Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2014

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET CLIMATO-SCEPTIQUES

https://lh3.googleusercontent.com/COZ4nf1ztRhV_rDeijmxUXLY9pRl14L3K5Az2fA0e3U94ysAH-ut86VK1uHXiqheSQeTLMwkeas2KRsSWdbNZ1Tg7drHZ4YaT-X8KPYJo2Q-Ns8SV5lLx-UgT68cp7JbL4NB8mhO0bjV7EeumVTOKmAGeB3PBDTqE7tHFcnnfoXJwFP17KkjWR4MES4nAtQdGcC9XTeI5yZWpCYv5068hh-7uxP58_T4UEYP6pFXX3t80BkAww12ZOEE1v0YGcxGdL7hPTwSqozbVZb4HHnIE1AgfMAAaokeyTY3rCYmMHhvC83nC8-J0Kykk1zfI0j7rQK3LQtJGlJANQe2ZIVsoGmt7oKVFTO7ZgfP5M9Dx0YVcXSCZjfR9M3OI987XylktVuPxJ29ltzFQSU0uVGmllWaVOp1SQGQrWi7bIq_Orem9lyJ2tM84E1snn-aCCZ-0kqBlXxAcubaUGq-wO99SksBynqwlhD97rCwJGgRzD2UwEEvk9Z0D16xVlcuFcN98Kt7WXJrZ8sqQ6T15I-JAzRIGNNp98-Vc-mXmdynuWagDZ_3MZ-ie-PPFE8usmrVKbV24A=w114-h131-noÉCHAUFFEMENT

CLIMATIQUE

ET
https://lh3.googleusercontent.com/gbUJ_lY7G3w0D43UY0K3IJLF5Ef-2HRCSDCcuZtFaIPaiTPBcfoUkAp0gDP_eC9YdqIiJsjoNN1v5F_eYwDK-isfsILCyUX2Xcm2mgB1yQqXBh89H1DxKPYeCDpxUcjF-rdJKmZLjdDEiy7o7GRuxM3p4NaiTZ0E3-_48SuXOZYbgOLNnT62uIIuiWbnNRuPjh5GtZoTEiJ_ppVkHFZOzoPgGMJ-U9Zh69EpEbSE2IO9yCTwTI7QPwG5dT3M_l8orG0SZph6Q-9puWqNEbZhTLZi4eG7XZhFlI85f9CmjBwf6UT2kFVeI5TzkHMBf0OvaIdz-1wgK7ArmfmDXCD0teurrRsE3E5aa61tryGFTUXceE_q0nTeB-8DyGXWQqqt2kxUcZOr_9svDp_0XkZQ6nuNmFGFs_dwQDeV2Md5SzKjKbJwjHrJBrc9hkBHATvvj9s9t1tCShWrRHDaCvVNloyjFS4ootofP8ZzudIYe6D01DF6asBo69Jd99K6TA4a8iQIIJ41k9cDjmtzxQtFPonWJQYE9WUi3Aay5ACU85rUiZLX_0BKfstnF4DPAsXJq7AASg=w127-h130-noLIMATO-SCEPTIQUES
.
.https://lh3.googleusercontent.com/G_qeNaizh1Tqk-Z05nOPurf6o36nhWSkyOyVL5PXzbFTuBdLwT_DS2jMY2I1Z_tPA-O_qpBzGRptedJNVwyjopcHyhzfjOOEAU18k3EOKUcitXMcjL5c3Zqeyd7RWGV33K3ngeD_y_ei1HUWW9n7lfcMOao609eEOEXAXEgwJ01SF_c-jUX5FIR0GgX4u7d8uHQ7xbaMnpdBNk4f9zoa089M68KkzZEhAd8f9ub869A6xDDgVtRs5xB50SPDf7ynRFS3tn4cb8BhuxAsLfMj2mVZKo3rG-f1CWqAynj0ZL0-iTf3rv04gB01ldX9E59GmcPZWsDObfonRZtzQvB2AzCXvGoP459kuBcNawYBFmpGbMDOCRSVMojYMoO5p-PdYLFlBgzvAxkfLqJMpOS1Qy646GJuwg1lyyz8ZOJL66UwUCS49NalSjJqMyspAQOevtvD-RlFM_bId3yYzyz-Nzv74k3jmSFH8jv9AtI5ZOhaqsvx_7qoSC9smqhXhG9yidtQyZYBAsBQGhYOW1c-rOujca2_360GUy10684L14gsLZGgVRpv0Zx4Q9JWdtt6UDmPOg=w640-h390-no
.
.
.
.
RÉSUMÉ :
PROFIL DES CLIMATO-SCEPTIQUES
* Plus d'un tiers des français sont climato-sceptiques
* Les climato-sceptiques disposent d'un réseau très organisé
VERS UN MINI-ÂGE GLACIAIRE ?
*Rôle du Golf Stream sur l'Europe et menace d'arrêt de son action réchauffante
*Le Gulf Stream au plus bas depuis cinq ans - hivers très durs pour l'Europe ?
PIERRE JOVANOVIC «LE GRAND DÉRÈGLEMENT DU CLIMAT»
GIEC 2013
FONTE DES GLACIERS
ARCTIQUE : DIMINUTION DE LA BANQUISE
AOÛT 2013 RELIER L’ATLANTIQUE AU PACIFIQUE PAR L'ARCTIQUE EN RAISON DE LA FONTE DES GLACES
* Pour la première fois, un cargo chinois en route vers l'Europe traverse l'arctique
* Pour la première fois un navire français relie l’Europe à l’Asie… par l’Arctique
DIMINUTION DU PERGÉLISOL ET LIBÉRATION DU MÉTHANE
* Le pergélisol risque de disparaître en RUSSIE
* Fuites de méthane en SIBÉRIE
TEMPÉRATURES EXTRÊMES
LES ESPÈCES TROPICALES MARINES MIGRENT VERS LES PÔLES
* Avec le réchauffement climatiques, les bretons pêchent des poissons tropicaux
* Piranhas d'Amazonie en SUÈDE s'attaquent aux testicules des baigneurs
MONTÉE DES EAUX
DÉSERTIFICATION
BASCULEMENT DES PÔLES
* Le changement climatique fait bouger le pôle nord
* Le champ magnétique terrestre pousse l'aéroport de Bruxelles à changer le nom d'une piste
.
.
.
.
PROFIL DES CLIMATO-SCEPTIQUES
.
https://lh3.googleusercontent.com/pzynUsOWJVxJ9shUIxdZtarSXxrnZX-2WQebYsQhYwzdRY_Ux2lzfVzPlsNfqW39X1L26xvwe25fd0ie9oqt9BCSTVxivovTp9zvZXnWI7Of7HlMf4eRMeq7EDg1QeBaKFnlYgei4HBrM_beRSP-DOub1GXanTLpEI_Z93AGCMlgaWTOs7jEHRu9dhGx556QyB-9WxUzU_iZfeKS954z4n7mS4QYq2wnJZ1Trfnw7umiozh53zRpDEgHCUhoBPLpe9Rbe1JKjeWIPMWTLIg7NGVxgOlD4oAVI3k__HKmZ2WGDDENaYlwhYq4fLJoJEnLJEjr7Lu5bVuPmcQVuwjO5quAIGMQ7ec8JozV5Uwsc6rLOzrC95E3hUnCbSvQNM9_ujjQQaXU2B-JnZM9axGZlnvRCVImOAmUyiXAuTWFq-W_3isbvxxMwxnFpeAXkSrD9GeAoym2lhUswKp8I2bZYNbLf7kr1cmPhCzwv8wdCPdqUjxKJPqQheb0TP2oolT52-afQzdo-BfXCOcPukKs_vP2aB12K_SB4ezE0bs2TwK7PUlV_JQ9Pw2bFfsvuyVxK_1s2g=w84-h57-no PLUS D'UN TIERS DES FRANÇAIS SONT CLIMATO-SCEPTIQUES

5 AOÛT 2013 LE MONDE
Plus d'un tiers des Français sont climato-sceptiques, et plus ils le sont, plus ils ont tendance à soutenir le nucléaire, indique le «Baromètre d'opinion sur l'énergie et le climat en 2013» (Pdf), publié par le COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE (CGDD).

Ils sont 61 % à
estimer que le réchauffement climatique est une réalité et qu'il est provoqué par les activités humaines, la position dominante portée par le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), selon ce Baromètre.

