Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2018

ISLAM : APPEL À LA PRIÈRE (ADHAN) ET PRIÈRES DE RUE

ISLAM : APPEL À LA PRIÈRE (ADHAN) EN FRANCE 
ET PRIÈRES DE RUE
.
.
.

PHILIPPE DE VILLIERS : «LES CLOCHES SONNERONT-ELLES ENCORE DEMAIN»
.
.
.
BETHONCOURT (DOUBS) : LA MOSQUÉE DIFFUSE PAR MÉGAPHONE L’APPEL À LA PRIÈRE
11 JANVIER 2018 ISLAMISATION.FR /
.
La MOSQUÉE ZAID DE BETHONCOURT, sise dans le quartier sensible des CHAMPVALLONS, est pourtant dirigée par un notable de l’ISLAM «DE FRANCE», MOHAMED GMIH, marocain, membre du CONSEIL D’ADMINISTRATION DU CONSEIL FRANÇAIS DU CULTE MUSULMAN ET PRÉSIDENT DE SA STRUCTURE RÉGIONALE, LE CRCM DE FRANCHE-COMTÉ. La mosquée enseignant l’arabe et le CORAN à une soixantaine d’enfants (mercredi et samedi), est fréquentée par plus de cent personnes le vendredi.
.
Depuis un an, janvier 2017 précisément, l’appel à la prière du matin et du début d’après midi se réalise par mégaphone afin de toucher tout le quartier a constaté la police. Comment cela peut-il être toléré ? Et après des quartiers entiers, des villes seront ainsi sonorisées à l’avenir ?
.
Cette mosquée, de la mouvance TABLIGHI, a été fréquentée par la famille AKOUCHAM, dont MOHAMED et SOUKAINA ont rejoint en SYRIE les rangs de l’ETAT ISLAMIQUE, en 2014 et 2015.
 
