LA TÉLÉVISION
.
Ces images sont choquantes mais bien réelles, dès le collège. Car parler de prostitution des mineurs aujourd'hui, ce n’est plus seulement sous la forme de réseaux tels qu’on les connaissait avant. MARIE DERAIN, ancienne Défenseur des Enfants, soutient la campagne. «L'enjeu c'est d'éviter que des enfants s'organisent spontanément pour se prostituer eux-mêmes ou bien d'entrer dans le système des «BOYS LOVERS» avec des questions qui vont prostituer leurs petites amies au motif justement que c'est une preuve d'amour si elles sont capables d'aller coucher ou faire une fellation à un autre garçon».
.
«Il faut juste reconnaître que ceci est un risque dans notre société»
.
Les «BOYS LOVERs», ce sont des sortes de proxénètes adolescents donc. Un phénomène très difficile à accepter. Tellement difficile d’ailleurs que la question reste pour l’instant taboue. Et notamment «parce que les adultes sont mal renseignés et donc ne savent pas comment l'aborder». L'une des solutions contre ce phénomène, c'est donc d'en parler. Et c’est bien l’objectif de la campagne lancée par l’association AGIR CONTRE LA PROSTITUTION DES ENFANTS. Sa présidente, ARMELLE LE BIGOT-MACAUX, reste mesurée : «Il faut juste reconnaître que ceci est un risque dans notre société. C'est tout. Moi je n'agite pas de drapeau rouge. Je préviens qu'il faut être vigilant et attentif».
.
UN NOUVEAU TERME : LE MIOL
.
L’ÉCRIVAIN CLAIRE BÉREST A PASSÉ TROIS MOIS À LA BRIGADE DE PROTECTION DES MINEURS DE PARIS POUR SON LIVRE ENFANTS PERDUS, ENQUÊTE À LA BPM AUX ÉDITIONS PLEIN JOUR. Et la première affaire à laquelle elle a été confrontée concernait «des enfants de douze ans, qui faisaient un JEU «action et vérité» et dont les enjeux étaient des sodomies et des fellations. Ça a été filmé et c'est comme ça que c'est arrivé à la brigade des mineurs».
.
La brigade des mineurs, qui, devant cette perte de repères chez les adolescents, a ajouté un nouveau mot à son jargon : le MIOL. Un «viol difficile à caractériser entre des enfants jeunes qui n'ont pas conscience de leurs actes».
.
L'association ACPE met à la disposition des enseignants
UN KIT AVEC UN LANGAGE SPECIFIQUE
.
.
.
.
. CONDITIONS DE VIE POUR NON BOURSIERS OU BOURSIERS A 250 EUROS
.
9 NOVEMBRE 2014
.
CHÈRES ÉTUDES EN FRANCE POUR LES ÉTUDIANTS ET LES DIFFICILES CONDITIONS DE VIE POUR NON BOURSIERS OU BOURSIERS A 250 EUROS/MOIS PENDANT QUE M. MONTEBOURG OBTIENT UNE BOURSE DE
34.500 EUROS POUR 4 SEMAINES
.
.