Mais 35 % des personnes interrogées ne sont pas d'accord : 13 % d'entre elles estiment que le changement climatique n'est «pas prouvé», et 22 % s'accordent à
constater le dérèglement du climat, mais jugent que «rien ne prouve que ce soit dû aux activités humaines». Environ 4 % n'ont aucun avis sur la question.
Les climato-sceptiques sont surtout représentés chez les personnes sans diplômes (53 %), et les 70 ans et plus (48 %).
LIRE : «Il fera 4 °C de plus en 2100 si rien n'est fait contre le CO2»


UNE MAJORITÉ EN FAVEUR DU NUCLÉAIRE

«Les partisans du nucléaire se recrutent surtout chez les climato-sceptiques», relève le CGDD. Aussi, parmi ceux qui estiment que le réchauffement n'est pas prouvé, 58 % attribuent plutôt des avantages au nucléaire, alors que ce chiffre est de 45 % pour les tenants de la position du GIEC.

Sur le recours à l'atome, les Français sont divisés : 47 % estiment que cette énergie présente «plutôt des avantages», comme l'indépendance énergétique ou le coût faible du kWh, contre 40 % qui lui trouvent «plutôt des inconvénients», citant un risque d'accident grave et la question du stockage des déchets radioactifs. Sur ce point, 13 % des personnes interrogées sont sans opinion.

Selon ce baromètre, établi depuis 1994, la seule fois où le nombre des Français plutôt réticents au recours au nucléaire a dépassé ses partisans a été mesurée trois mois après l'accident de FUKUSHIMA du 11 mars 2011. En octobre 2012, le solde était à nouveau de + 12 en faveur des Français plutôt partisans de l'atome.

.
.
.
LES CLIMATO-SCEPTIQUES DISPOSENT D'UN RÉSEAU TRÈS ORGANISÉ
23 SEPTEMBRE 2013 LA CROIX.COM
.
LAURENCE TUBIANA, directrice de la chaire Développement durable de SCIENCES-PO, spécialiste des négociations internationales sur le climat.

LA CROIX. Beaucoup d'observateurs misent sur le 5e rapport du GIEC, dont la synthèse est attendue pour octobre 2014, pour relancer les négociations internationales sur le climat. Aura-t-il, à votre avis, un rôle déterminant ?

LAURENCE TUBIANA : Sans négliger son importance, ce rapport sera un signal parmi d'autres. Sauf sur la question des fontes glaciaires, ce document ne devrait pas apporter d'éléments scientifiques réellement nouveaux par rapport aux évolutions déjà connues.

Mais les travaux du GIEC sont confortés dans beaucoup de pays par les rapports des ACADÉMIES NATIONALES DES SCIENCES. C'est particulièrement vrai en CHINE. Les rapports réguliers de l'ACADÉMIE DES SCIENCES y jouent un rôle considérable dans l'attention qui est portée à la question du réchauffement climatique. D'autant que les deux derniers rapports ont livré des diagnostics très alarmistes sur les impacts possibles du réchauffement dans le pays.

La CHINE est confrontée à un triple risque : la montée des océans, la désertification dans sa partie nord et la dérégulation de son régime hydrographique à cause de la fonte des glaciers de l'HIMALAYA.

Globalement, les académies des sciences livrent des diagnostics plus sombres que ceux du GIEC, qui, par prudence, ne s'aventure pas à attribuer des événements extrêmes au réchauffement climatique, tant que la preuve scientifique n'en est pas apportée. Dans beaucoup de pays, la perception du risque climatique s'est ainsi accrue ces dernières années.

Cette prise de conscience est-elle en mesure de faire avancer les négociations internationales sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre ?

L.T. : Là encore, l'évolution de la position chinoise – aiguillonnée par la perception du risque couru – est spectaculaire. Pour la première fois, la Chine envisage de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de manière absolue autour de 2025. Elle vient de faire un pas en avant qui n'est pas du tout négligeable sur les hydrofluorocarbures (HFC). La CHINE et les ÉTATS-UNIS viennent en effet de se mettre d'accord sur le principe d'une élimination progressive de ces gaz industriels considérés comme des «super»-gaz à effet de serre.

Globalement, la mobilisation politique des pays en développement est plus forte qu'au sommet de Copenhague de 2009, qui n'avait pas donné l'impulsion espérée à la mobilisation internationale en faveur du climat.

LE CLIMATO-SCEPTICISME A-T-IL REFLUÉ DEPUIS LES POLÉMIQUES DE 2010 AUTOUR DES TRAVAUX DU GIEC ?

L.T. : Les climato-sceptiques disposent d'un réseau de fondations et d'instituts très organisé, qui reste présent et très actif, notamment au CANADA, en AUSTRALIE et aux ÉTATS-UNIS. Financés par des entreprises ou des pays hostiles au postulat du changement climatique, ces organismes élaborent des programmes d'enseignement pour les écoles, font paraître des articles dans des revues non scientifiques, organisent des conférences, etc. La publication du rapport du GIEC sera sans doute un moment de remobilisation pour les climato-sceptiques, d'autant qu'y sera soulevée la question du plateau observé ces dernières années dans la hausse des températures (lire page précédente).


L'EUROPE EST-ELLE DEVENUE «SCEPTIQUE» ?

L.T : Jusqu'à présent, dans cette région du monde, personne n'osait réellement remettre en cause l'hypothèse du réchauffement climatique. Mais je constate que certains responsables politiques ou chefs d'entreprise n'hésitent plus à lever le tabou, du moins en privé. On peut y voir l'empreinte de l'état de panique suscité par la crise économique ou encore les conséquences de l'échec du sommet international de COPENHAGUE.

S'y agrège la fascination pour le miracle économique créé aux ÉTATS-UNIS
par l'exploitation des gaz de schiste. Or, on ne peut pas défendre les gaz de schiste et le climat. Ceux qui s'y emploient doivent nécessairement s'affranchir de l'agenda climatique.
.
.
.
.
VERS UN MINI-ÂGE GLACIAIRE ?
.
.
.
RÔLE DU GOLF STREAM SUR L'EUROPE ET MENACE D'ARRÊT DE SON ACTION RÉCHAUFFANTE
.
LE MAUVAIS TEMPS : UN RÉSULTAT DIRECT DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE
.
23 MAI 2013 RTL.BE

Le mois de mai, très mauvais au niveau du climat, suscite des questions. D'où vient ce temps inhabituel et est-il dû au réchauffement climatique?

Outre les fortes précipitations, les températures ont également chuté. En ce qui concerne les origines de ce dérèglement météorologique, il faut peut-être chercher dans le grand NORD.
«On observe un réchauffement de la mer ARCTIQUE et de la BANQUISE, donc, la Banquise fond beaucoup plus vite que d'habitude et on observe également un changement de circulation», affirme SÉBASTIEN DOUTRELOUP, climatologue à l'ULg.

.
LA CIRCULATION DES MASSES D'AIR

La circulation des masses sont un autre facteur potentiel. Il fait chaud à l'EST, en RUSSIE, à l'OUEST, sur l'ATLANTIQUE, et nous restons pour notre part coincé au milieu.
«Il y a un anticyclone sur l'ATLANTIQUE qui bloque complètement les perturbations qui viennent de l'ATLANTIQUE mais qui laisse un champ libre pour la descente des dépressions sur l'EUROPE donc le courant», continue le climatologue. La circulation des courants marins pèse aussi dans la balance.

LE GULF STREAM N'EST PAS À SA PLACE HABITUELLE

Probablement influencé par les masses d'air et par la fonte des glaces, le GULF STREAM n'est plus à sa place habituelle.
«Le GULF STREAM est obligé de passer plus au SUD et donc il envoie les masses d'air beaucoup plus chaudes bien plus au SUD au lieu de les envoyer sur l'EUROPE». Résultat chez nous : de l'air venu du NORD, chargé d'humidité par son passage au-dessus de la mer, arrive sur des terres plus chaudes, ce qui amène des perturbations et donc des averses. Et ce mauvais temps pourrait se poursuivre dans les semaines qui viennent.
.
.
.
.

LE GULF STREAM AU PLUS BAS DEPUIS CINQ ANS - HIVERS TRÈS DURS POUR L'EUROPE ?