Illustration du problème des naturalisations en FRANCE, le vice-président de la mosquée ainsi que le trésorier, nés au MAROC, ont obtenu la nationalité française.
.
Rappelons que les tablighis contrôlent 147 mosquées en France selon un pointage de l’Intérieur à l’été 2016.
.
.
.
.
UNE MOSQUÉE EN FRANCE DIFFUSE L'APPEL À LA PRIÈRE MUSULMAN
.
Une vidéo publiée ce mardi soir montrant l’Adhan (appel à la prière) en public diffusé par une mosquée quelque part en (3 fois par jour l’été et 4 fois l’hiver). Le lieu n’ayant pas été précisé, sans doute pour éviter toute polémique, dans un contexte brûlant où l’islamo phobie en FRANCE atteint des sommets. Il existe sans doute d’autres mosquées qui suivent ce même chemin. Ailleurs en EUROPE, des villes autorisent déjà l’Adhan en public.
.
La FRANCE qui se définit comme laïque, doit elle aussi, autoriser l’Adhan au nom de l’égalité des cultes. Pourquoi les cloches des églises ont-elles le droit de sonner plusieurs fois par jour et pas l’appel à la prière musulmane ?
.
.
.
APPEL À LA PRIÈRE (ADHAN) PAR HAUT PARLEUR AU PUY EN VELAIS ; LAURENT WAUQUIEZ S'EN RÉJOUIT
20 MAI 2011 PUBLIC SÉNAT / OBSERVATOIRE DE L'ISLAMISATION /
.
LAURENT WAUQUIEZ, MAIRE DU PUY-EN-VELAY, était lors de cette émission de PUBLIC SÉNAT Du 30 mai 2011, MINISTRE CHARGÉ DES AFFAIRES EUROPÉENNES. Le journaliste de PUBLIC SÉNAT interroge l’imâm salafiste de sa ville qui se félicite que le voisinage tolère l’appel à la prière du matin (adhan), amplifié par des enceintes visibles sur le mur de la MOSQUÉE ARRHAMA, une des deux que compte la ville.
.
Le maire sarkozyste ne voit rien à redire, au contraire «ici c’est le bon exemple, je veux que la communauté musulmane ait sa place dans la ville» et ajoute : «j’ai vécu en EGYPTE (…) l’ISLAM n’est pas une religion qui est intégriste. Comme dans tout groupe vous avez des gens qui sont extrémistes et qui cherchent à détourner les choses. Mais l’ISLAM est parfaitement conciliable avec la RÉPUBLIQUE FRANÇAISE» (minute 13) La mosquée en question a pour référence les pires «savants» officiels de l’ARABIE SAOUDITE, AL-FAWZAN et IBN UTHEYMINE : L’islamologue suisse SAMI ALDEEB ABU SALIEH (site), un des meilleurs spécialistes de l’ISLAM, nous a apporté les précisions suivantes : «Le CHEIKH SAOUDIEN SALEH FAWZAN, MEMBRE DU COMITÉ PERMANENT DES AVIS RELIGIEUX (IFTA’) ET MEMBRE DU CONSEIL DES OULÉMAS en ARABIE SAOUDITE, dit : «L’ISLAM n’interdit pas de prendre les femmes comme captives, et celui qui appelle à interdire l’enlèvement des femmes est un ignorant et un athée. Il a ajouté dans un court tweet de son compte TWITTER : Cette norme découle du CORAN, et on ne peut l’abroger tant que dure le DJIHAD pour Allah. Il poursuit : «Voilà le jugement de Dieu, qui ne fait de faveur à personne et ne ménage personne. Si l’esclavage était interdit, l’ISLAM l’aurait clairement énoncé comme il l’a fait avec l’usure et l’adultère. L’ISLAM est fort et ne ménage personne».
.
.
.
EN FRANCE, AUCUNE LOI N’INTERDIT L’APPEL PUBLIC À LA PRIÈRE (ADHAN)
.
Vous le savez peut-être pas. En FRANCE, aucune loi n’interdit aux mosquées les appels publics à la prière (ADHAN) à l’instar des églises qui sonnent le glas au moins une fois par semaine, pour d’autres plusieurs fois par jour. Au nom de l’égalité du traitement des cultes, les mosquées devraient réclamer ce droit en particulier dans les villes et quartiers où se concentre une forte communauté musulmane.
.
Pour cela, il suffit de formuler une simple demande auprès de la municipalité qui devrait donner ou pas son feu vert suivant l’avis de son conseil municipal, et éventuellement fixer un seuil de décibels à ne pas dépasser pour éviter d’éventuelle gêne pour le voisinage de la mosquée.
.
A défaut de l’autoriser pour cinq fois par jour, au moins une fois par semaine, le vendredi serait très appréciable auprès des musulmans. Un signe de reconnaissance pour eux.
.
LA FRANCE EN RETARD
.
Plusieurs villes occidentales autorisent déjà l’appel public à la prière comme GLASGOW, LONDRES, HAMBOURG, MARBELLA, GIBRALTAR, GRENADE, SYDNEY, FITTJA, ROTTERDAM, LA HAYE, UTRECHT, NEW YORK, CHICAGO … LE MODÈLE ANGLO-SAXON EST TRÈS EN AVANCE SUR LE MODÈLE FRançais moins libertaire et «plus laïque».
.
Les politiques et les journalistes de notre pays ne cessent de s’en prendre à ce modèle qu’ils jugent trop «communautariste», mais c’est bel et bien le modèle français assimilationniste et ultra-laïque qui a enfanté les monstres de PARIS et BRUXELLES.
.
.
.
.
DES COLLÉGIENS APPRENNENT L’APPEL À LA PRIÈRE DES MUSULMANS, LES PARENTS EN COLÈRE
28 SEPTEMBRE 2015 VALEURS ACTUELLES
.
Pendant des cours de musique, les enfants scolarisés dans le COLLÈGE DE SAINT-AMBROIX (GARD), étudient et répètent l’appel à la prière des musulmans. Apprenant le contenu de ces cours, les parents d’élèves veulent des explications.
.
Des parents sont tombés de l’armoire en apprenant le contenu des cours de musique de leurs enfants dans le COLLÈGE SAINT-AMBROIX, près d’ALÈS. Les élèves ont reçu pendant les cours de musique un document sur lequel figure l’appel à la prière des musulmans. Très remontés, les parents ont demandé des explications à MOHAMED BOUTA, LE PRINCIPAL DU COLLÈGE, qui s’est défendu maladroitement. Il s’agit simplement d’une «distribution de texte sans explications ni commentaires des élèves en retour. Le professeur a commencé son enseignement par le plus polémique. Il aurait pu démarrer par un extrait faisant référence au christianisme pour ensuite distribuer l'appel à la prière», a-t-il expliqué dans les colonnes du MIDI LIBRE. Face à l’ampleur de la polémique, le principal a demandé aux enseignants de veiller à ce que la situation ne se reproduise pas.
.
LE RECTORAT SAISI
.
Informé du problème,
LE RECTORAT S’EST SAISI DE L’AFFAIRE, MAIS A PLUTÔT PRIS LA DÉFENSE DU PROFESSEUR : «CETTE DÉMARCHE D'ANALYSE ET DE RÉFLEXION MENÉE EN CLASSE CONTRIBUE À CONSTRUIRE LE RAISONNEMENT DES ÉLÈVES». «Sur le thème «musiques, mythes et religions», le professeur a choisi des supports pédagogiques qui mettent en perspective plusieurs œuvres de différentes origines et de différents genres musicaux», a-t-il poursuivi.
.
LA COLÈRE DE PARENTS D’ÉLÈVE
.
Même si le document proposait aux enfants deux prières : une chanson de GOSPEL au recto et l’appel à la prière des musulmans au verso, certains parents sont révoltés. Un couple de parents d’un élève de 5ème est amer : «on a surtout été choqué par les conditions dans lesquelles ça a été fait. Il n'y a pas eu de débat. Dans le contexte actuel, de l'après CHARLIE, il faut des explications. On veut que soit dissocié le côté éducatif, du côté propagande. Les enfants de 12 ans n'ont pas encore toutes les clés pour aborder ces questions. Il s'agit d'un sujet délicat. En plus, on s'est demandé ce que ça venait faire en cours de musique. En histoire-géo, on aurait pu comprendre et encore. On se demande pourquoi c'est ce texte qui a été choisi. Le problème ce n'est pas l'étude de l'ISLAM, le problème ce sont les conditions dans lesquelles ça c'est fait», ont-ils dénoncé.
.
.
 