.
25 OCTOBRE 2013 NOTRICKSZONE
.
Météorologue allemand DOMINIK JUNG a publié aujourd'hui un article sur son site wetternet.de où il se penche sur le GULF STREAM. Son article est intitulé : «Le GULF STREAM est-il en train de s'affaiblir ?»
.
https://lh3.googleusercontent.com/fhuX8ctT-kfuw4RZNPz5fXfaXYFvbN1Efr-Ctn3Fr_7SmlT1dlHDYTql4s7Giv5abOkwLcOUW1qvqrjKqbnIIlW9f6tKH4Y02e3-v5xiygq_vuc-a2rtj5hH_VVbmDwSlfOvRfahYY3V7j3OYYhAyAICYl7yndJ_V3HAVWY0uh-OBXx8cCaAKqpFvjO2LtkoUTK6AvWPTb5hOxol1IsoYWBHNW6MtQSNsaowlJ43-HteFmIr8k_OcIV81yV1vs2ZZ9BeaaHxb7kcxQz40R5WW34uOjyO2w4KY6JhiIX9ctIelvi6WPaNFlMCTZsgb3iwak4SlLgahCBxdubZwzEH9jSCnpiv0KZLIURQe76tXRvNOgSq17Yqi9Y9KFUoBc5HAP92moE3Hpg_dSGv1bX6r98Fi669s6ShILgRffJNTpdw6IUs5H7FuBQVEaSTMORMCU90LatMGaPnGgDXRgP3VtuT-wj90W7hj8XkNHGsBr30ca3eM_pdAg-0gJpDqK1kuQ2xQuZfVJjukATuJMj790MyIonUnKun0iB88aSo67alg9GvIad6MaMp7wf7gdXTzWk3Xw=w663-h273-no
GULF STREAM : gauche 2012, droite 2013. Source: DEOS, TU Delft
Au cours des derniers jours, l'EUROPE CENTRALE a bénéficié de températures presque estivales, le système météorologique tire son air chaud de la MÉDITERRANÉE, au sud. Mais cela est bien sûr une situation météorologique temporaire et les choses vont bientôt se rafraîchir.

Il y a eu un certain nombre de signes pointant vers un autre hiver froid, et le météorologue JUNG souligne aujourd'hui encore une autre anomalie : une perturbation
du GULF STREAM.

Le GULF STREAM est un puissant courant marin chaud ATLANTIQUE, qui provient à la pointe de la FLORIDE et l'eau chaude circule le long des côtes orientales de l'AMÉRIQUE DU NORD et à travers l'ATLANTIQUE vers l'EUROPE, gardant ainsi le nord du vieux continent relativement chaud en hiver.
.
JUNG montre deux cartes du GULF STREAM, que j'ai placés côte-à-côte. Celle de gauche datant du 14 Octobre 2012 et celle de droite, un an plus tard au 14 Octobre 2013.
 
JUNG décrit les tableaux ci-dessus comme suit : «Il y a un an, au large des côtes de l'AMÉRIQUE DU NORD il y avait un courant continu fort, que l'on pourrait qualifier de normal. Depuis la FLORIDE et le long de toute la côte de l'AMÉRIQUE DU NORD, la vitesse du courant était plus ou moins uniformément élevée.

Mais par rapport à 2012, le GULF STREAM montre maintenant un débit considérablement perturbé. Déjà le long des côtes de l'AMÉRIQUE DU NORD, il commence à ralentir (voir flèche rouge). À certains endroits, la vitesse est en baisse de moitié
».

Cela pourrait-t-il avoir un impact sur l'hiver à venir en EUROPE ? JUNG pense que c'est une possibilité réelle. Il poursuit :

Pour l'instant on ne sait pas ce qui est à l'origine de l'anomalie de la vitesse d'écoulement. Bien sûr, le GULF STREAM existe toujours et n'est pas interrompu - une interruption serait sans doute fatal pour notre climat [en EUROPE]. En tout cas, le flux s'est considérablement réduit et donc le transport de chaleur vers l'EUROPE a été considérablement diminué, juste avant le début de l'hiver à venir. Jamais au cours des 5 dernières années, le GULF STREAM, le long de l'AMÉRIQUE DU NORD, n'avait été si faible à cette époque de l'année.

Cela pourrait être un autre signe d'un inhabituel hiver plus froid que la normale
».
.
.
.
.
PIERRE JOVANOVIC «LE GRAND DÉRÈGLEMENT DU CLIMAT» .
.
  https://lh3.googleusercontent.com/fGV6BKZUpnDN4vP1Q3J6olx37uOPHWinFpbEl-nLIuRG2m5M8gI9-RKXqXr6JL0BYCMZNF2iAypKDLm3IdP612w-LCwu8pXuFqcVU78GxsJlyHRl8ThQv3POeiLipkQkC5XqMTkvSQoMhvi8WDUEt67xA92ItrP8iUdAw7dS8sRKs9V_3XwTQd1DyFk28829qmY2_bwv8XOtAOTSDs-DXCTY-YF1zr854gMzGtB5o4iDu2mrq_j3yT7QR5Vv5HcDS06JS6YPLbC2OFXNG24Ud8X2P3W80aJwup_YEoItQDaFPK7E9oNugrD87E4bGFyEc2QWpKiXRxXKa8IJfTDVyAlcCabWrpUWJiFQMgzVKlPtnuvQimCx0_rDm0L_B9ycZKywFDLarb7qH1TTOGgZ1kWLf_ubcjwLXP5U-3sbd09HipSGXmx5HUpQETl-SJsSWzq4gIVZNTHY0_V70D_wWhL4TpE2tRzwwAzRg7VmdbiIT4Dmg1IsW_bk2VsH6ZZTqcdEqLaiIoqYEVwGcChW9PtGAJuZbsQNNmxzmxSrUFrCRbaL1kxFJR_k14BBsfLFHaQgxw=w189-h67-no2013
.
.
.
.
FONTE DES GLACIERS
.
FRANCE 10.10.2013
LE MONT-BLANC A PERDU 42 CENTIMÈTRES EN DEUX ANS
SUISSE : Glacier de Morteratsch, bâché chaque année de toîle isolante pour ralentir sa fonte
CHILI 11.10.2013
SEBASTIÃO SALGADO : 113 glaciers chiliens, la troisième plus grande masse de glaciers au monde fondent à une vitesse incroyable. La fonte totale de ces glaciers ferait monter le niveau de la mer entre 0,80cm et 1m
INDE Nord FONTE GLACIERS HIMALAYA
.
.
.
.
ARCTIQUE : DIMINUTION DE LA BANQUISE
.
19.09.2012 EURONEWS.COM Images tragiques de la fonte des glaciers de l’océan Arctique 23.05.2013
LA RUSSIE ÉVACUE D'URGENCE SA STATION POLAIRE INSTALLÉE SUR LA BANQUISE DU PÔLE NORD, EN RAISON DE LA FONTE ANORMALE DES GLACES
 
https://lh3.googleusercontent.com/w-WuWic4CFUUExxj9GenJfYMvRDH_TgIpFEaRIdSKZ1ybgplvQGjR1G6obxmjmYfmIc_t3JjJx36pBD-IxRPmDJIWAqNz5xRsEWx0qY7c6s_RP0cIvolgkscNWzq1XFm9c6QKtus_F5gT0NgfTaB4WnYtri5EFn_TaKzwhLh-R7ctZtCd-cBqyxnNb46vo-QRD1QIF8H1u4u2sSM_oKaDnQr3Mr5JXnsHZNLX_-WJ2EHB09nw-Mq5wCLeWkHY2Y_ihELYJhXqXyosTMbZFklIItd5Z4G3ZSZRIHCJ18ejMRu71cySFnEwF9DiS27vTBrWyT77SxOKU_0IBAtwFlSiTgmoRJoVjV2rhY081ycSS7QPZzUGciN7pgo2aj2TKs9WncPo3Kc80N7_aD_4hrawftDIz7Q62fNWfAAKN7iJHClReqOXjqubfKDZGt1JXFVEeONIFsHegm705V8mFrYP-9LbdQFSJ8jpQzEcLhFRUgmts_VSbRTj8TIH9t4DhYMFOIoq6UNRsiFOgZiPhQEFNXT_hkxBSrg3zrD2sFU6L-OwG2p2UvesG2sYLxmwtLvfEvReQ=w128-h72-no
31.05.2013 LAPONIE : 31° 26-07-2013 Entre le 30 juin et le 25 juillet, le PÔLE NORD a vu ses températures grimper au point que la glace et la neige présentes au point le plus septentrional de la planète Terre ont fondu, créant un petit lac. Le site hongrois 444, dont l'info est relayée par GIZMODO.COM, a créé un Gif - une image animée -, à partir des photos prises à intervalle régulier par le site NORTH POLE ENVIRONMENTAL OBSERVATORY
.
.
.
.
AOÛT 2013 RELIER L’ATLANTIQUE AU PACIFIQUE PAR L'ARCTIQUE EN RAISON DE LA FONTE DES GLACES
.
https://lh3.googleusercontent.com/L9k6sDV9QFkpocqruxNRHnHYJQgB5mZkgiFGkvhsqg4VZsYaPm8s9wUiIUIAkgk_wSsVCTlMXYtdwuT2B-nMMxWqTdQG9Rgldxw8YimT-F3i17YnBKOuk2ISCQ_tcrJzosLrEBapBzpYiXPyekuhl66df5l-5jQNu4zS30pt2wkkbJWFqlW4oMwA3vimPMEMOMof8QFCiWh0mf1iyjAJkF16AHs1VA731ORDHROpTqP_BmA_mvKTPf6eBoS2PfAgsdZP7ji8DkDOUtwabHZNcbE95DsK9NSNvJIGmcVo0D6o9RMNr1BBJkrUM3JXsRFoJpIWZuR38P2owo_kHKoqXAhUETacyGef6KXTC_O1fBoZMazQwOzUNtPwwykgs_ZuA6Iw89hBqiTF2AkgZQAx8t6IO2Bya_ylrzz4JSOPB5DlTWy3Y-KRz1JAUUmQv8bWBMxCEaS9aIPuJvQjSLRkehVoHf7QhFnJ-XDzNJrDE23_4nDbJDiKUqOs6vu7HAVej3uVI0cIYB0vg4WUyY7XM4j1AqBjnU2zngmBqQkP34HIEGKrX7iWfRS6PA__IGgRY6K4wQ=w320-h213-no
.
.
POUR LA PREMIÈRE FOIS, UN CARGO CHINOIS EN ROUTE VERS L'EUROPE TRAVERSE L'ARCTIQUE
10 AOÛT 2013 LE MONDE
.
Pour la première fois, un navire marchand chinois est en route vers l'EUROPE par un raccourci polaire, GRÂCE À LA FONTE DES GLACES DANS L'ARCTIQUE. Ce navire, appartenant au géant chinois du fret maritime COSCO, a quitté jeudi 8 août son port de DALIAN, dans le nord-est du pays, et devrait atteindre l'EUROPE en trente-trois jours en empruntant le passage du Nord-Est, qui longe les côtes septentrionales de la SIBÉRIE, selon le quotidien CHINADAILY.

Ce cargo doit franchir le DÉTROIT DE BÉRING le 25 août, avant de commencer sa traversée de l'OCÉAN ARCTIQUE, cette route maritime du Nord-Est n'étant praticable que l'été, précise le journal.

LE RACCOURCI POLAIRE PROFITE À PÉKIN

La CHINE, premier exportateur mondial, porte un grand intérêt à cette nouvelle route maritime, qui lui permet d'éviter les délais du CANAL DE SUEZ et de réduire de plusieurs milliers de kilomètres ses trajets vers l'EUROPE, son premier partenaire commercial.

Environ 90 % des échanges commerciaux de la CHINE passent par la mer. PÉKIN espère que le raccourci polaire sera également bénéfique au développement de ses ports du nord-est du pays.

La route maritime du Nord-Est, sur laquelle la RUSSIE facilite la navigation en imposant la location de ses brise-glaces, devrait jouer un rôle croissant dans les échanges internationaux.[...............]
.
https://lh3.googleusercontent.com/ptLGTLzasbwz9mPL0HTgcMOCJNbcUwaw-REflIhEOBU-PW9jBeOI8Tkji_aGTLuzCPPaLvIVIvORSJeRfAtPkmNgsrGDCDI6BiKHWYx10BO4gXKD-kzhHIAvaG45CWfAwy14DR5Ubr1tMuXA7SyghhVjuTm7TJrKj1Mpn7xfbLzwf6pZ_uY9qmShSQZjUBGBSqd37GHmlA9WR3j4z4IqjrCH_crONdAHMp0-z3qfON0CmZItzF4uTg4WMBj_PgMl0yJm-gEtluBfRDRh5-Pnb7cxwTb0XIzj8trLB5qarkcVVQW7c5p7JT7LGpyM9SWjh937KZIbhYfsRy5mZc2bJs1RZhC5TDCfAffAboJBikovH5T7VOwlQhM7SRsXb_GrHpLx6bMoF-V4s6XWkbAuorAp6BYsaxM5kYwfJRSu0PLkg1duUJY2lhZDtUuRSRz075cQeybHpgpOlN43ywe_4rX42sPoz4T8cusJJ76jeEvpOfeAQTOqDym4Waa_6JJC23a-PtUKcL81PoV-23SxBw0_RV_4qJPJ4Z-mBVdxIIqPIvLs4T2dqpK84fAVhHnX3e07vQ=w300-h199-no
.
POUR LA PREMIÈRE FOIS UN NAVIRE FRANÇAIS RELIE l’EUROPE à l’ASIE… PAR L’ARCTIQUE
16 AOÛT 2013 VOSGES MATIN
.
Un navire de croisière français va emprunter pour la première fois, fin août, le mythique passage du Nord-Ouest dans l’ARCTIQUE reliant l’EUROPE à l’ASIE.
.
La luxueuse croisière, organisée par la COMPAGNIE DU PONANT, partira le 26 août de KANGERLUSSUAQ, au GROENLAND, pour arriver 21 jours plus tard à ANADYR, en RUSSIE.

Loin des routes fréquentées, le SOLÉAL reliera donc l’EUROPE à l’ASIE via le PÔLE NORD, une voie maritime qu’il est désormais possible d’emprunter pendant quelques semaines en été en raison de la fonte des glaces. Les quelque 215 passagers qui seront à bord auront ainsi la chance de revivre les expéditions qui, dès le 15e siècle, ont cherché à relier l’ATLANTIQUE au PACIFIQUE en passant entre les îles arctiques du grand nord canadien. Le navire suivra la route historique empruntée par ROALD AMUNDSEN, cet explorateur norvégien qui fut le premier à ouvrir le passage en 1905, au terme de trois années d’une lente et périlleuse progression.

La navigation dans cette zone est en effet difficile, à cause des hauts fonds, des courants, de la glace dérivante…

Le SOLÉAL, navire flambant neuf de 142 mètres de long et 18 de large, sera équipé d’un système utilisant la propulsion pour le maintenir en position de mouillage sans utiliser l’ancre et ainsi protéger les fonds marins, ainsi que d’un sonar lui permettant de détecter les mammifères marins, ce qui évite le risque de collisions.

La COMPAGNIE DU PONANT est le seul armateur français à posséder trois navires proposant des croisières polaires
.
.
.
.
DIMINUTION DU PERGÉLISOL ET LIBÉRATION DU MÉTHANE
.
Le relargage du MÉTHANE de l'ARCTIQUE est un phénomène de rejet du MÉTHANE contenu dans les mers et les sols du PERGÉLISOL arctique. Ce processus se déroule naturellement sur des échelles de temps longues, mais il est probable que le changement climatique actuel accentue le phénomène. Le MÉTHANE étant lui-même un gaz à effet de serre, son relargage accéléré entraîne une rétroaction positive sur le réchauffement climatique.
.
La région arctique est l'une des nombreuses sources naturelles de méthane. Le réchauffement climatique amplifie son relargage, d'une part à cause de la libération du MÉTHANE contenu dans divers lieux de stockage et d'autre part en raison de la méthanogenèse de biomasse en décomposition. En ARCTIQUE, de larges quantités de MÉTHANE sont stockées dans des gisements de gaz naturel, dans le PERGÉLISOL ainsi que dans des HYDRATES DE MÉTHANE sous-marins. Le PERGÉLISOL et les HYDRATES DE MÉTHANE se détériorent avec la chaleur, pouvant ainsi libérer de grandes quantités de MÉTHANE sous l'effet du réchauffement climatique. D'autres sources de MÉTHANE existent, notamment les taliks sous-marins, le cours de rivières, le retrait des glaces, le PERGÉLISOL sous-marin et la décomposition de gisements d'hydrates de gaz.
.
.
.
LE PERGÉLISOL RISQUE DE DISPARAÎTRE EN RUSSIE

7 AOÛT 2013 FRENCH.RUVR.RU
.
La superficie du PERGÉLISOL dans le Nord-Est de la RUSSIE risque de se rétrécir et de diminuer de 30 % d'ici 2050, selon les scientifiques. Et nous sommes les observateurs impuissants de ce processus irréversible.

Les pronostics des conséquences du réchauffement global sur le territoire de la RUSSIE ne sont guère encourageants. Selon les estimations les plus pessimistes, la zone du PERMAFROST en SIBÉRIE risque d’avoir complètement disparu d’ici la fin de la décennie en cours. D’autres scientifiques parlent d’une réduction d’un tiers de la superficie du PERGÉLISOL avant le milieu du siècle. Actuellement, les répercussions de la dégradation du PERGÉLISOL sur le pays sont évidentes.