PRIÈRES DE RUE
.
ORLÉANS : PRIÈRES DE RUES DÉBORDANT LA MOSQUÉE DES CARMES, FRÉQUENTÉE PAR DES DJIHADISTES
.
Pour être précis, FRANCE BLEU indiquait à l’époque du démantèlement de la filière que ses membres trouvaient l’imâm trop modéré :
.
https://lh3.googleusercontent.com/k3IbAZllI41QikHOOlIb1myK3d5EDLK7n-rTQ_wDNUEAt2Ao3gJDGXRuQFTkVk0GGVKVVEHkVfazGMFXSvJaZyISPQZmbxCLtdNSb3HPq36bUT43UW5VI58Rw5tf7juTPHn3g2Ess3vduUmwrO-NVv_e_BQi2mDPhlaeVxLOgAFm2S0hdUzkzRy9RcoiLEs82HRlGRBhVwEaNaL8kAVlA2lTZ53DoTFJd4nvST9d9BxwSptAMr0Dw-NynITx_rCmsZ5vPUzfZH7gjwIn6rksn-MiE7gY2UjRk8BAivyWKz35bAATURwZEGwujJ3hAWHZqj8O83S-hS7PScM9Vfnk_afSUqUeNpH52Bve7LXrqEZgxFVL_WxB7p7l0Gh6v1gu11Y084Xabz9Pr_HcHXBemvxkv0UDdPwG2quAptb82wUz5uia9_bvmASVSBb3OUAZGFxi3IxqIoBwprsfTqAHVr47fSPNxTRFzHDMViBFocFI3LjberjnUav1JTrIIR8bl9kvmxbfAsNSMM0j-WEFvpeSa1eggRFnuRim8021-owoeGVjYjeC-4iqq5QKOeKaMqoqJ-_-es9CqFVr7KtcW1VliDgNzWEgbLBFYjwHzpKLjGcT--6JaYaJnj46o_010k0Mun-DieIb3mu1EK9Gpo0g2IeQknofAw=w579-h460-no
.
«Son président, MOUSSA BAHIDJ se dit stupéfait d’apprendre que plusieurs djihadistes ont fréquenté sa mosquée :
.
Personne les connait ici, ils viennent une fois, deux fois, faire la prière. Y’avait 300 personnes, c’est impossible de surveiller tout le monde. On peut pas soupçonner les gens comme ça.
.
Ce n’est d’ailleurs qu’après coup, une fois prévenu par la police, que MOUSSA BAHIDJ a identifié au moins deux jeunes partis pour la SYRIE. L’un d’eux n’assistait d’ailleurs plus aux prêches du vendredi, qui dénonçaient le djihad et le discours fanatique du groupe ETAT ISLAMIQUE»
.
.
.
22 SEPTEMBRE 2017
CLICHY LA GARENNE (92)
PRIÈRE DE RUE ET APPEL AU MEURTRE CORAN 9.36
PRIÈRE DE RUE ET APPEL AU MEURTRE CLICHY EXPLICATION DU CORAN 9.36 EN QUESTION UTILISE PAR DAESH LORS DE CHAQUE MEURTRE DE CHRÉTIENS
.
.
.

Écrire un commentaire