«Les conséquences économiques de la fonte du PERGÉLISOL peuvent être dramatiques. Les maisons, les communications, les infrastructures, les lignes à haute tension sont exposées à une déformation et une destruction progressive, car tout a été construit en fonction des sols gelés en permanence. La fonte du PERGÉLISOL dure depuis des années ainsi que la déformation des bâtiments. Il faut procéder à un monitorage permanent de ce phénomène. A défaut d’une telle surveillance, des destructions catastrophiques risquent de se produire. La nature évolue toujours sans l’intervention de l’homme. Examiner, contrôler et assurer la sécurité de ce processus est la tâche principale de l’humanité», explique IOURI BADOU, chercheur au département de cryologie et de glaciologie de la FACULTÉ DE GÉOGRAPHIE de l’UNIVERSITÉ D’ÉTAT DE MOSCOU.

Pourtant, la fonte des glaces en SIBÉRIE n’est pas plus dangereuse qu’une autre catastrophe anthropique..

LE GULF STREAM QUI RÉCHAUFFE L’EUROPE ET UNE PARTIE DE LA RUSSIE, PEUT S’ARRÊTER. SELON LES SCIENTIFIQUES, L’ACCIDENT QUI S’EST PRODUIT DANS LE GOLFE DU MEXIQUE Y A LARGEMENT CONTRIBUÉ. SUITE À LA FUITE D’HYDROCARBURES, UNE SORTE DE BOUCHON ÉNORME S’EST FORMÉ ET A BLOQUÉ CE COURANT. Les conséquences sont imprévisibles, estime ALEXEÏ KARNAOUKHOV, chercheur à l’INSTITUT DE BIOPHYSIQUE DE L’ACADÉMIE DES SCIENCES DE RUSSIE.

UN DANGER BIEN PLUS GRAVE QUE LA FONTE DU PERGÉLISOL MENACE LA SANTÉ HUMAINE. DANS 50 ANS NOUS RISQUONS DE VOIR SE FORMER DES DÉSERTS EN SIBÉRIE, AVEC DES DUNES DE SABLE CHAUFFÉ À BLANC. OU AU CONTRAIRE, VERRONS SE CRÉER UN DÉSERT DE GLACE. CE SONT LES CONSÉQUENCES POSSIBLES DE L’ARRÊT DU GULF STREAM.

LA FONTE DU PERGÉLISOL EST IRRÉVERSIBLE
, estiment les scientifiques. Même si toute l’humanité arrête de produire du gaz à effet de serre, le processus se poursuivra par inertie pendant 20 ans au moins. S’adapter – c’est la seule chose que l'homme puisse faire.

.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/9OXAh_TVEy3puGMahfUkToWdN4Ud7nwc14hzSYcXeMlJAxk5kiQnivOH9ZD66oS2rOLOAszItRsts2Gp1v5uq4SvN0LHbRWvzVqIYVa35PY62-7cm8TICLM1su66VtxkLh_2ReMlOk4lwZ68JbNO49N1YUrVR1zaf9y6BklTecoGk1uqDlshhX0waV6mF_DKw5_bLTqFLuafwjeiqQ0mIK3eqj3CG28A2Fkx0HDu9_ksVJ-no0pzih7a_vC6nzjO0B-JsLyPsvZXEp-OTS2SWVEaoa-0YebY5i8AkqdKruKfSb2BO57uMqKCHWVGyVeG3sOqjzmX5m8RQxpiZHugpr5o5W8HeXJp_Y6FZ1mN0bbS5xEr39DEnGJr2NKXhw7KhNEqKb9bPsHFhDf6lWda92Fw-GeW6qDkitbZ1OsVnQ6ilONcbRTz-lyuVVD9A6o2JARgJbgVTZJ1msfcjeAYcdEcGfSPpJ02sN36rJ27tWt4iGH06PdoB_wgxXvxkPwKUfoGxOH2ic857JNjTajgz56wULjUDVDwKEhXBmpCBmfwcYdDSwDQudJg4zUZRjaZMp9vdA=w493-h328-no
.
.
.
FUITES DE MÉTHANE EN SIBÉRIE
25 JUILLET 2013 RTL.FR/ACTUALITES
.
Des fuites massives de MÉTHANE causées par la fonte de la banquise dans l'OCÉAN ARCTIQUE pourraient coûter des milliers de milliards de dollars à l'économie mondiale.

La
REVUE NATURE l'affirme, ce mercredi 24 juillet, les fuites de MÉTHANES pourraient engendrer une très lourde facture. Des milliards de tonnes de ce très puissant gaz à effet de serre sont bloqués au fond de l'OCÉAN ARCTIQUE, sous la banquise qui se réchauffe et fond en été, selon trois scientifiques signataires de l'article.

Ils ont cherché à évaluer l'impact économique d'une possible fuite de 50 milliards de tonnes de ce MÉTHANE, s'échappant durant dix ans de la mer de SIBÉRIE ORIENTALE, partie de l'OCÉAN ARCTIQUE au nord-est de la RUSSIE.

50 MILLIARDS DE MÉTHANE POURRAIENT SE LIBÉRER

Ce chiffre correspond à 10% du stock de MÉTHANE coincé dans le plateau continental sibérien. En 2008, des chercheurs russes avaient considéré qu'il était
«hautement possible» que jusqu'à 50 milliards de tonnes de MÉTHANE s'en libère.

«Si ce MÉTHANE était libéré, le temps qui nous sépare du moment où l'augmentation de la température moyenne globale dépassera les 2°C serait raccourci de 15 à 35 ans», estime l'expert en modélisation, CHRIS HOPE, de l'UNIVERSITÉ DE CAMBRIDGE en ANGLETERRE. Cette menace est une «bombe à retardement invisible», résume GAIL WHITEMAN, spécialiste du climat à l'UNIVERSITÉ ERASMUS de ROTTERDAM aux PAYS-BAS.

80% DES EFFETS CONSTATÉS DANS LES PAYS LES PLUS VULNÉRABLES

Prenant en compte les inondations, sécheresses, tempêtes et productivité plus faible de l'économie que provoquerait ce changement climatique,
«l'impact est évalué à 60.000 milliards de dollars, quand la valeur de l'économie mondiale en 2012 était proche de 70.000 milliards de dollars», dit-il.

Quelque 80% des effets seraient constatés dans les pays les plus vulnérables en AFRIQUE, en ASIE et en AMÉRIQUE SUD, selon le modèle utilisé par les chercheurs.

UN COÛT ÉVALUÉ 64.500 MILLIARDS DE DOLLARS

Si les 50 milliards de tonnes de MÉTHANE étaient libérés durant 20 ans, entre 2015 et 2035, le coût serait d'environ 64.500 milliards de dollars, a précisé CHRIS HOPE.
Et si la fuite s'étalait sur 30 ans, entre 2015 et 2045, il s'élèverait à 66.200 milliards.

Des chercheurs ont mis en évidence ces dernières années que le fond de l'OCÉAN ARCTIQUE commençait déjà à libérer du MÉTHANE, mais ce phénomène reste mal expliqué et peu documenté. En 2011, une équipe russe l'a constaté dans la mer de SIBÉRIE ORIENTALE, mais a attribué ce phénomène aux conséquences du dernier âge de glace.
.
.
.
.
TEMPERATURES EXTRÊMES
.
2 JANVIER 2014 LE HUFFINGTON POST
https://lh3.googleusercontent.com/ZBrOxABmS5K_LSZKcBfOjZEldFpgf9SsJwMHuaqxDDmOAsEcIE1Sa0La_ypK9kf3oLSsDAT9KbwCjZRHdGLEvQWYpv3Bbb_Ckbx776OW5sf9g_WLTACwDAylAbgm1TWBMZFEBvbOn4Z27zbItcqVi8eOBnLAQb9IDbyEEEtfi_H9pcqXI40qE5EGo8Sjqm7oDcfNDVXJM-TNc8H30yqkCUm7zTb7CViDNHI23G4LeKtp5m6nHSUXR8NUfQTCSkxKKGvKe3Azj4DY5AYyxo2161hzNmVX1YhvI3WDk6JSs9C0rHQKSyhp9O6EpPwyi8xmJyrPawyzDivxtMHV-JN8SDUphFFwN8l2BttWH_qzvNwdLHmDBES7RAyA6wExIXtWH3OzlP7MazuMvWjSM_-mr5rntlUZZjjfpl8qN-u6jbJK_kYuqpe4Jk4gxiDp_RIvlkFJ6T3_I9MB9UhBZVUpGT1FExdznSulPbrybdK1ktRz9lVva8g5P7pINKzctL6HqAW_5_i3SKRFsMBsoSaXcN9i6B6CwP-9dvbGUHXM1f6vlgyweewB3wKNUpeeiBro71l5tg=w253-h200-no
https://lh3.googleusercontent.com/UNweOaNRa0hqwwJ68ZEit0PsTYu1cw-CHBRVfBKR9NECejhFJk5EHcwoRa5wUKXQz9XaEIBwe9dYAzFOfzCIke4QM2QXJDTIQuRQyB_SCOLR5QkesmjHB8Kpr93lYt2c1Ao5xPtQkbFxsDuc9Uq_M1xFrJp3jWZBd5-DfKFXSgYkexty2jER3KosR5HM7Q5Db-sHI3ZB5gH49s3OD0-lOyxjlVLD7zgJgD-n-dLKBuJFXbP_kpC30870xPRKfaRC32Bn_g3u6fKcqz1HCBBYnxcdf53Wt4uuNiMJ7lCHu81f-peZkCFZsDmCSp31iPbvM-D099mUz5kNgB5u4jN1-ICHRwxxKDhmpbDJSKkQmaALmc-P9JQ0rtMAGTgmE9BFiafl5_KNqXXtwU_wf85pZbup6Defu01c8LS460yuZ4dQRzOuxJF3F_UpR4Kk2T9nPje7w9dZo7DK6Hb9DZ--Lp5qFuT2ZGzUgdSRIEDeFgaKiBpbIqkKkzucxr1mTji747Iyk7kuSGl3IXNxGYhrE3Uf1pxmM3lDrxk6wP56oFNzMw0Es4ENuqSluQ4kVqWXgpwzjA=w286-h200-no
ÉTATS-UNIS CHUTES DU NIAGARA COMPLÈTEMENT GELÉES
ÉTATS-UNIS
https://lh3.googleusercontent.com/0HhAi1RLGTgzpFUgTHcKrLxnjmiRSUOYVgI9A5U6mbNUOr1Ae8yQ1pPixaTZzijvWZc01lQWNdlnWNEY7KtL8U8EqF6i2XnA7a1mNNFM65sKq81marq8p1EKdg4itg8W7nuhShRhJp00t3M5Vnk19AdXpeojdFxa8VDzdHOMt_ecUsMzPyBUsEhTzp2Clm_7dUy9H9HmJzAcOKrjJ1Q1gxtzVogbLZK_liCdtOeACFIW_upzaV1Eb33zv_oh2qf-X5v66RT9rm2gLL7BbFJAXDAgNlPI_kw_gBLeaMuLY5BC7Ip1na3s4BACri3AlfatBp00APqoSYAg23cL11Fv9AP-JYeWrY7o96wPwgufDMs4YXgDm-Qp-PTmC31cRwS_Hd5MDvPDupmYujmjCda5So-8a2gn_c_is014nnKsw8_Pt3eNG8RKw77yiGfWVqO7KwDg2U-5cWNPcD1WyIMF1Ra8cNrWoKi6EcufSsf89si4rRF-IqxauG0e8Kq-x6Ilax6b1GISuE8DJY74EthThcY4OCf1BP419K_CgV3f10DcQ27e448j5gPEFAvOLXxFOGESmQ=w300-h200-no
https://lh3.googleusercontent.com/A1lS6WWI9DvYEx92tLIhBbJ1EJzHANCJy3Trh4rMTRBhRFAdY3AnS1Kci_94KOJ1e_xHt8ONIT0eLHWZ1JdpiKsoyg9Bd96XFd0K4BiV0GCH-iWJhIn3Akn46kytXDjzZVu_49X6q94e6L3jgt8T8RguYYlE4X5HNHK1P0HdFpjOhzL0F48Ogvf9-WnRY06a3fk82Uh8JYFgS4PLiSee4y3h1pYTozu0Ttdzza7mNx-vaK4iyhLviJOmSxQwvtIswO0u-WNKQNFbIXQIcB5xP4dNYU-noqVfvknf5DnnnBrFDYZIdz5y5x_lIE1QAIkSKvdcLkSSdtc6j4c8hHjZqkYIEWVw_3s0ZzENK_K188lDVsQzjyjLAGAMX8jHw1-HM2wNJSA-xchuEM6jfvLkUE7ZHxcdOl6Gq7NaUrC8eWt0XKFLwMhEp4iIuF6BjNlH0e0vdIaAoa3CfIQ82-yOWRGEsvUCqSjbT0DKq6WWunYBxEfh8HUC9AMzVl-ihf6dA3-9nEKp-JerBY0hWhi6QUGm5V6rBAtifRb1nNEJQ0k-TVcRMJJD-UCs3618JARJ4blroA=w301-h200-no
51° C À RIO HIER
- 37° C AUX ÉTATS UNIS ET AU CANADA
Pendant QU'UNE VAGUE DE FROID S'ABAT SUR UNE PARTIE DU CANADA, une vague de chaleur sévit sur l'Australie, où le mercure atteindra près de 50°C, un écart de température de près de 90°C avec les endroits les plus froids au pays.
.
Tout comme les Canadiens, les Australiens n'osent pas sortir de leur résidence, mais pour des raisons diamétralement opposées. Bien que les grands centres urbains soient relativement épargnés, la température atteint la quarantaine de degrés avancée dans le centre et le sud du pays.
.
La ville de MOOMBA, dans l'est du pays, enregistrera la température la plus chaude. Le mercure devrait y atteindre tout près de 50°C. La ville de MAREE, dans le sud de l'AUSTRALIE, et BIRDSVILLE, dans la province du QUEENSLAND, seront aux prises avec des températures de 49°C et 48°C.
.
L'Agence australienne de météorologie a émis des avertissements de risques élevés d'incendie pour l'État de NEW SOUTH WALES où très peu de précipitations sont prévues pour les prochains jours. Aucune interdiction d'allumer des feux n'a toutefois été émise.
.
La région de SYDNEY s'avère un peu plus fraîche avec un mercure qui devrait tout de même atteindre 33°C à 35°C. La ville de MELBOURNE est quant à elle épargnée par la vague de chaleur puisque le maximum prévu pour jeudi est de 23°C.
.
Les Australiens peuvent toutefois respirer un peu plus aisément puisque le mercure devrait tomber à 33°C au cours de la nuit prochaine. Les conditions climatiques devraient s'améliorer au cours des prochaines heures puisqu'on annonce un retour à des températures plus fraîches pour vendredi.
.
L'année 2014 s'amorce à l'image de 2013 qui s'est avérée être la plus chaude de l'histoire du pays.
.
.
.
LES ESPÈCES TROPICALES MARINES MIGRENT VERS LES PÔLES
.
.
.
AVEC LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUES, LES BRETONS PÊCHENT DES POISSONS TROPICAUX
10 AOÛT 2013 LEMONDE.FR/
.
Comment plantes et animaux réagissent-ils à la montée de la colonne de mercure ? Afin de retrouver les températures auxquelles ils sont acclimatés, certains se déplacent vers des latitudes plus hautes et plus fraiches, d'autres grimpent en altitude, quand le relief le permet.

Ces migrations climatiques ont déjà été documentées par de nombreux travaux sur la faune et la flore terrestres. Mais, pour les espèces marines, les études restaient jusqu'ici fragmentaires, limitées à des zones géographiques ou des espèces particulières, alors que les océans, qui recouvrent 71 % de la surface de la planète, forment son principal écosystème.

D'où l'intérêt de la synthèse, publiée sur le site de la revue NATURE CLIMATE CHANGE, qui décrit
«l'empreinte globale du changement climatique sur la vie marine». Pendant trois ans, une équipe internationale (AUSTRALIE, ÉTATS-UNIS, CANADA, ALLEMAGNE, ROYAUME-UNI, DANEMARK, ESPAGNE et AFRIQUE DU SUD), financée par le NATIONAL CENTER FOR ECOLOGICAL ANALYSIS AND SYNTHESIS (NCEAS) américain, a passé au crible 1 735 observations issues de 208 études traitant de 857 espèces marines, qu'il s'agisse de la distribution géographique de ces espèces, de leur abondance, de leur démographie ou de leur cycle biologique.

Une masse de données couvrant l'ensemble des océans – avec toutefois une prédominance des eaux tempérées de l'hémisphère Nord –, sur une durée moyenne d'observation de 41 ans, le suivi s'étendant, dans certains cas, sur plus de trois siècles.

DES DÉLOCALISATIONS RAPIDES

Conclusion principale : poussées par le réchauffement climatique, les espèces marines remontent vers les pôles. Ce résultat général était attendu. Mais les chercheurs ont été surpris par la rapidité de ces
«délocalisations» forcées. Le déplacement vers des latitudes plus élevées, au nord comme au sud, s'effectue «à une moyenne de 72 kilomètres par décennie», indique la principale auteure, ELVIRA POLOCZANSKA, du COMMONWEALTH SCIENTIFIC AND INDUSTRIAL RESEARCH ORGANISATION (CSIRO), l'agence scientifique nationale d'AUSTRALIE.

Soit un rythme
«considérablement plus rapide que les espèces terrestres, qui montent vers les pôles à une moyenne de 6 kilomètres par décennie». Le constat est d'autant plus saisissant que, si l'océan absorbe plus de 80 % de la chaleur produite par les gaz à effet de serre, les eaux de surface, elles, se réchauffement trois fois moins vite que les milieux terrestres.

La palme de la rapidité dans cette course contre le climat revient au phytoplancton (470 kilomètres par décennie), suivi des poissons
«osseux» – c'est-à-dire toutes les poissons à l'exception des raies et des requins, qui sont «
cartilagineux» – (277 kilomètres par décennie) et du zooplancton invertébré (142 kilomètres par décennie). En queue de peloton, les crustacées, les mollusques et les algues vivant au fond des mers, qui progressent tout de même de plusieurs dizaines de kilomètres par décennie.

UN CYCLE BIOLOGIQUE PLUS PRÉCOCE

Ce n'est pas tout. Les chercheurs ont aussi évalué l'impact du réchauffement sur le rythme saisonnier de la vie marine. Ils constatent que ce cycle est anticipé de 4 jours en moyenne : en particulier, les efflorescences de phytoplancton se produisent 6 jours plus tôt qu'auparavant, tandis que les larves de poissons apparaissent avec 11 jours d'avance.

Qu'il s'agisse de ce cycle biologique plus précoce, ou du changement d'aire de distribution des espèces, les scientifiques établissent une corrélation directe, pour
«81 à 83 % des observations», avec la hausse des températures. «Cette étude confirme les séries d'observations réalisées depuis une vingtaine d'années à des échelles régionales, en dressant un état des lieux plus global», commente PHILIPPE GROS, de la direction scientifique de l'INSTITUT FRANÇAIS DE RECHERCHE POUR L'EXPLOITATION DE LA MER (IFREMER).«RECONFIGURATION DES ÉCOSYSTÈMES MARINS»

Reste à savoir quel peut être l'impact de ces bouleversements, dans l'espace et dans le temps, sur le milieu marin.
«
Au sein d'une communauté biologique, toutes les espèces et tous les individus ne réagissent pas de la même façon, décrit Philippe Gros. Leurs relations et leurs interactions – prédation, symbiose, parasitisme... – risquent donc d'être perturbées. Et les communautés déstabilisées. D'autant que la rapidité du changement climatique en cours rend difficile l'adaptation des espèces».

Le réchauffement des océans, ajoute-t-il, a aussi pour effet de renforcer la
«stratification» des couches d'eau, et de réduire la quantité d'oxygène disponible pour les espèces marines. Il pourrait en résulter, dans certaines zones océaniques, une chute de la production de phytoplancton – à la base de la chaîne trophique – et, partant, des stocks de poissons.

S'Y AJOUTE UN EFFET COLLATÉRAL DU RÉCHAUFFEMENT :

.
L'acidification des océans par le DIOXYDE DE CARBONE d'origine anthropique, qui contrarie la calcification des coquilles des organismes marins. Au final, estiment les auteurs de l'étude, il faut s'attendre à «une reconfiguration des écosystèmes marins et des services qu'ils fournissent».
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/_Y8xxSr3oQl_hXD5ot5uG9pLjB1nk5vv6cxvL_6Vda3o7OUA-pEaSL1lbQuwqv9Xks3zzbHi7pWCbuN2I3GVk7TZ10Fq43k98OqkT0l1oT2xggROC4tG0qRjZ6VGBnyBqSHh3PSjse7BAUBxOW3kJwfeFDOWTnA0PbS9Lq6yNjUIDrBL_u-11uA7_Vn7rz858qlDkPDaC1S5iLgB9_iLlAiYJFTQoVjuKfDVN6ol54XPg1WsxhXLbvo8pFL-euGeZB0-mjup2aTPuES6PvOZjcu84qg_tAbNZ56UfCS7WMRTmcUDW1NopBolzNHsNYnolZQGQMeApjtsyTpVWg5VTyqr0B_sgmyqyzcjkiZ0fUwoa6zfIu9Ilwo145w7sNHXlHNWaAmZsA9uSzE3mOdPhCTrpvd2j9Z4nNu2a4k6qPek_ryFP3lvKOGnXaIyqHIybIBePXoGDXItq_ONBEmHv5qxpShwqWRd6b7nCirCdLf3shZkgbQxorSkYbMvirVcY-6AwzPhJzPb-m1KSlipqafqocDrHLgmeTYKNNNsMGM2BK9HhxZeLZ9iWrlhhv6joKGv2g=w620-h387-no
.
.
PIRANHAS EN SUÈDE S'ATTAQUENT AUX TESTICULES DES BAIGNEURS
12 AOÛT 2012 24MATINS.FR
.
En SUÈDE, les PACUS sèment la terreur dans les eaux du pays. Ces poissons sont des mangeurs de testicules.

Si vous allez vous baigner en SUÈDE, soyez vigilant notamment si vous êtes un homme. En effet, un pêcheur a donné l’
ALERTE la semaine dernière puisqu’il a récupéré un Pacu qui mesurait 21 centimètres. Ils sont apparus dans le détroit entre le DANEMARK et la SUÈDE et sont des proches parents des PIRANHAS. Toutefois, ils sont différents notamment à cause de leurs dents. Celles des PACUS sont plus fortes et plus plates. Selon le TELEGRAPH, elles sont «parfaites pour broyer».

LE COUPEUR DE TESTICULES

Le PACU a une mauvaise réputation puisqu’il est surnommé le «coupeur de testicules». Plusieurs baigneurs ont été attaqués par ces poissons qui pèsent près de 25kg et qui mesurent jusqu’à 90 cm. Des hommes ont vu leurs testicules arrachées, car elles se positionnent parfaitement dans la bouche du
POISSON comme le révèle un expert.

.
Ainsi, certains sont décédés des suites d’une hémorragie. Ce poisson considéré comme dangereux a entraîné une alerte. Les autorités ont donc conseillé aux baigneurs de se protéger de ces PACUS. Il y a tout de même une crainte puisque ces poissons pourraient proliférer dans les eaux nordiques comme le souligne 20 MINUTES.

ATTENTION AUX PACUS

Les PACUS sont originaires des rivières de l’. Ils ont toutefois été repérés en PAPOUASIE NOUVELLE GUINÉE, ils auraient été introduits pour augmenter le stock de poissons. Sauf que cette pratique peut avoir une répercussion sur l’homme à cause des morsures. Selon un expert, ils n’attaquent pas vraiment l’Homme, ils se dirigent vers les baigneurs et mordent les testicules, car ils ont faim.
.
.
.
.
MONTÉE DES EAUX
.
INDE Sud MONTÉE DES EAUX, CYCLONES, SÉCHERESSE, RÉFUGIÉS CLIMATIQUES OCÉAN INDIEN LES MALDIVES MONTÉE DES EAUX
PACIFIQUE MONTÉE DES EAUX, CYCLONES, DISPARITION DES CORAUX ET HUITRES PERLIÈRES 11.09.2013 HAUSSE DU NIVEAU DES MERS : 6 À 12% DES ÎLES FRANÇAISES (NOUVELLE-CALÉDONIE ET EN POLYNÉSIE ) MENACÉES
31.08.2013 FLORIDE 11.09.2013 HAUSSE DU NIVEAU DES MERS AVRIL 2013 CLIMATO-SCEPTIQUES BELGIQUE PAYS-BAS HAUSSE DU NIVEAU DES MERS
18.07.2013 CLIMATO-SCEPTIQUES FRANCE EFFONDREMENT D'UNE FALAISE EN SEINE-MARITIME 23.08.2012 ARGENTINE MONTÉE DES EAUX
23 OCTOBRE 2013
FRANCE SOULAC-SUR-MER GIRONDE HAUSSE DU NIVEAU DES MERS
12 NOVEMBRE 2013
FRANCE WISSANT PAS DE CALAIS HAUSSE DU NIVEAU DES MERS

 
12 FÉVRIER 2014
FRANCE MONTÉE DE LA MER ET ERROSION DES CÔTES
 
.
.
.
.
DÉSERTIFICATION
.
LAC TCHAD CHINE DÉSERTIFICATION
.
.
.
.
BASCULEMENT DES PÔLES
.
HUBERT REEVES TÉMOIGNAGE D'INUITS
.
15 MAI 2013 LE MONDE
.

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE FAIT BOUGER LE PÔLE NORD

.
Même si nous ne le sentons pas, la TERRE est une toupie un peu folle. Non seulement elle tourne sur elle-même, mais son axe de rotation n'est pas fixe et, tel un gyroscope, il oscille au fil du temps, influencé par l'attraction conjuguée du SOLEIL et de la LUNE. Ces phénomènes sont bien connus des astronomes qui leur ont donné les noms de «précession des équinoxes» et de «nutation». Concrètement, ils se traduisent par le fait que l'ÉTOILE POLAIRE change au cours des millénaires. Aujourd'hui, il s'agit de l'ÉTOILE ALPHA de la PETITE OURSE mais, il y a cinq mille ans, nos lointains ancêtres visaient l'ÉTOILE ALPHA de la CONSTELLATION DU DRAGON (voisine) pour repérer le NORD. Et, dans vingt siècles, c'est au sein de la CONSTELLATION DE CÉPHÉE que l'on cherchera l'ÉTOILE POLAIRE.
.
Une autre oscillation moins connue est le déplacement des pôles géographiques (à ne pas confondre avec celui des pôles magnétiques, qui bougent bien plus rapidement). Ce phénomène est dû au fait que la TERRE n'est pas un corps rigide et qu'elle subit différentes déformations, notamment en raison des mouvements des océans et de l'atmosphère. Grâce à plusieurs systèmes et notamment au réseau de satellites GPS, on est capable de déterminer la position du PÔLE NORD au millimètre près et de suivre ainsi cette oscillation avec précision. MAIS DEPUIS 2005, QUELQUE CHOSE NE VA PLUS AU PAYS DES OURS BLANCS. ALORS QUE LE PÔLE NORD DÉRIVAIT DOUCEMENT D'ENVIRON 6 CENTIMÈTRES PAR AN EN DIRECTION DU NORD DU LABRADOR, IL A, À CETTE DATE, BIFURQUÉ VERS L'EST, POINTANT DÉSORMAIS VERS LE GROENLAND. SURTOUT, SON DÉPLACEMENT S'EST SENSIBLEMENT ACCÉLÉRÉ, PUISQUE LA VITESSE EST PASSÉE À 27 CENTIMÈTRES ANNUELS.
.
ET C'EST VERS LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE QU'IL FAUT SE TOURNER POUR TROUVER LA CAUSE DE CE CHANGEMENT DE CAP ET DE CETTE ÉTONNANTE ACCÉLÉRATION. Pour le déterminer, une équipe américano-chinoise, dont l'étude paraîtra prochainement dans les Geophysical Research Letters, s'est appuyée sur les données de GRACE (Gravity Recovery And Climate Experiment), un duo de satellites mesurant les variations du champ gravitationnel terrestre et par conséquent celles de la répartition des masses sur notre planète. En effet, la distribution des masses à la surface de la TERRE joue sur la rotation de celle-ci et donc sur la position des pôles. Si le rapport avec le climat vous échappe, il vous faut penser à l'eau. L'eau qui se déplace en permanence dans l'atmosphère, l'eau qui est temporairement stockée dans les sols, l'eau qui, sous forme solide, compose les glaciers de montagne et les calottes glaciaires du GROENLAND et de l'Antarctique. Lorsque ces inlandsis fondent, ce qui est surtout le cas du GROENLAND, GRACE observe un transfert des masses.
.
Ce transfert correspond-il au brusque changement de cap du PÔLE NORD depuis 2005 ? D'après les auteurs de l'étude, cela ne fait guère de doute. Pour eux, 90 % du phénomène est imputable aux fontes des glaces et à la nouvelle répartition des masses d'eau qui s'ensuit, c'est-à-dire à la montée des océans. Rappelons que la décennie 2001-2010 a été la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés météorologiques. De plus, que le PÔLE NORD ait mis le cap vers le GROENLAND n'est pas étonnant selon le géophysicien de la NASA ERIK IVINS, consulté par le site Internet de Nature : si l'on enlève de la masse à une sphère qui tourne, l'axe de rotation aura tendance à pointer vers l'endroit où a eu lieu la perte. Or le GROENLAND est le recordman mondial du régime puisqu'on estime qu'entre 1992 et 2011 il a perdu en moyenne 142 milliards de tonnes de glace chaque année. D'après JIANLI CHEN, un des auteurs de l'étude, le déplacement des pôles géographiques pourrait donc venir étoffer l'arsenal des indicateurs de fonte des calottes glaciaires.
.
PIERRE BARTHÉLÉMY
.
15 SEPTEMBRE 2013 rtl.be/info
.
LE CHAMP MAGNÉTIQUE TERRESTRE POUSSE L'AÉROPORT DE BRUXELLES À CHANGER LE NOM D'UNE PISTE
.
La piste 02/20 de BRUSSELS AIRPORT s'appellera désormais 01/19. Ce changement de nom ne va pas révolutionner votre vie mais sa cause, expliquée par l'aéroport dans le communiqué de presse suivant, est intéressante.

En raison de la variation de la déclinaison magnétique, le nom de la piste 02/20 de BRUSSELS AIRPORT va changer en 01/19. Ce changement peut sembler étrange, mais il existe une explication scientifique simple.

LE NOM DES PISTES : DES NUMÉROS DE 1 À 36

Dans le monde entier, les pistes portent un numéro allant de 01 à 36, en fonction de leur orientation : le numéro 09 est orienté à l'est (90°), le 18 au sud (180°), le 27 à l'ouest (270°) et le 36 au nord (360°). Comme les pistes peuvent être utilisées dans les deux directions, dont l'orientation opposée diffère chaque fois de 180°, elles portent deux numéros indiquant les deux directions. L'écart est chaque fois de 18. C'est pourquoi la piste 02 s'appelle également piste 20 dans la direction opposée, et la piste 07 également piste 25.

LES POINTS CARDINAUX (NORD, SUD, EST, OUEST) VARIENT DANS LE TEMPS

La boussole indique le nord magnétique, mais cette position n'est pas entièrement stable. Le nord magnétique de notre planète varie un peu chaque année, de sorte qu'à un moment donné l'orientation 11 degrés devient 10 degrés, puis quelques années plus tard 9 degrés. Ainsi, certains aéroports viennent à disposer d'une piste dont le nom, donné des années auparavant, ne correspond plus aux indications réelles de la boussole. Bien que ces variations annuelles soient faibles, BRUSSELS AIRPORT atteint actuellement le point où la nécessité s'impose de rebaptiser la piste 02/20 en 01/19.

EVÉNEMENT RARE

Le changement officiel de nom interviendra dans la nuit du 18 au 19 septembre 2013. Ce n'est pas la première fois qu'un grand aéroport adapte le nom d'une piste en raison de la variation de la déclinaison magnétique, mais l'événement n'est pas fréquent et ces modifications sont rarement documentées. Les deux autres pistes - parallèles- de BRUSSELS AIRPORT ont été rebaptisées au début des années 70. Auparavant, elles s'appelaient 08L/26R et 08R/26L. Dans quelques années, elles devront changer en 06/24.
DES MILLIERS DE MODIFICATIONS

Pour changer le nom d'une piste, il ne suffit pas d'un coup de peinture à ses deux extrémités. En effet, le nom d'une piste figure dans des centaines, si pas des milliers, de documents officiels et de plans, qui tous doivent être actualisés. Et comme le moindre malentendu concernant l'utilisation d'une piste peut avoir des conséquences opérationnelles sérieuses, ce genre de changement de nom doit être mené en toute sécurité et minutieusement, en étroite concertation avec les nombreuses parties et autorités concernées.

Une équipe de projet a exploré toutes les ramifications du changement, dressant la liste des effets sur les activités des compagnies et des départements à BRUSSELS AIRPORT. Etant donné l'impact important sur la gestion du contrôle aérien, BELGOCONTROL a elle aussi joué un rôle essentiel dans ce projet. Vu le manque de cas suffisamment documentés pour servir de référence, notre expérience à l'occasion de ce changement de nom fera l'objet d'une documentation détaillée afin de pouvoir être utile lors des changements ultérieurs.

Au cours de la nuit du 18 au 19 septembre, le nom de la piste sera adapté dans toutes les bases de données utilisées pour la navigation aérienne dans le monde entier. Dans le même temps, la signalisation à l'aéroport sera elle aussi modifiée et de nouvelles inscriptions seront peintes à même la piste.

Et pour éviter tout malentendu : la future piste 01/19 sera exactement la même piste que l'actuelle 02/20 : seul le numéro peint aux deux extrémités sera nouveau. Le changement de nom n'a aucun impact sur les couloirs aériens ni sur l'utilisation préférentielle des pistes.

(Communiqué de presse de l'aéroport)
.

Écrire un commentaire